• 1

L’énergie du prochain président des Etats-Unis

Les électeurs américains sont sur le point de connaître leur président pour les quatre années à venir. Qu’importe le choix entre Trump ou Biden. Grisés par les promesses du pétrole et du gaz de schiste, les deux protagonistes vont faire face à un changement de paradigme énergétique qu’ils ont eux-mêmes entrepris. La malédiction du pétrole est décidément tenace pour ceux qui osent s’y enlacer.

Sous la direction du duo Obama-Biden, Washington avait porté à bout de bras l’émergence du schiste pour s’appuyer sur une doctrine d’abondance énergétique. Les objectifs étaient de relancer, à n’importe quel prix, la croissance économique et l’emploi.

Quant à Trump, il a fait évoluer le concept en «dominance énergétique» afin d’imposer sa puissance en Iran, au Venezuela et en abandonnant les puits de pétrole du Moyen-Orient, notamment en Irak.

 

Un pays en décroissance énergétique

La crise de 2008 aura vu un baril de pétrole exploser à 147 dollars pour ensuite s’effondrer avec l’économie. Grâce au soutien inconditionnel d’Obama, Wall Street aura ensuite déversé, à fonds perdu, des centaines de milliards de dollars dans le pétrole et le gaz de schiste. Les taux d’emprunts proches de zéro, le tsunami de financements et des règles environnementales relâchées ont créé un terreau fertile pour l’industrie.

Il n’en fallait pas plus pour que les Etats-Unis soient propulsés au rang de champion du monde pétrolier devant la Russie et l’Arabie saoudite.

 

Fragile, artificielle et malade, la bulle du schiste américain n’aura pas survécu au coronavirus.

Le virus n’aura fait qu’abréger son agonie. Ainsi, c’est un pays énergétiquement en décroissance que dirigera l’un des deux gentlemen. La nouvelle n’est pas forcément bonne pour la première puissance mondiale, car la notion de leadership repose sur la trilogie de puissances: financière, militaire et énergétique.

En plus des atermoiements pétroliers, l’économie américaine montre également des signes d’épuisement. Depuis le début de l’année, les USA se sont lancés dans une hausse sans limite de la masse monétaire. A la suite d'une première injection de plus de 2000 milliards de dollars, une nouvelle impression est proposée à plus de 1800 milliards de dollars. L’élixir fonctionne à merveille pour les grandes fortunes mais ne sert pas de panacée à l’économie réelle.

 

Les options énergétiques du nouveau président

C’est dans une situation d’un pays qui s’épuise que le nouveau locataire de la Maison-Blanche devra poser son équation. La capacité de résilience des Etats-Unis est connue. Cependant, enlisé dans son héritage historique pétrolier, ses géants du numérique et des réseaux sociaux, le pays a méticuleusement manqué toutes les opportunités dans le renouvelable et l’efficience énergétique.

De par leur gourmandise et leur gaspillage insatiables, les Etats-Unis devront compter encore plus sur l’étranger afin d’assurer leur approvisionnement. Après avoir laissé l’Irak, la Libye et l’Iran dans les mains chinoises et russes, un come-back, même hollywoodien, force l’imaginaire. Confier son avenir pétrolier à l’Arabie saoudite représente un pari audacieux. Du côté du Venezuela, les installations pétrolières sont dans un tel état de délabrement qu’il faudra de nombreuses années pour les remettre en service.

Du côté de la concurrence, Chine en tête, les grandes nations se battent déjà pour atteindre une dominance à base d’énergies renouvelables et d’hydrogène. Pékin a d’ailleurs cadenassé toutes les ressources en terres rares nécessaires au développement des énergies renouvelables et des batteries de stockage.

 

Plus qu'un président

Dans quelques jours, une fumée annoncera la couleur du prochain président. Durant son règne, il y a fort à parier qu’entre les féroces changements climatiques qui secouent le pays et la baisse de production énergétique locale, il devra réinventer un chemin hors d’une abondance ou d’une dominance énergétique.

En réalité, les Américains vont élire bien plus qu’un président. Qu’importe le choix, l’élu deviendra, de facto, leur énergéticien en chef pour les quatre années à venir.

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org