Energies, Economie, Pétrole et Peak Oil: Revue Mondiale Février 2022

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies. A l'agenda:
- Ukraine: Russie, Otan, pétrole, gaz, USA cocktail explosif?  
- Arabie Saoudite: Le pays pétrolier se lance dans la production d'hydrogène de masse
- Iran: L'accord sur le nucléaire dans les mains de l'Ukraine
- USA: Ford Motors va s'occuper de gérer le réseau électrique avec ses voitures
- Chine: Les marques de voitures électriques chinoises ont la pêche
- OPEP+: Les pays n'arrivent pas à livrer assez de pétrole sur les marchés 
- Allemagne: Le gazoduc Nord Stream 2 est mis en pause pour l'instant
- Argentine: La Chine va construire et financer une centrale nucléaire EPR
- Major Pétrolières: De juteux bénéfices alors que le baril n'est pas encore à 100$.

 

Ce mois de février ne compte que 28 jours et heureusement. Largement suffisant pour remplir une revue remplie. L’OTAN, l’Ukraine, la Russie, l'Europe et l’Europe, que va-t-il se passer, quels impacts pour les années à venir? Impossible à dire. Comme Netflix n’a pas encore fait une série sur le sujet, on ne peut même pas se documenter.

A part ce bras de fer, pleins d'énergies à discuter sur la planète bleue.

Le pétrole est passé dans la machine à laver et s’est fait essorer comme le gaz et le charbon, mais en mieux. De 91 à 105$, pour un retour à 96 le jour de l'invasion Russe pendant que la production mondiale n’arrive pas à suivre la demande. On rajoute une couche avec des zozos qui nous démontrent que la testostérone est une valeur sûre. Au final, dans ce monde de brutes, le brut termine épuisé à $100,99  ($91,19 fin janvier 2021) à Londres et à $96.75 à New York  ($87.70 fin janvier).

 

 Graphique du mois

Les prix du baril de pétrole Brent mimiquent la courbe de 2008 et passe sur les 100$

La crise de 2008 s'accéléra avec le passage du baril de pétrole sur les $100 dès le mois de février.
En 2008, à la tête de l'Europe, la France. Aux USA, les taux d'intérêts à zéro pour monter rapidement.
Reprenez les mêmes phrases et remplacez 2008 par 2022.

 

 
Pétrole

Alors qu’il se trouvait à 96$ le baril, le pétrole a grimpé à 105,71$ à l’annonce du clairon Russe. Dès que les premiers bruits de canons sont arrivés, le baril a chu pour retrouver les cours d’avant invasion. Alors que certains manifestent "On est tous Ukrainiens", les traders se réjouissent de la situation car grâce à cette guerre, la Banque Centrale Américaine ne devrait pas augmenter ses taux face à l'inflation. Du coup, les actions montent. Le bonheur des financiers font le malheur des citoyens.

Joe Biden a demandé d'ouvrir tous les robinets des réserves stratégiques de pétrole pour faire baisser les prix du brut. De l'autre côté, les chinois ont annoncé qu'ils vont racheter du pétrole en masse pour remonter le niveau de leur réserves. Si cela ne s'appelle pas un doigt d'honneur au Président Biden, je ne sais pas ce que c'est, dixit Thomas Veillet, Investir.ch

Les iraniens et les américains sont en passe de trouver un accord sur le nucléaire à condition que l'Iran mette rapidement sur le marché leur pétrole. C'est dire si la Maison Blanche est en panique avec les élections de mi-mandat.

Les réserves mondiales de diesel s'amenuisent et les raffineurs n’arrivent pas à suivre le rythme de la reprise rapide de la demande. C’est que durant la pandémie, les pays ont mis un paquet d’argent sur la table afin de faire redémarrer l’économie. Cette masse d'argent revient comme un boomerang via l’énergie.

 

Tchernobyl

Des négociations ont été entreprises entre la Russie et l'Ukraine. Allez savoir si le fait que la rencontre se passe à Tchernobyl soit un "monstre bon signe". Il faut juste espérer que l'ambiance ne soit pas trop explosive.

Dans les grandes lignes, le concept repose sur celui qui aura le plus de testostérone et qui appuiera en dernier sur le frein de l'escalade.

 

Gaz naturel et Méthane

Les émissions de méthane sont sous-estimées de 70% selon l’Agence internationale de l’énergie.

Le méthane, ce puissant gaz à effet de serre, est relâché plus fréquemment qu'annoncé. Selon le Global Methane Tracker 2022 de l’AIE, les émissions de méthane liées aux secteurs du pétrole, du gaz et du charbon sont reparties à la hausse, avec +5% en 2021. Elles sont aussi environ 70% supérieures aux chiffres mentionnés par les États. Les énergies fossiles émettent 40% du méthane lié aux activités humaines.

 

Dessin: HedgeEye

 

OPEP+

Avec un baril qui frise les $100, c’est la fête à l’OPEP, même si plusieurs membres n’arrivent pas à extraire autant de pétrole que souhaité. "Comme la plupart des économies mondiales devraient se renforcer, les perspectives à court terme de la demande mondiale de pétrole sont certainement du bon côté" selon le cartel du pétrole. Traduction, les prix vont monter, les ventes de Ferrari au Moyen-Orient vont exploser et le Real Madrid pourrait passer dans les mains de l’Arabie Saoudite au lieu du Qatar.

Bémol: En janvier, l’OPEP avait prévu d’augmenter ses extractions de 400'000 b/j. Dans la réalité, les 13 pays du cartel ont réussi à augmenter leurs extractions que de 64'000 b/j. Les hausses viennent du Nigeria, de l’Arabie Saoudite, des Emirats pendant que l’Irak, la Libye et le Venezuela pataugent.

Même l’Arabie Saoudite n’a pas réussi à atteindre ses objectifs et se traine avec 10,145 millions b/j. Si l’OPEP n’arrive pas à trouver une solution pour extraire plus de pétrole, ça va partir en vrille et  la hausse va stimuler l’inflation, qui va faire exploser une bulle et créer une crise. Bref, ça sent la crise de 2008.

Pour mettre en perspective et prioriser les priorités, un litre de pétrole coûte moins cher qu'un litre de Coca-Cola.

 

Majors pétrolières

Rosneft, 40% du pétrole russe, annonce un bénéfice de $11,9 milliards pour 2021. "Dans le contexte de la reprise de l'économie mondiale, la société a atteint de nouveaux records financiers en 2021", selon son directeur général Igor Sechin. Pour l’année 2022, les choses risques de se compliquer pour la major russe. A suivre.

Total a réalisé un bénéfice de $18,1 milliards sur 2021.

BP est plus modeste avec 12,8 milliards et Shell 19,3 milliards de bénéfices en 2021.

Bref, posséder des actions des pétroliers est à nouveau fun et lucratif avec de juteux dividendes.

ExxonMobil, Chevron, Total, Eni et le Norvégien Equinor vont racheter pour $38 milliards de leurs propres actions histoire de faire monter les cours et augmenter les salaires des dirigeants. En 2014, quand le baril était également à 100$, le rachat d’actions se monta à $21 milliards.

Shell va racheter pour $12 milliards de ses actions.

 

Orel San: Odeur de l'essence. Victoire de la musique 2022

 

Investissements

Les cours du blé ont repris l’ascenseur. Le boisseau à la bourse de Chicago, s’échange à $810, contre 650 il y un an. L’Ukraine et la Russie représentent 1/3 des exportations mondiales.

Dernier jour du mois et les bourses ont fait un carton. L'Ukraine est bien loin déjà. Dans le domaine de l'hydrogène, les entreprises ont gagné jusqu'à 15% durant la journée comme Nel Asa ou SFC Energy.

L'énergie est un domaine très compliqué pour les investisseurs. Par contre, l'industrie militaire devrait cartonner dans les mois et les années à venir. Une armée pour protéger l'accès à l'énergie? Cela pourrait être le thème d'un article à venir.

 

Gaz naturel

Les prix du gaz ont pris 50% à €126 le MWh et le pétrole 10$ à 105,79$ le baril quelques heures après le début des hostilités en Ukraine.

Il y a une année le gaz valait €16. En Europe, les stocks de gaz sont au plus bas depuis 5 ans.

Est-ce que l’Europe peut se passer du gaz russe ? La question fut déjà posée en 2014 lors de l’épisode sur la Crimée. Depuis, rien n’a été fait pour diversifier les sources d’approvisionnement gazières. Pourquoi? Parce qu'elles n’existent pas. Seuls 8 pays extraient le 66% du gaz mondial.

Encore plus fort, l’Europe a inclus le gaz naturel et le nucléaire dans sa taxonomie d’énergies vertes pour le financement d’infrastructures. C’est dire l’état de dépendance dans laquelle nous nous trouvons. Plus de 40% du gaz livré en Europe vient de Russie. Alors que les stocks sont au plus bas, aucun autre fournisseur de l’Europe n’a été capable d’augmenter ses livraisons. Ni la Norvège (20.5%), l’Algérie (11.6%), ou les USA (6.3%) et le Qatar (4.3%) ne sont capables d'envoyer plus de gaz à l'Europe.

Le Qatar a indiqué que sa production a déjà atteint des sommets afin de livrer des contrats à long terme en Asie et qu’il n’est pas question de perdre des parts de marché pour livrer du gaz en Europe.

De son côté depuis 2014, la Russie a balayé le dollar de son fonds d’investissements, trouvé une parade à Swift et mis assez d’argent pour tenir quelques mois sans la participation internationale. Cette différence d’approche montre combien il est important d’être au pied du mur pour voir le mur. A vérifier si les sanctions pourront éroder la stratégie russe.

 

Evolution du prix du gaz en Europe durant les 6 derniers mois

 

Pandémie

Le problème du Covid a été réglé en moins de 5 jours par Vladimir. On ne parle plus de ça dans les médias même en France où le vaccin, pour les emmerdeurs, était un incontournable pour se faire réélire.  A voir l'ambiance au Carnaval de Monthey, la problématique des gestes barrières a été résolue.

En début de mois, Pfizer a obtenu de pouvoir vacciner les babys américains de 6 mois à 5 ans avec les stocks qui leur restaient sur les bras. Alors maintenant même si l'industrie pharma évite le gaspillage!

Les pays riches ont envoyé une quantité record de vaccins à l’Afrique. Après les voitures usagées, les vieux ordinateurs et les déchets polluants, comme l'impression que l’Europe prend l’Afrique pour une poubelle.

S’il fallait un signe de la fin du Corona, le patron de Moderna est en train de vendre, petit à petit, ses actions.

 

Transition Energétique

Larry Fink, le big boss de BlackRock, ainsi que le directeur de l’ombre de la Banque Nationale Suisse, bon là je m’égare, donc le brave homme qui vend plus de charbon et de pétrole que tous les lecteurs de cette revue, a eu une illumination durant ce mois : "Je suis convaincu que les 1’000 prochaines licornes, c'est-à-dire les entreprises dont la valorisation boursière est supérieure à un milliard de dollars, ne seront ni des moteurs de recherche, ni des sociétés de médias, mais des entreprises développant de l'hydrogène vert, de l'agriculture verte, de l'acier vert et du ciment vert".  Au final, il pourra dire qu'il a sauvé la planète.


 

 

Les pays dans le top 3 du hit parade du mois

Russie

Moscou a envahi l’Ukraine dans un bras de fer avec les USA et l'Europe qui n'ont pas voulu écarter l'option OTAN en Ukraine. Il n'est pas impossible que les livres d'histoire se rappellent de cet instant comme le point de départ du tournant énergétique mondial, voire d'une transition énergétique. Pas certain que tous les pays soient préparés à cette échéance.

La Russie est mise à l’écart du système de paiements SWIFT avec l’impossibilité de se faire payer les livraisons de gaz et de pétrole vers l’Europe. En réalité, tant l'Allemagne que la Suisse et d'autres pays, utilisent déjà le système propriétaire mis en place par la Russie pour éviter Swift.

Sur les 10 millions b/j extraits par jour par la Russie, l’Europe en importe 2,4 millions ainsi que 1,4 million b/j de produits raffinés. Les envois se font en direction de la Pologne, de l’Allemagne, de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Hollande et de la République Tchèque. De son côté la Chine importe 1,6 millions b/j et l’Inde 40'000.

Dimimtri Medvedev, ancien président russe a twitté : "Bienvenue dans le meilleur des mondes où les Européens vont très bientôt payer 2 000 € pour 1'000 m3 de gaz naturel." Menace ou réalité?

La major pétrolière BP possède 19,7% dans le pétrolier russe Rosneft et elle est impliquée dans des investissements gaziers.

"La Russie sera en mesure de reprendre sa production de pétrole à 90% des niveaux qu'elle produisait avant la pandémie" dixit le vice-premier ministre russe Alexandre Novak.La Russi e avait mis hors ligne 2 millions de barils par jour en mai 2020 dans le cadre des efforts visant à rétablir l'équilibre sur les marchés pétroliers. Le calendrier de production de mars montre que la Russie serait en mesure de produire 10,331 millions de barils par jour en moyenne, soit une part égale à celle de l'Arabie saoudite. Cependant, certaines voix doutent de la capacité d’extraction Russe surtout avec des gisements âgés ainsi que les nouvelles sanctions.

La Russie va exporter 100 millions de tonnes de charbon à Pékin dans les années à venir. Moscou a également réalisé un accord avec l’Inde pour 40 millions de tonnes. Cet accord confirme le revirement de situation. La Chine devient le banquier de la Russie en échange de matières premières et d’énergies.


Arabie Saoudite

Pourquoi l'Arabie Saoudite en deuxième position?  Le Moyen-Orient semble être le seul endroit qui pourrait être capable de combler rapidement une baisse du pétrole russe. Du coup, la côte de l'Arabie Saoudite a la côte. On en vient même pardonner l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Ainsi, l’Europe compte sur l’Arabie Saoudite et l’OPEP pour compenser les pertes de la Russie au cas où Moscou ne pourrait plus vendre son pétrole. Cependant, la capacité de tampon de Ryad est passée de 10 à 2 millions b/j. La capacité tampon est l’augmentation d’extraction dans un délai court. Devant l’incapacité de répondre, les prix du pétrole pourraient faire un joli bond.

Le pétrolier national, Saudi Aramco, va transférer 4% de ses actions ($80 milliards) dans le fonds souverain du pays (PIF : public investment fund). Le prince héritier, Mohammend bin Salman, veut faire croître ce pactole à plus de 1'000 milliards d’ici à 2025 afin de permettre une transition hors pétrole. Le fonds a déjà acheté le constructeur de voiture Lucid Motors et le club de foot de New Castle. On ne sait pas à quoi carburent les joueurs du club, mais visiblement les pétrodollars font de l’effet.

Le pays ambitionne de devenir le premier producteur mondial d’hydrogène avec 650 tonnes par jour, à base de solaire et de l’éolien. Dans la nouvelle ville de Neom, sur la Mer Rouge, une installation pourrait voir le jour d’ici à 2026. Le budget du pays dépend à 60% du pétrole soit $150 milliards par année. La commercialisation de l’hydrogène pourrait remplacer l’or noir.

D’ici à 2050, le marché de l’hydrogène pourrait atteindre les $600 milliards par année pour 12% de la consommation d’énergie mondiale.

 

 

France

La France gagne la troisième position avec ses 56 réacteurs nucléaires qui vont devoir subir une révision de 5 semaines pour des problèmes de corrosion. Actuellement, 11 réacteurs sont à l'arrêt alors qu'il manque de l'électricité sur le marché européen.

En 2014, après avoir bradé à GE, le fleuron Astom et assuré la création de 1'000 emplois, Emmanuel Macron est retourné sur les lieux du crime à Belfort pour annoncer un programme nucléaire. Depuis sa dernière apparition à Belfort, l'ex-Alstom a perdu 1'300 emplois. Parole de Ministre n'est pas toujours d'or.

Bref, l’emmerdeur en chef a donc annoncé la construction de 6 EPR nucléaires d’ici à 13 ans et 8 en option. De manière très étrange, les médias français ne se demande où le pays va-t-il trouver l’uranium nécessaire à produire de l’électricité.  Lire : Le nucléaire français, cette bombe à retardement.

GE Steam Power a donc revendu à l’Etat Français l’ancienne activité nucléaire d’Alstom.

Total va racheter pour $2 milliards de ses actions grâce à son dernier trimestre 2021 du tonnerre qui annonce un bénéfice de $6,8 milliards. Son cash-flow est de $9,4 milliards. Total offre un dividende de €0,66 par action soit 7% d’intérêt. Qui dit mieux ? Certainement pas EDF qui doit passer une perte de $8 milliards pour offrir une électricité subventionnée bon marché. D’expérience, quand ce n’est pas son pognon, c’est toujours plus facile de le dépenser.

Le Président a annoncé un subside de € 1 milliard pour que la France rattrape son retard sur la Chine, Russie et les USA dans la construction de petites centrales nucléaires (SMR).

EDF a réduit son objectif de production 2023 d’électricité de 12%, soit -40 TWh (de 365 TWh à 300-330 TWh) en raison des contrôles de sûreté en cours et d’un programme de maintenance « chargé ». EDF prévoit 43 arrêts de réacteurs pour maintenance, 6 visites décennales et 4 arrêts programmés démarrés en 2022.

La banque Crédit Agricole s’est fait tirer les oreilles car elle continue à massivement investir dans l’industrie du charbon notamment dans 24 projets pour une somme de $33 milliards. Il y a 3 ans, la banque avait publié une charte sur la sortie du charbon.

Engie, l’énergéticien français, a conclu un accord de €1,7 milliard avec l’américain Chenière Energies pour des livraisons de gaz de schiste jusqu’en 2030. Le gaz de schiste est la forme la plus polluante du gaz naturel.

 

Dessin: l'excellent Chapatte

 

Moyen-Orient

Iran

Les yeux sont rivés sur l’accord du nucléaire avec l’administration Biden. Si les USA accordent le feu vert, l’Iran pourra ajouter 2,5 millions b/j de pétrole dans les marchés et aurait la capacité de faire baisser les prix de l’essence aux USA afin que Joe America pense que Biden est vraiment cool. Téhéran indique que le pays est capable d’augmenter sa production à 4 millions b/j dans les 3 mois.

Brillant négociateur, le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian a annoncé qu’il ne reste que quelques questions «importantes» à régler. La situation en Ukraine et le manque de pétrole sur les marchés pourraient bien ouvrir une voie royale à Téhéran.

 

Qatar

Vous savez le pays qui va organiser la coupe du monde de foot dans quelques mois, et bien, il va transformer sa seule centrale électrique à charbon en centrale à gaz. Dans la réalité, si l’on ajoute les émissions de méthane au gaz naturel, le bilan climatique n’est pas vraiment plus fantastique que le charbon. Cependant comme le pays regorge de gaz, cela entre dans son concept d'indépendance énergétique.

Le Qatar pourrait envoyer du gaz liquide à l’Irak afin de diminuer la dépendance de Bagdad au pétrole Iranien. L’Irak souffre de pénurie d’électricité et compte sur l’Iran afin de lui envoyer un peu de courant et du gaz pour produire de l’électricité. Le processus pourrait être mis sur pied d'ici à 15 mois.

L’Europe rétropédale. Elle avait ouvert une enquête antitrust contre le Qatar pour des livraisons de gaz liquide. Comme la Russie fait des misères gazières à l’Europe, Bruxelles abandonne cette enquête.

Encore mieux, l’Europe serait d’accord de réaliser des contrats à long terme avec le Qatar alors que ce point a justement créé les tensions avec la Russie.

Bruxelles avait interdit à Gazprom de proposer des contrats à long terme. Ce mécanisme a poussé les prix du gaz à la hausse. En comparaison, la Chine ne réalise que des contrats à long terme afin d'assurer sa stratégie énergétique au lieu de réagir au jour le jour.

 

Irak

Le ministère irakien du pétrole annonce que le pays est prêt à passer à la "phase d'exécution" de son accord portant sur quatre projets avec le géant pétrolier français Total dont l'approvisionnement en eau de mer afin de maintenir la pression dans le champ pétrolier clé. Total s'efforcera également de capturer le méthane dans le gaz, d'augmenter la production d'un important champ pétrolifère irakien et de construire et d'exploiter une centrale solaire. Total : $27 milliards de dollars.

L’objectif du pays est d’extraire 7 millions de barils par jour (bpj) dans les années à venir contre 4,5 actuellement.

S'il y a effectivement beaucoup de pétrole dans le sol, sur le sol il y a tout autant de bisbilles politiques, de corruption, et surtout le réchauffement climatique fait des ravages. La région manque d'eau et devient de plus en plus inhabitable.

Lire : L’impossible transition Energétique de l’Irak.

Dessin: Joe Heller

 

Les Amériques

USA

Pendant que Vladimir cumulait des soldats à la frontière avec l’Ukraine, l’administration Biden a amassé des Tweets. Dans la vie virtuelle du metavers, il n’est pas improbable que des tweets suffisent à faire bouger la situation en sa faveur, alors que dans la réalité, c’est toujours le réel qui compte. Dans la vraie vie comme dans les rapports de force entre les Etats, la solidarité ne se mesure pas par les mots et les tweets, mais aux actes. La Chine observe en se projetant sur l’avenir de Taïwan.

Le président Biden a annoncé les sanctions contre la Russie. De manière très intéressante, il a souligné qu’aucune sanction ne sera prise conte l’extraction pétrolière russe car Joe America veut une essence bon marché quand il va remplir son pick-up truck. Par contre, il s’est réjoui du frein au gazoduc Nord Stream 2. Les USA tentent depuis des années de refiler leur gaz de schiste à l’Europe. L’occasion était trop belle et le coup stratégiquement magnifique.  

La porte-parole, Jen Psaki s'est même aventurée dans un "il est temps de pousser les énergies renouvelables au lieu d'augmenter l'extraction pétrolière américaine et de compter sur le pétrole étranger." Comme déjà dit, l'aventure ukrainienne pourrait être le départ d'une nouvelle ère énergétique.

Le pickup F-150 de Ford a installé une batterie capable d’utiliser l’électricité pour alimenter sa maison ou son véhicule. Le concept de V2G (Vehicle to grid). Ford a déjà pré-vendu 200'000 exemplaires et s’est associé avec la société solaire Sunrun pour offrir le système de gestion complet. La batterie suffit à transférer de l’électricité dans une maison de 4 personnes pendant 1 semaine, c’est dire sa puissance. Le procédé sera utile lors des blackout électriques qui arrivent souvent aux USA.

Joe Biden est en place depuis 18 mois et on a déjà l’impression que plus personne ne l’écoute. A l’époque d'Obama, tout avait été fait pour éviter qu’il ne parle en public tant sa propension aux gaffes est magistrale. Sa vice-présidente est du même calibre. Elle enchaîne les gaffes, à pratiquement chaque interview, alors qu’elle est à un battement de cœur de devenir présidente.

Le gouvernement penche sur l’annulation de certaines taxes sur l’essence afin de faire baisser les prix à la pompe. Le prix moyen du litre est de $92 centimes soit le double depuis l’arrivée de Joe à la Maison Blanche. Les taxes se montent à 18,4 ct par gallon (env 5 ct par litre).

En janvier, l’inflation a atteint 7,5% dans le pays au plus haut en 40 ans. A part l’énergie, la hausse provient des voitures d’occasion (40% d’inflation), les hôtels (20%), la viande (16%), les œufs (13%), l’électricité (11%). Quand les œufs augmentent de 13%, là tu sens qu’il y a quelque chose qui coince !

Le gouvernement avance $5 milliards afin d’installer un réseau de recharge pour les voitures électriques.

Une fois de plus, la Californie est baignée dans les incendies de forêt. On en vient à se demander comment il reste encore des arbres dans la région.

L’action de Facebook est passée de $321 à 190. La Banque Nationale Suisse, qui en possède pour 1 milliard, n'a posté aucun commentaire, ni de Like. Pour en rajouter une couche, Zuckerberg a eu une idée de génie : dorénavant ces employés ne sont plus des employés mais des metamates. Et dire qu'une grande partie du monde fait confiance à ce zozo et lui confie ses données ultra personnelles!

 

Schiste américain

Le président de la Banque Mondiale, David Malpass, pense que le monde pourrait se passer du gaz Russe d'ici à 5 ans!  Ben d'ici là, va falloir patienter! Cependant, en écoutant son speech, il pense que le gaz de schiste américain comblera le manque. Faudrait juste expliquer comment le gaz américain va remplacer le gaz russe alors que les gisements américains montrent des signes d'épuisement. Dans 5 ans, il faudra remplacer le gaz américain!

Avec un baril à $90, le pétrole de schiste vit un beau début d’année notamment dans le Bassin Permien et le Bakken dans le Dakota du nord. Le bassin Permien frise les 5 à 4,996 millions b/j et 5,1 en février.

Il est improbable que la production de schiste américaine puisse géologiquement et financière remonter plus haut alors que le monde comptait sur les USA pour stabiliser les prix sur les marchés.

Afin de garantir des dividendes, les producteurs s’attèlent à utiliser les forages existants au lieu de faire de l'exploration. Après pratiquement 10 années de pertes, les investisseurs exigent des retours financiers. Un baril à $100 va aider. Il reste encore des milliers de forages creusés mais non exploités.

 

 

Dessin Chappatte

 


Le reste des Amériques

Les importations d’essence et diesel américains en Amérique latine sont revenus au niveau d’avant la pandémie. En tête du palmarès, le Mexique (40%), le Brésil (14%) et le Chili (8%). Dans l’hémisphère sud, c’est l’été est les transports et les mouvements sont plus fréquents, d’où une forte pression sur la demande de carburants.

 

Venezuela

L'administration Biden étudie une proposition de Chevron visant à permettre à la major pétrolière américaine d'accepter et d'échanger des cargaisons de pétrole vénézuélien pour récupérer des dettes impayées. Au vue du manque de pétrole sur le marché, l'administration Biden devrait abonder dans la direction de Chevron. Elle pourrait même enlever une partie des sanctions contre le Venezuela.

 

Argentine

Dans sa stratégie nommée «Route de la Soie», la Chine va construire une centrale nucléaire EPR sur le site d'Atucha III pour un montant de €7 milliards. Le financement vient de la Chine et Pékin recopie à l’identique l’EPR français dont les plans avaient été transmis par Paris lors de la construction du premier EPR en Chine.

 

Canada

Le premier ministre Justin Trudeau avait déjà montré son talent de retournement de veste durant la même journée notamment dans ses interventions dans le domaine du pétrole et du climat.

Dans la gestion du Convoi de la Liberté, après s’être caché dans sa maison sous le prétexte du Covid, il a utilisé une loi d’exception pour instaurer des mesures d’urgences afin de déloger les chauffeurs, qui assiégeaient Ottawa. Quel impact aura cet événement sur le politicien ?

 

Brésil

Au moins 94 personnes sont mortes et 35 portées disparues dans les inondations et glissements de terrain provoqués par les pires pluies depuis 1932 à Petropolis, sud-est du Brésil.

 

Tamara Lich, figure emblématique du Convoi de la Liberté arrêté par la police

 

Europe

La tempête Eunice a balayé l’Europe avec des vents à plus de 200 km/h et a tué plus d'une dizaine de personnes.

Du côté de l’Est, c’est une autre tempête qui a balayé l’Ukraine. Dans les deux cas, on penche sur un problème d’énergie.  Les prix de l'électricité Européens ont grimpé à plus de €0,20 le kWh avec une pointe à 0,30 lors de l'invasion Russe. Il semble que les prix devraient rester sur les 15 ct dans les mois à venir.

 

Allemagne

Le Chancelier Scholz a annoncé que la certification du gazoduc Nord Stream 2 serait interrompue en réponse aux actions de Moscou en Ukraine. En réalité, ce n’est pas trop grave car Berlin compte toujours sur Nord Stream 1 afin d’alimenter l’économie allemande dont l’industrie automobile, les aciéries, les chauffages et la production d’électricité. Par contre, si le flux de gaz devait être stoppé, le slogan "Das Auto" devrait tousser.

Le pays importe 30% de son pétrole, 100% de son gaz et 50% de sa houille et de son gaz de Russie. «Si nous n’avons pas ce charbon, les centrales électriques au charbon d’Allemagne ne pourront pas continuer à tourner» selon la ministre écologiste des Affaires étrangères Annalena Baerbock. Là, il faut regarder du côté des prix de l’électricité. On rappellera que la verte tenait exactement le discours opposé il y a quelques semaines. Sous forte pression et la revanche des autres pays européens (qui avaient dû subir les foudres de l’Allemagne après la crise de 2008), Berlin plie.

 

Angleterre

S’il fallait un pays pour démontrer la gabegie qu’a créé la libéralisation des marchés de l’électricité en Europe, l’Angleterre est un bon point de départ.

Pour compenser la main invisible du business, le gouvernement a prévu un plan de plusieurs milliards de livres sterling pour aider les ménages à faire face à la flambée des factures d'énergie, alors que le régulateur d'électricité a confirmé une augmentation de 50% du plafond des prix.

Les scientifiques du consortium EUROfusion, de fusion nucléaire, ont annoncé la production de 59 mégajoules d’énergie de fusion pendant plusieurs secondes dans le Joint European Torus (JET), le seul tokamak opérationnel au monde utilisant du deutérium et du tritium. En 1997, la production d'énergie par fusion était de 21,7 mégajoules. Aujourd’hui, il a livré 59 mégajoules avec une durée de fonctionnement de 5 secondes.

«Les résultats montrent la possibilité de créer de l’énergie de fusion pendant cinq secondes, pas assez pour que le processus soit viable. Mais « si on peut maintenir la fusion pendant cinq secondes, on peut le faire pendant cinq minutes, et puis pendant cinq heures » avec de futures machines plus performantes.» Tony Donne, de l’EUROfusion. La question est de savoir si le processus sera financièrement viable, quand il le sera et de manière sûre.

Rolls-Royce aimerait pouvoir utiliser des leasings pour vendre ses petites centrales nucléaires. Quel serait le portrait type d’un investisseur dans une centrale nucléaire ?  Investir sur 40 ans alors que l’on ne connait pas le prix de l’électricité pour dans 3 ans nécessite une dose de courage.

Virgin Galactic, de Richard Branson, a mis en vente 1'000 billets à $450'000 pour aller dans l’espace pendant 10 minutes. On notera que Sir Branson se présente comme un sauveur du climat au même titre qu’Elon Musk. Il est évident que la protection du climat et l'utilisation optimale les énergies est au top dans leurs priorité. Il confirme une réalité, plus une personne est riche, plus elle consomme d'énergie.

 

Suisse

Les genevois ont accepté que leurs Services Industriels continuent à utiliser l’eau du lac Léman (ou de Genève, c’est selon) ainsi que la géothermie pour remplacer le pétrole et le gaz pour le chauffage. La stratégie des SIG est exemplaire.

Alors que l'Angleterre, l'Allemagne et la France s'écroulent sous les règlements de la libéralisation du marché de l'électricité, l'Europe désire forcer la Suisse à suivre le même chemin. Un pour tous...

Les prix du gaz prennent l’ascenseur dans le pays +10 à 15% au compteur. Le distributeur Holdigaz avait déjà augmenté ses prix de 15% en décembre. Ayons une pensée émue pour tous ceux qui ont installé du gaz pour chauffer leur habitation.

Historiquement, le parti politique des verts détenait la connaissance au niveau des énergies et du climat. Les élus étaient élus pour ces compétences. Aujourd’hui, le volet énergie n’a plus d’énergie. L’important réside dans le wokisme, ce mouvement américain où les clans (femme, race, orientations sexuelles) sont plus importants que les valeurs. Il n’y a plus besoin de convaincre, puisqu’il suffit d’être pour exiger. En France, Sandrine Rousseau représente cette lignée. Bref, certains élus verts, pur sucre, préfèrent se retirer devant les "on ne peut pas soutenir le lait bio parce que c’est un viol des vaches". Certains prédisent que les verts Suisses vont s’effondrer comme en France. Lire l'excellent article du Temps.

 

 

 

Asie

Chine

Cette année, Pékin va augmenter sa consommation de charbon pour soutenir la reprise économique. En 2021, la hausse de la consommation de charbon fut de 4,7%.

Les marques chinoises de voitures électriques ont le vent dans le dos. En janvier, Nio a vu ses ventes augmenter de 34% à 9'652, Li auto 12'268 +128% et XPeng 12'922 +128%. De son côté, Tesla Chine a vendu 180'750 voitures durant le dernier trimestre 2021 soit 60'000 par mois.

Est-ce que le moment est venu pour la Chine de prendre Taïwan au nez et à la barbe des Américains et des européens ?  En tout cas, pourquoi s’en priver. Tant les USA que l’Europe les démocraties sont en manque de repères. Les démocraties ne semblent pas être équipées pour faire face à la frénésie des réseaux sociaux. Moscou et Pékin tente d'avancer de concert pour mettre un terme à la domination des Etats-Unis et redéfinir les règles internationales sur de nouveaux fondements largement partagés entre les deux capitales.

Pékin aura organisé ses Jeux Olympiques barricadés qui auront rapporté assez de milliards au CIO pour vivre pendant les 4 prochaines années. Soulagement. Après Paris et Chicago, qui voudra encore accueillir ce genre d’événements?

Le gouvernement temporise sur les réactions à donner face à la Russie, que oui, que non, ce n'est pas hyper clair. De manière intéressante, alors que les cyberattaques se sont démultipliées dans le monde, les attaques chinoises ont été mises en veille.

 

Inde

Malgré le baril à 90$, la demande de carburants grimpe dans le pays. Les 23 raffineries du pays tournent à plein régime à 101% pour être précis. Le diesel est la boisson favorite des véhicules du pays. Pour mémoire, on se souvent que VW a expédié en Inde les voitures diesel truquées.

Le pays a demandé à l’Arabie Saoudite et l’Irak de livrer plus de brut. L’Inde pourrait reprendre le brut russe si les Européens font la fine bouche.

La consommation de charbon en 2021 s’est élevée à 905,8 millions de tonnes dont 215 importées. Les extractions locales ont augmenté de 9,5%. Sur la période 2023-2024, le pays devrait engloutir 1,2 milliard de tonnes.

 

Australie

La plus grande centrale à charbon au nord de Sydney va fermer en 2025 pour cause de non-rentabilité. Son opérateurs Origin Energy veut reconvertir cette centrale en une unité de batteries d’une capacité de stockage de 700 mégawatts. C’est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement qui tient à soutenir l’industrie minière de charbon dans le pays.

La centrale comprend quatre générateurs de 720 mégawatts alimentés au charbon et un plus petit fonctionnant au diesel, fournissant environ un quart de l’électricité de l’Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud, le plus peuplé du pays.

 

 

Afrique

Nigeria

Le premier extracteur de pétrole d’Afrique souffre d’une pénurie d’essence causant d’importants embouteillages et tensions à Lagos, Abuja et dans les autres grandes villes du pays.

La Nigerian National Petroleum Co. a annoncé que 2,3 milliards de litres d’essence vont être importés. Le Nigeria a reçu de l’essence contenant trop de méthanol et donc impotable pour les voitures. La crise des carburants avait déjà débuté l’année dernière, alors que le gouvernement avait supprimé les subsides.

Le gouvernement veut augmenter l’extraction pétrolière afin de générer des pétrodollars. On ne sait pas où ils finissent, mais là n’est pas l’essentiel.

Shell retarde de deux ans les travaux d'expansion de son champ offshore à Bonga. Des problèmes techniques se murmurent.

Le navire Trinity Spirit, de la taille d'un supertanker et capable de produire 22 000 barils par jour (bpj), a explosé mercredi matin, heure locale, selon TankerTrackers.com. Le navire aurait coulé, mais la confirmation visuelle du naufrage du pétrolier n'a pas encore été reçue, selon TankerTrackers.

 

Namibie

Alors que toute l'attention récente sur la prospection pétrolière s'est portée sur la série de découvertes massives d'Exxon en Guyane, un autre géant et un explorateur junior se tournent vers ce qui pourrait être le prochain point chaud du pétrole... la Namibie, un pays qui n'a jamais produit un baril de pétrole.

Shell a fait une importante découverte. Les résultats du puits Graff-1 ont montré au moins deux réservoirs contenant ce que les sources de Reuters ont appelé "une quantité importante de pétrole et de gaz". Ils sont estimés à 29 milliards de dollars à 88 dollars de pétrole. Ca va en faire des petites enveloppes.

La découverte de Shell en Namibie se trouve sur une licence d'exploration pétrolière, détenue à 45% par Shell et à 45% par Qatar Petroleum. La National Petroleum Corporation of Namibia (NAMCOR) détient les derniers 10%.

 

 

Phrases du mois

"L’Union européenne ne devait pas être une grosse Suisse molle dans sa gestion de la crise ukrainienne." Nathalie Loiseau, députée européenne, La République en Marche.

"Je fais ce métier depuis 30 ans et je n'ai jamais vu des marchés comme celui-ci. C'est une crise des molécules. Nous n'avons plus rien, que ce soit du pétrole, du gaz, du charbon, du cuivre, de l'aluminium, tout ce que vous voulez, nous n'en avons plus. Le sous-investissement dans l'offre a contribué à l'étroitesse du marché" Jeff Currie, global head of commodities research, Goldman Sachs.




Cette revue s'appuie sur les sources de: Tom Whipple et de Steve Andrews d'ASPO USA de Resilience.org, l'humour des chroniques matinales de Thomas Veuillet Investir.ch, et toutes les informations diverses et variées, récoltées dans différents médias à travers le monde comme FT.com, Bloomberg, RT Russia, NHK, etc.

 

 

 

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org