• 1

Avec cette crise, nous redécouvrons la valeur de l’énergie

L’accès aux énergies se complique avec la guerre en Ukraine. De plus les distributeurs d’électricité annoncent une hausse de 40 à 70 % du prix du kilowattheure (kWh) pour 2023. A long terme, cette tendance ne semble pas fléchir, mais la volatilité des prix du gaz, du charbon et du pétrole rend toute prédiction compliquée. On fait le point avec Laurent Horvath.

Le prix de l’électricité a nettement augmenté. Est-ce que cette tendance va continuer ?

Lire la suite

Le pétrolier Saudi Aramco dépasse Apple

La valorisation boursière de l’entreprise pétrolière nationale d’Arabie Saoudite, Saudi Aramco a grimpé à $2’400 milliards et passe devant l’ancien No 1 mondial : Apple.
Aramco annonce un bénéfice net de $ 38,5 milliards au premier trimestre. Elle avait enregistré un bénéfice net de $21,7 milliards au cours de la même période en 2021.

Les prix élevés du pétrole à plus de $100 et les marges sur les produits raffinés se révèlent d'excellents générateurs de bénéfices. En effet, il manque de grandes capacités de raffinage notamment pour le diesel.

Lire la suite

Prix de l’essence: ne touchez pas à ma liberté

Le prix du pétrole a dépassé la barre des 100 dollars. "Dieu que les carburants sont devenus chers" est une phrase tirée des sujets des conversations phares de l’après-covid. L’essence, pas le mazout ou le kérosène, pourtant bien plus douloureux pour le porte-monnaie.

Pourquoi sommes-nous si chatouilleux sur la hausse des prix de l’essence, alors que quand Apple propose des iPhones à des tarifs prohibitifs, la cohue est grande, alors que sur le métavers le temps d’écrire cette phrase, 600 paires de chaussures virtuelles Nike, à 3 mille dollars, ont été vendues?

Lire la suite

Le baril de pétrole dépasse les 119$

Le baril de pétrole est pris de fièvre, ça ressemble au Covid. Comme il ne peut pas mettre de masque, la contagion est mondiale. Quel sera le prix dans 1 mois? Les experts et les grandes banques rivalisent de pronostiques.

Qu’importe les prédictions. La Brent a dépassé les $119,8 à Londres et $116,3 à New York sous l'impulsion des événements ukrainiens.

Lire la suite

Le baril de pétrole dépasse les 105$

Depuis l’annonce du président Vladimir Poutine à 4h00 ce matin, le baril de pétrole a un gros coup de chaud. En quelques heures, il est passé de 97$ à 105$ pour le Brent à Londres et 99$ pour le WTI à New York.

A quel niveau va-t-il s’arrêter, la question n’a actuellement pas de réponse. La hausse de ce jour est clairement liée à une réaction face aux événements ukrainiens. Cependant, bien avant cette crise, les prévisions montraient déjà un baril à 100$ pour cet été. L'invasion ne fait qu'accélérer ce processus essentiellement lié aux manques d'extractions à travers le monde.

Lire la suite

Le baril de pétrole s’approche des 100 dollars

Le baril de pétrole de Brent s’approche des $100, à 96,48 à Londres et dans de nombreux pays le litre d’essence a installé le chiffre 2 devant le prix d’un litre. Alors que les Américains remontent leur production, notamment dans les gisements de schiste, les pays de l’OPEP+ (y compris la Russie) n’arrivent pas à suivre la demande.

Devant la pénurie, les prix augmentent et poussent l’inflation. Alors que les boules de cristal voyaient le baril à 100$ durant l’été, nous n'en sommes plus qu’à 3,5$. Va-t-il monter ou descendre jusqu'à la fin du mois, il faudra attendre la fin du mois pour avoir une réponse.

Lire la suite

Le Baril de pétrole passe sur la barre des 90$

Depuis la première fois depuis 2014, le prix du baril de Brent est passé sur la barre des 90$, pour être précis à 90,39$ à Londres. A New York, il est grimpé sur les 88$. Il est à noter que l’année dernière, à la même époque, il ne fallait que 55 billets de 1 dollar pour acquérir les 159 litres d’un baril. Imaginez, un litre de pétrole moins cher qu’un litre de Coca-Cola.

Dans les sites économiques, le doigt pointe l’ambiance entre les USA et la Russie au sujet d'un partage équitable de l’Ukraine. Cet événement fait partie des variables, mais la pénurie pétrolière est plus profonde.us profonde.

Lire la suite

L'OPEP ne bouge pas. Le baril de pétrole grimpe à 82$

Les membres de l’OPEP+, avec la Russie, se sont rencontrés ce lundi et ont décidé de ne pas accélérer la quantité de pétrole à extraire. Ils n'ont également pas plié face à la demande de Joe Biden, qui demandait une hausse de la production afin de faire baisser les prix à la pompe. Depuis cet été, les membres du cartel pétrolier augmentent mensuellement leurs extractions de 400'000 barils par mois. Ce processus doit durer jusqu’en mai 2022 afin de revenir progressivement aux niveaux d'extractions de 2019.

A l’annonce le baril est passé sur les 82$ à Londres. Au niveau mondial, nous assistons à une flambée des prix de l'énergie en passant par le gaz, le charbon, l'uranium et de facto l'électricité.

Lire la suite

La planète Pétrole secouée par deux tremblements de terre

La planète pétrole est secouée par deux événements qui secouent et ce n'est pas peu dire. Le premier: le cours du baril de pétrole Brent est passé sur les 80$ le baril à 80,12$. Une première depuis 3 années. Goldman Sachs pense que l’or noir pourrait atteindre les 90$ d’ici à la fin de l’année. Comme personne n’a de boule de cristal, il est nécessaire d'attendre la venue du Père-Noël pour savoir si la prévision fut opportune.

Pour le deuxième, il faut se tourner du côté de l’Angleterre. Suite à des achats paniques et convulsifs d'essence, entre 50 à 85% de toutes les stations-service indépendantes du Royaume sont à sec, à l'exception des aires d'autoroute et de certains supermarchés auxquels les compagnies pétrolières avaient donné la priorité.

Lire la suite

Les Emirats Arabes Unis boudent, les prix du baril grimpent vers 80$

Le cartel du pétrole et la Russie, l’OPEP+, s’étaient rencontrés vendredi dernier. Objectif : remonter les quotas de production en ajoutant 2 millions de baril par jour (b/j) sur les marchés d’ici à la fin de l’année et à coup de +400'000 par mois dès août. La réunion de vendredi s’était soldée sur un couac.

Les Émirats Arabes Unis exigent une part plus grande du gâteau et une augmentation de leurs quotas. Les réflexions du weekend n’auront pas suffi. La réunion de ce lundi a tout simplement été annulée. Du coup, le statu quo entre en force. Pas d’augmentation de l’offre, le prix du baril grimpe à 78$ en direction des 80$.

Lire la suite

Le prix du pétrole remonte comme un bouchon de liège à 72$

Alors qu'en 2020, le pétrole stagnait sous les 20$, il vient de dépasser les 70$. Dans son élan, il a le potentiel de passer sur les 80$ dans les semaines à venir. Bonne nouvelle pour les pays producteurs, mais moins bonne nouvelle pour les consommateurs.

Au moment de rédiger cet article, le baril se trouve à 72,70$ à Londres et à 70,91 à New York. Avec plus de 1,8 milliards de vaccins utilisés parmis les grands pays consommateurs, notamment en Chine, aux USA et en Europe, la hausse de la demande dépasse les prévisions et prouve que les prédictions se révèlent presque toujours fausses.

Lire la suite

Le pétrole passe sur la barre des 70$ le baril

Ce dimanche 7 mars, les Houthis du Yémen ont revendiqué une attaque sur les installations pétrolières de l’Arabie Saoudite avec 14 drones chargés d’explosifs et 8 missiles. Le ministre de l’Energie, Abdul Aziz Bin Salman, a confirmé que les attaques n’ont pas fait de victime et de dégâts importants aux installations pétrolières.

Il n’en fallait pas plus pour que le pétrole grimpe à $71,38 (+2$ le baril depuis vendredi). Il faut remonter à octobre 2018, pour retrouver un baril sur la barre des 70$.

Lire la suite

Pétrole : L’OPEP fait grimper les cours. Le baril grimpe vers les 70$

Lors de sa réunion, l’OPEP a décidé de ne pas changer les quantités d’extractions pétrolières et le niveau des exportations. L’objectif est de faire grimper les prix et ça fonctionne.

Avec le départ de Donald Trump, qui avait pris l’habitude de menacer le cartel du pétrole dès que les prix montaient, la voie est libre. Les prix du baril grimpent en direction des 70$. Il y a une année, le baril flirtait avec les 30$ alors que la Russie et l'Arabie Saoudite avaient coordonné leurs efforts pour faire couler le pétrole de schiste américain.

Lire la suite

Les majors pétrolières et gazières publient les résultats pour 2020

L’année 2020 aura été une année particulière dans la fabuleuse histoire du pétrole et du gaz. Est-ce le tournant?

Si le pétrole avait débuté l’année à plus de 60$ le baril, il est ensuite passé dans un cycle de montagnes russes entre -37$ et un sommet à 40.

Les plus grandes majors pétrolières sont souvent perçues comme riche à millions. Dans la réalité, les entreprises privées, cumulent plus de $ 250 milliards de dettes. Leurs pertes se chiffrent en milliards.

Lire la suite

Pétrole : le baril grimpe au-dessus de 50$

Pour la première fois depuis le mois de mars, le baril de pétrole est passé sur la barre des 50$ à Londres à 50,95 pour être précis. A New York, on le retrouve à 47,63$ pour la même quantité d’or noir. Alors que le coronavirus paralyse de nombreux pays, cette poussée de fièvre est paradoxale.

Selon les financiers et les traders, cette hausse est justifiée par l’arrivée de nombreux vaccins ainsi qu’une augmentation de la demande en Inde et en Chine. En un mot: nous sommes "on the road again"!

Lire la suite

Chaos sur le pétrole américain: il termine à moins 37$. Oui, -37$ !

Journée chaotique, historique et vice versa. Le prix du baril de pétrole américain, WTI, est passé sous la barre des zéros, à -37.36$ le baril pour être précis. Pour bien comprendre, ce lundi, les heureux propriétaires de pétrole américain ont payé 37,63$ à celui qui voudra bien leur débarrasser de leur pétrole ! L’industrie pétrolière a réinventé les soldes ou un moyen de piquer la une au coronavirus sur facebook.

La journée se termine alors que le baril valait encore +18,27 à l'ouverture, soit une chute de 55$! Après cette dégringolade, le WTI va remonter rapidement. Comment en est-on arrivé là ?

Lire la suite

Pétrole : 19$ hier soir et 26$ ce matin !

Le baril de pétrole est entré dans la zone des 19$ pour ses 159 litres, soit 12 centimes l'unité, 10 fois moins cher qu’un litre de Coca-Cola!  A 19,57$, je voulais vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

Ca, c’était le début de l’article écrit hier soir. Ce matin, après avoir rafraichi 20 fois la page des cours, oui, c’est bien ça ! Le baril américain a pris 6$ en moins de temps qu’il n’aura fallu à Donald Trump pour annoncer son plan de réouverture du pays.

Lire la suite

Pétrole : Le coronavirus plus fort que l’OPEP et le G20 ?

Contaminé par le coronavirus, le prix du baril de pétrole tousse. Il est toujours en vie, mais il tousse. La semaine dernière, grâce à un tweet dont il a le secret, Donald Trump, avait réussi à le réanimer et à faire bondir les cours de +25% en quelques heures!

Rééditer cet exploit était l’objectif de la fusée à deux étages concoctées par l’OPEP, le cartel du pétrole, et les 20 pays les plus musclés, le G20. Il y a urgence. Le carburant de l’Economie mondiale, le pétrole, est au soin intensif. Investissements sabrés et une volatilité qui ressemble à un coq à qui l’on vient de couper la tête ont ponctué une semaine du meilleur épisode de Dallas.

Lire la suite

Et si Nabilla faisait chuter les prix du pétrole?

Donald Trump est un génie. Jeudi dernier, avec un seul et unique tweet il a réussi à faire grimper les prix du baril de 20 à 28$! La plus grande hausse dans l’histoire du pétrole en 24h.

Son passage sur Twitter a permis de générer une plus value de 800 millions $ par jour pour l'industrie pétrolière.

Comment est-ce possible ? Est-ce que Nabilla pourrait en faire tout autant?

Lire la suite

Le pétrole : cette bombe à retardement

Il y a trois semaines, sous l’impulsion du corona, de l’Arabie Saoudite et de la Russie, le pétrole a perdu 50% de sa valeur. Bien préparés et histoire de tenir le choc, ces deux pays avaient largement alimenté en pétrodollars leurs fonds souverains.

A contrario, les Etats-Unis n’ont rien vu venir et leur préparation à cette éventualité n’a d’égale qu’un discours de Donald Trump sans prompteur.

Lire la suite

Après 12 jours de Krach Pétrolier: le baril à 23$

Le coronavirus est en train de ravager l’industrie pétrolière et la destruction de la demande pourrait atteindre le chiffre astronomique de 10 millions sur les 100 millions de barils consommés par jour (b/j). Les cours ont chuté à 23,38$ à New York et à 27,91$ à Londres.

En parallèle, l’une des passe-d’armes les plus virulentes du protectionnisme se révèle dans la guerre pétrolière déclarée entre la Russie, l’Arabie Saoudite et les USA. La "Dominance Energétique" américaine est remise en cause mais chaque mètre sera défendu avec ardeur. Ce chaos pourrait fondamentalement remodeler notre utilisation d'énergie ainsi que la géopolitique mondiale. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Lire la suite

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org