• 1

Le pétrole à 37$ le baril, les majors empilent les dettes

Aujourd'hui, journée spéciale aux USA. Pour l'information et surtout pour l'Histoire: le pétrole se traite à 37$ à New York et 39$ à Londres. Qu'en sera-t-il demain?

En regardant 2020, c'est une parfaite annus horribilis pour les compagnies pétrolières. Les chiffres du 3ème trimestre le démontrent.

En Europe, depuis le coronavirus, les pétroliers et gaziers ont vu leurs capitalisations boursières chuter de 364 milliards $. On comprend la grise-mine des investisseurs. Aux USA, c'est pire. Les 84 faillites ont effacé $ 89 milliards et le montant pourrait grimper à $ 100 milliards avec la deuxième vague de coronavirus. Avec un baril à $40, l'or noir n'est pas rentable.

Lire la suite

L’énergie du prochain président des Etats-Unis

Les électeurs américains sont sur le point de connaître leur président pour les quatre années à venir. Qu’importe le choix entre Trump ou Biden. Grisés par les promesses du pétrole et du gaz de schiste, les deux protagonistes vont faire face à un changement de paradigme énergétique qu’ils ont eux-mêmes entrepris. La malédiction du pétrole est décidément tenace pour ceux qui osent s’y enlacer.

Sous la direction du duo Obama-Biden, Washington avait porté à bout de bras l’émergence du schiste pour s’appuyer sur une doctrine d’abondance énergétique. Les objectifs étaient de relancer, à n’importe quel prix, la croissance économique et l’emploi.

Lire la suite

Le dilemme des compagnies pétrolières

Le business model des compagnies pétrolières n’est pas d’extraire du pétrole et du gaz. L'objectif est de créer des bénéfices pour verser des dividendes, qui génèrent de nouveaux investissements, afin de recommencer le cycle. Ainsi, le pétrole et le gaz ne sont que des moyens pour y parvenir.

Cependant, depuis 2014 les performances boursières des majors s’amenuisent, alors que les industries des nouvelles énergies et électriques explosent. S’obstiner dans le pétrole ou substituer l’or noir par un autre agent? La question se pose.

Lire la suite

La Crise pétrolière fait trembler l'industrie

Comme prévu, les deux plus grandes entreprises de services pétroliers Schlumberger et Halliburton ont annoncé des chiffres qui soulignent l’ampleur de la crise pétrolière et gazière qui secoue la planète.

Schlumberger licencie 21’000 de ses 85’000 employés éparpillés dans 120 pays. Halliburton s’est déjà séparé de 4’500 employés sur 55’000. 

La chute des prix du baril et de la demande ont forcé les producteurs à diminuer le rythme de leurs extractions. Comme à chaque crise, les entreprises de services sont les premières à encaisser le choc, qui finira par s’étendre à toute l’industrie.

Lire la suite

L’OPEP fête ses 60 ans avec de moins en moins de dents

Il y a 60 ans à Bagdad, le 14 septembre 1960, les 5 producteurs pétroliers: Arabie Saoudite, Iran, Koweït, Iran et Venezuela s’associaient et réalisaient l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP).

Pour la première fois, certains pays producteurs de pétrole avaient décidé de montrer leurs dents face aux compagnies pétrolières américaines et européennes histoire de rapatrier les pétrodollars directement dans leurs cagnottes. Le regroupement aura également permis d’agréger les quantités produites afin de tenter de contrôler les prix.

Lire la suite

L'accord Energétique d'Israël et des Emirats Arabes Unis

Israël et les Emirats Arabes Unis ont conclu un accord de paix négocié sous l’égide des Etats-Unis censé conduire à une normalisation complète des relations diplomatiques entre les deux pays. Ca, c’est pour le communiqué de presse. Mais stratégiquement, le rapprochement des deux pays ouvre des opportunités énergétiques et économiques.

Traditionnellement, les grandes monarchies pétrolières ont toujours refusé de livrer leur pétrole à Israël. Même l’Arabie Saoudite, proche des USA, a appliqué cette règle. Alors que la région regorge d’hydrocarbures, Israël semblait se trouver du mauvais côté du puits.

Lire la suite

Greta, Trump, Corona : qui aura le dernier mot ?

L’âge de pierre n’a pas pris fin par manque de pierres. L’âge du pétrole ne prendra probablement pas fin par manque de pétrole mais certainement par les dérèglements financiers et climatiques qu’il occasionne.

Pour l’instant, Donald Trump met en exergue sa puissance et le rôle moteur de l’or noir dans sa victorieuse stratégie économique. Devant les succès américains, le message de Greta Thunberg est étouffé.

Lire la suite

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org