• 1

Le voyage creux de Biden au Moyen-Orient

Par Scott Ritter - Le président américain Joe Biden revient d'une visite de quatre jours en Israël et en Arabie saoudite avec une poignée d'engagements sur les questions de sécurité régionale et énergétique, dont beaucoup ne sont guère plus que des promesses vides. Le prix à payer pour ces réalisations creuses est élevé.

L'administration du président américain Joe Biden a, dès le début, placé la gestion de la perception au premier plan de sa politique de sécurité nationale, en utilisant des tropes bien connues telles que la "démocratie", les "droits de l'homme" et "l'ordre international fondé sur des règles". Si l'adoption de ces thèmes politiques n'est pas propre à cette administration, la mesure dans laquelle elle a été autorisée à s'éloigner des faits et à élaborer des récits qui relèvent souvent plus de la fiction que de la réalité est alarmante.

 

Aucun moment de la politique n'a réussi à capturer cette combinaison d'incohérence, de contradiction et de demi-vérités comme le récent voyage de Biden au Moyen-Orient.

Né de la double nécessité d'apaiser les inquiétudes régionales concernant le programme nucléaire iranien et d'obtenir des garanties saoudiennes sur l'augmentation de la production pétrolière, le voyage de Biden s'est transformé en une série de moments télévisés destinés à façonner la perception du public, pour être rapidement balayés par la dure réalité.

 

Israël et l'Iran

La première étape de Biden l'a conduit en Israël, où l'on espérait qu'il s'entretiendrait avec l'ancien Premier ministre israélien Naftali Bennett au sujet d'un front uni contre le programme d'enrichissement nucléaire de l'Iran, ainsi que de la possibilité d'une normalisation des relations entre Israël et l'Arabie saoudite.

Au lieu de cela, M. Biden a été accueilli par Yair Lapid, un premier ministre intérimaire qui a pris ses fonctions au début du mois de juillet après l'effondrement de la coalition gouvernementale de Bennett, dernière manifestation en date du chaos politique intérieur israélien.

Alors que M. Biden a continué à parler en faveur d'une réintégration des États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien, M. Lapid a déclaré que "la seule chose qui arrêtera l'Iran est de savoir que s'ils continuent à développer leur programme nucléaire, le monde libre utilisera la force".

Le choix des mots de Lapid a mis en évidence le fait que, bien qu'Israël soit prêt à utiliser la force contre l'Iran (et a récemment entrepris des exercices militaires pour tester ce scénario), la réalité est qu'il n'est actuellement pas en mesure de lancer et de maintenir une attaque aérienne significative sans une implication significative des États-Unis.

Biden et Lapid ont signé une déclaration commune affirmant que les États-Unis sont prêts à utiliser "tous les éléments de leur puissance nationale" pour empêcher l'Iran de se doter d'une bombe nucléaire, créant ainsi l'impression d'une résolution inébranlable.

Cette déclaration, comme presque tous les aspects de la politique de sécurité nationale de Biden, s'est avérée être plus un battage publicitaire qu'une réalité.

Avant la visite de M. Biden en Israël, l'Iran a continué à enrichir de l'uranium à 60%, à un pas du niveau de 90% jugé nécessaire pour produire des matières fissiles pour une arme nucléaire. Au lendemain de la déclaration conjointe Biden-Lapid, un haut responsable iranien, Kamal Kharrazi, a déclaré que l'Iran "a la capacité technique de fabriquer une bombe nucléaire", mais qu'il n'a "pas pris la décision" de le faire.

Le message iranien était clair : si l'objectif des États-Unis et d'Israël était d'empêcher l'Iran de posséder la capacité de produire des armes nucléaires, ils ont échoué.

 

Arrivée en Arabie Saoudite

Il n'y aura pas de frappe militaire israélienne contre l'Iran parce que, tout simplement, il n'y aura pas de frappe militaire américaine contre l'Iran.

La raison de cette impuissance collective face aux actions de l'Iran réside dans l'objectif principal de la deuxième étape du voyage de Biden au Moyen-Orient, une visite en Arabie Saoudite et une rencontre avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, connu sous le nom de MBS.

Bien que l'administration Biden ait insisté sur le fait que l'objectif principal de la visite n'était pas l'énergie, la question de la capacité et de la volonté de l'Arabie saoudite d'augmenter sa production de pétrole était au centre de sa conception et de sa mise en œuvre.

La raison pour laquelle la sécurité énergétique est si importante dans l'agenda de M. Biden est simple : Les prix élevés du pétrole aux États-Unis et la situation chaotique de la sécurité énergétique en Europe, aggravée par les mesures collectives américano-européennes contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine.

Les projections concernant l'effondrement de l'économie russe en raison des sanctions occidentales ont fait l'effet d'un boomerang sur les États-Unis et leurs alliés, l'économie russe résistant alors que les États-Unis se débattent et que l'Europe s'effondre.

Le lien est que toute attaque américaine ou israélienne contre l'Iran déclencherait d'inévitables représailles iraniennes contre la capacité de production de pétrole de l'Arabie saoudite et d'autres États arabes du Golfe tels que le Koweït et les Émirats arabes unis. La pression économique sur les États-Unis et l'Europe se transformerait en une crise énergétique qui pourrait s'avérer fatale pour leurs économies, ainsi que pour celles de tout producteur de pétrole visé par l'Iran.

Biden le sait, Israël le sait, l'Arabie saoudite le sait et l'Iran aussi.

 

La Russie dans l'ombre

Pour pouvoir faire appel à l'Arabie saoudite afin d'obtenir une aide sur le marché pétrolier, M. Biden a toutefois dû revenir sur ses promesses antérieures de traiter MBS comme un paria pour son rôle présumé dans le meurtre du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi.

Non seulement Biden a rencontré MBS, mais il a dû se soumettre aux projections saoudiennes d'équivalence morale lorsque MBS a repoussé le châtiment de Biden sur la mort de Khashoggi en évoquant le traitement américain des prisonniers irakiens à Abu Ghraib et le silence sur le meurtre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh.

La signature de 18 "accords de partenariat" par des responsables américains et saoudiens montre à quel point la barre a été placée bas. En fin de compte, Biden s'est débarrassé de toute prétention à l'autorité morale en échange de promesses qui auraient probablement pu être obtenues sans rencontrer physiquement MBS.

Si l'Arabie saoudite s'est engagée à contribuer à la stabilisation du marché mondial du pétrole, les décisions concrètes ont été réservées pour la prochaine réunion de l'OPEP+ début août, à laquelle la Russie participera.

L'ironie du fait que la Russie exerce un droit de regard sur des politiques que les États-Unis considèrent comme essentielles pour leur sécurité devrait être évidente pour tous les observateurs.

Il en va de même pour le contraste entre le pathos de M. Biden et la confiance publique de son homologue russe, Vladimir Poutine, a rencontré cette semaine les dirigeants turcs et iraniens lors d'un sommet très médiatisé à Téhéran.

Alors que la Russie, la Turquie et l'Iran discutent de politiques communes qui influenceront la sécurité du Moyen-Orient et, par extension, du monde entier, Biden rentre chez lui avec une série de crises de politique intérieure et étrangère, dont aucune n'a été influencée de manière significative par sa visite au Moyen-Orient, quelle que soit la propagande de la Maison Blanche.

 

Article publié dans EnergyIntel par Scott Ritter, ancien officier de renseignement du Corps des Marines des États-Unis. Au cours de sa carrière de plus de 20 ans, il a notamment été en poste dans l'ex-Union soviétique pour mettre en œuvre des accords de contrôle des armements.

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org