• Home
  • Thomas Norway
  • L'énergie qui donne la patate! Aller au charbon pour la révolution industrielle

L'énergie qui donne la patate! Aller au charbon pour la révolution industrielle

Par Thomas Norway – Aaaahhhhh la révolution industrielle, cette période du début du "no limits" où prospèrent les ouvriers, les manufactures, le train et les marchandises à bas prix et durant laquelle naissent la classe bourgeoise industrielle et le smog. Mais également une excellente occasion de mettre l’influence du EROI en pratique et en exergue. Pour ce faire, la pomme de terre sera notre amie durant toute cette rubrique!

Si le EROI diminue (Taux de Retour Energétique), il faut plus d’énergie pour le même résultat. Si celui-ci augmente, c’est l’inverse : il faut moins d’énergie et donc moins de gens et de temps.

 

Donc : Avoir du charbon dans son sous-sol, c’est intéressant à condition de pouvoir l’exploiter car "pas de bras, pas de chocolat".

Il faut donc des machines qui, avant la révolution industrielle, étaient biomécaniques ou communément appelés animaux, humains, serfs, plèbe, bon peuple voire esclave rémunéré (ou pas).

Le problème avec ceux-ci c’est qu’ils sont très nombreux à être fort occupés par des tâches futiles et ennuyeuses telles que produire, transformer, stocker, transporter, préparer et cuire de la nourriture. Et donc si plus de 50% de la population est occupée bêtement, ils ne peuvent forcément pas faire autre chose ailleurs, l’ubiquité n’est pas courante chez les vilains.

 

 

Les Amériques et la Patate à la rescousse !

Les galions de retour des Amériques sont emplis d’or et d’argent mais également d’autres surprises comme le tabac, le maïs, la tomate et la pomme de terre et comme Antoine Augustin Parmentier le déclama en 1778 : "La pomme de terre, c’est super !"

En effet, la pomme de terre a des avantages indéniables par rapport aux céréales :
    • Elle produit 3 fois plus de calories à surface et travail équivalent
    • Elle contient des vitamines et minéraux intéressants (qui sauvèrent ledit Parmentier d’ailleurs)
    • Elle peut se cultiver avec peu ou pas d’outils sur une petite surface
    • Elle s’acclimate facilement tant qu’il ne fait pas trop sec
    • Il ne faut ni la faucher, ni l’égrener, ni la battre, ni la moudre
    • Les assurances maladies-pension de l’époque, c’est-à-dire les enfants, peuvent participer de même que les adultes plus faibles

La patate est le féculent du fainéant, le superman du potager qui, comme les Irlandais le savent, a également sa kryptonite : le mildiou.
En résumé, la culture de la pomme de terre a un EROI beaucoup plus important que celui des céréales car il permet de produire plus de nourriture avec moins d’énergie et de machines.

Ceci a eu deux implications directes, il est plus facile de mieux nourrir le peuple qui va croitre rapidement et une part importante de la population se retrouve sans emploi. Au contraire des scouts qui pourraient glander béatement, Celle-ci est dès lors contrainte d’aller vendre sa force de travail ailleurs à n’importe quel prix ce qui arrange assez bien les gestionnaires de mines et de fonderies.

Les implications indirectes sont : le phénomène des enclosures, l’augmentation des secteurs secondaires et tertiaires, la diminution du prix du charbon et de l’acier qui conduit à renforcer le "capital" et la création de la bourgeoisie industrielle qui a pu s’instruire et investir en R&D pour diminuer encore les coûts et rendre l’acier accessible pour l’agriculture qui a permis de réduire l’énergie nécessaire au labour et, paf, la boucle est bouclée, lancée et inarrêtable ou presque comme nous le verrons dans la suite des articles #spoiler.

La pomme de terre n’est évidemment pas le seul élément qui a permis cette évolution rapide mais elle en est la cause principale.

Le coefficient de corrélation entre la production de charbon et la production de pomme de terre en Angleterre est presque parfaite (0,99) sur la période 1700-1800.

"Oui mais les anglais, ils sont trop forts, ils sont nombreux, ils ont inventé plein de choses, ils avaient un empire, corrélation n’est pas causalité, j’ai lu que…, la cousine du coiffeur a entendu que… et un toucan sur un cactus !"

 

Il était la Belgique, une fois !

En Belgique, on aime les frites et donc les pommes de terre et ce, depuis longtemps. En Belgique, on n’avait pas d’empire, on n’était pas nombreux, on n’avait pas de coiffeur et encore moins de cactus mais quand même, la Belgique a été le second producteur mondial de charbon au début du 19ème siècle. Derrière l’Angleterre mais devant les USA.

En Belgique, on avait une de ces patates ! Et avant les autres car on en cultivait proportionnellement de 1,5 à 3 fois plus que le reste de l’Europe continentale mais 2 fois moins que l’Irlande.

Ce qui d’ailleurs, nous a permis de participer au jeu de la colonisation comme quoi, le bonheur des uns…

 

Des conséquences en cascade

Comme quoi, un simple tubercule avec un EROI bien supérieur peut permettre de "libérer" des gens de leur tâches vers la production de nouveaux biens et services.

Cette révolution agricole bien moi glamour que les histoires humaines sur les capacités, le génie et la grandeur humaine a permis d’initier le début du commencement ou le début de la fin selon qu’on lise les rapports du GIEC ou pas. Celui-ci est d’ailleurs disponible facilement (non, je ne fais pas de publicité), dont le rapport III est sorti le lundi 4 avril 2022, avec un résumé accessible et des résumés de résumé sur les réseaux sociaux que je vous invite à lire (bon un peu quand même).

Bref, soit, on voit bien dans la pratique ce que signifie une augmentation de EROI sur le tissu socio-économique. Bien entendu, il a été fait naturellement sans en comprendre le pourquoi, ni le comment et c’est bien là le problème car le chapitre suivant de cette incompréhension se terminera dans le sang et dans les larmes car : "There is no such thing as a free lunch" selon Milton Friedman.

 

Rubrique de Thomas Norway, spécialiste en systémique de l'énergie.

 

Pour terminer cette seconde rubrique :

By feeding rapidly growing populations, the potato permitted a handful of European nations to assert dominion over most of the world between 1750 and 1950.” The potato, in other words, fueled the rise of the West.” William H. McNeill

(Et pour ceux qui ne parle pas anglais : En nourrissant des populations en croissance rapide, la pomme de terre a permis à une poignée de nations européennes d'affirmer leur domination sur la majeure partie du monde entre 1750 et 1950". La pomme de terre, en d'autres termes, a alimenté l'essor de l'Occident.)

"Pour agir efficacement, il faut d’abord comprendre le problème à traiter" Jean-Marc Jancovici

"Bien lourd est le parpaing de la réalité sur la délicate tartelette aux fraises de nos espérances"  GrosCaillou

"Pas de pomme de terre, pas de pierre ; Pas de pierre, pas de construction ; pas de construction, pas de palais ; pas de palais… pas de palais" Gérard Darmon

 

De Thomas:  Energie : Dans la physique les miracles n’existent pas

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org