Energies, Economie, Pétrole et Peak Oil: Revue Mondiale Septembre 2021

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies. A l'agenda:
- Energies : Grosses secousses au niveau mondial
- Angleterre: Les stations d'essence à sec, les prix du gaz crée des faillites
- Chine: Des entreprises arrêtées par manque d'électricité
- Allemagne: Le gazoduc Nord Stream 2 est terminé. Il reste à le certifier
- Japon: Les grands de l'automobile penchent vers les voitures à hydrogène
- USA : Il n'y a plus assez d'uranium pour les centrales nucléaires du pays
- Russie: Est-ce que Vladimir est en train de jouer avec le gaz?
- Nigeria: La production pétrolière repart enfin à la hausse.

 

Y aurait-il du gaz dans le pétrole? En tout cas, des signes de nervosité ont été repérés notamment avec une poussée sur les 80$ au plus depuis 3 ans. Au final, il termine à $78,52 à Brent à Londres ($73,03 fin août) et le WTI à New York à $74.97 contre (68,74 fin août).

D'ailleurs il n'y a pas seulement le pétrole qui n'a pas pris ses cachets de Xanax, gaz, uranium, charbon sont dans le même cas. Bref, un septembre très chahuté qui commence après le graphique du mois.

 

 Graphique du mois

Le Prix du baril de pétrole tente les 80$

 

 

Monde de l'Energie

On pourrait prendre des gants, être poétique voire politiquement correct. Mais trois mots caractérisent à la perfection la situation énergétique mondiale actuelle : c’est le Bordel ! 

La situation a toutes les cartes en main pour déraper dans le mois à venir avec le potentiel de faire reléguer le covid aux oubliettes, comme quoi il y toujours du positif dans le négatif.

Le baril de pétrole grimpe à 80$ avec un objectif à 90$. Les prix du gaz sautent de 20 ct à 80 centimes le m3.

Le prix du charbon: multiplié par 4 avec de grosses pénuries en Chine où des industries doivent fermer pour cause de manque d’électricité.

L’uranium est poussé par les spéculateurs et passe de 20 à 50$ la livre.

En Europe, les prix spots de la bourse de l'électricité sont passés de 3,7 à 10 ct le kWh avec un spot de 15 centimes pour février 2022!  Il va en falloir des cierges et des prières pour qu'il n'y ait pas un blackout cet hiver.

Même le silicium, des panneaux solaires, se détraque de $2'000 la tonne à 4'000 !

Les prix de la nourriture ont augmenté de +33% depuis août 2020 et le papier toilette a grimpé de 20% au niveau mondial.

Sur le marché européen, le prix du carbone a atteint un record de €65 la tonne.

Ben, si le printemps et l'été ont été marqués par le climat, l'automne et l'hiver auront le stempel "energie en folie".

Corolaire à ces hausses, l’inflation pointe le bout de son nez. Le PIB mondial devrait grimper de plus de 5% en 2021 et 2022 afin de battre les records de 2019.

 

 

Climat

Les USA invitent les pays dans un engagement mondial contre le méthane. Avec les extractions de gaz de schiste, les USA se trouvent parmi les plus grands contributeurs. L’Europe a accepté d’entrer dans la dance d'autant qu'il ne devrait pas y avoir d'objectifs.

Une étude portée sur 20'000 personnes du Pew Research Center relève que 75% pensent que leur vie va être impactée négativement par les changements climatiques. Bien qu’important, ce nombre ne semble pas assez élevé pour débuter l’esquisse d’un changement.

Les immigrés climatiques pourraient atteindre 140 millions d’ici à 2050 selon le rapport Groundswell de la Banque Mondiale. En comparaison, l’épisode Européen de 2015 n’aura été qu’un minuscule entraînement. Les sécheresses, la diminution de la production de céréales et l’élévation de l’eau des océans sont pointés du doigt.  

Les grandes nations ont-elles un intérêt à diminuer leur consommation d’énergie ?  Lire article ou pour vous en convaincre, il suffit de regarder cette vidéo

 

Thank Biathlon, les meilleurs moments. Concours de chars d'assauts en Russie

 

Pétrole

Inventée en 1922, l’essence au plomb vient de mourir ce mois. Cette essence dangereuse pour la santé vient d'être retirée du marché mondial.

L’EIA estime que le monde a englouti 98,4 mb/j en août soit 4 millions de moins qu’en août 2019. La demande mondiale a augmenté de 5,2 millions b/j (mbj) en 2021.

Les volontés de diminuer les émissions de CO2 restent dans le tiroir volontés. Dès juin 2022, nous devrions consommer plus de pétrole qu’avant la pandémie.

Les plus grands consommateurs de pétrole, Chine en tête, sont sur le point de dépasser leur consommation de pétrole d’avant Covid a calculé SIA Energy. Ainsi, d’ici à la fin de l’année, la Chine devrait consommer +13% par rapport à 2019. Les USA passent également sur la barre.

 

Gaz Naturel

Les prix du gaz grimpent et la spirale ne semble pas terminée.

Aux USA, le gaz a atteint les $ 5.1 le BtU soit le double d’il y a 6 mois et 20% de plus en un mois. Alors que l’Europe pensait pouvoir acheter du gaz de schiste américain, c’est l’Asie qui a remporté les ventes aux enchères.

Les Economies US et Européenne avaient capitalisé sur des prix bas du gaz. Il sera intéressant de voir comment ils vont se dépatouiller durant cet hiver. Du côté de l’Angleterre, c’est déjà la soupe à la grimace avec déjà deux revendeurs de gaz qui font faillite.

Le méthane est du gaz naturel et vis versa. Cependant, du côté marketing, il est préférable de l’appeler gaz naturel. Aux USA, 76% de la population pensent que le gaz naturel est moins dangereux pour la planète que le pétrole et le charbon. En réalité, le méthane est 80 fois plus virulent pour le climat que le CO2.

 

Transports Maritimes

C'est également la gabegie dans les ports chinois, américains et européens. Les embouteillages se cumulent et le manque de personnel devient problématique.

Les prix de transports de containers grimpent aussi vite que l’ambiance entre Max Verstappen et Hamilton en Formule 1. Ainsi, vous devriez sortir de votre poche $12'000 pour un container de 40 pieds entre Shanghai et Los Angeles.

 

 

 

Hydrogène

Hyundai va proposer à la vente tous ses modèles en version hydrogène d’ici à 2026. Toyota et Honda se lancent également dans l’hydrogène afin de laisser le leadership des voitures électriques à la Chine. Finalement, et si l’hydrogène devenait le nouveau pétrole ? Poser la question n’est pas anodin.

Les Allemandes BMW et Audi travaillent également sur des véhicules à hydrogène. Le pays a déjà investi des milliards dans cette technologie qui permet de se libérer de l’emprise de la Chine sur les véhicules électriques.

La National Renewable Energy Laboratory pense que les camions à hydrogène seront compétitifs économiquement dès 2025 face au diesel.


 

Nucléaire

La pénurie d’uranium pousse les prix à la hausse ce qui est un régal pour les propriétaires de mines qui devraient extraire 125 millions de pounds en 2021. La demande d’uranium devrait passer de 162 millions de pounds cette année à 206 en 2030 et 292 en 2040 selon l’Association Mondiale du Nucléaire.

Du côté des producteurs les extractions devraient diminuer de 15% d’ici à 2025 et de 50% d’ici à 2030 à cause du manque d’investissements et de la difficulté de trouver de l’uranium.

Pour les spéculateurs, l’uranium est du pain béni ! Le fonds vautours, Sprott Inc a lancé un trust afin de spéculer sur l’uranium. Le fonds a amassé 24 millions pounds d’uranium et a parfois acheté jusqu’à 500'000 pounds (livre) par jour. Le pari à la hausse devient une opportunité financière majeure.    Après avoir roupillé pendant des années vers les 20$, le prix de l’uranium a explosé à presque 50$ la livre.

Du côté des traders de WallstreetBets, ils se sont jetés dessus comme un labrador devant un os. Cameco a pris jusqu’à 75% depuis août et le futur sur l’uranium +40%.

La pénurie d'uranium est une opportunité d'achat pour les spéculateurs

 

Pandémie

La bonne nouvelle est qu’il y a que 24 lettres dans l’alphabet grec et qu’une fois qu’il sera épuisé, les variants seront bien embêtés.

Il y a 18 mois, quand les images venaient de Wuhan où les citoyens chinois devaient montrer leur QR code pour sortir, que celui qui ne s'est pas dit: Mon Dieu heureusement que je ne suis pas en Chine, lève la main.

 


Véhicules électriques

Certains gouvernements ont encouragé à passer à la voiture électrique avec des allègements fiscaux, des places de parc privilégiées. Du coup, certains réalisent que les revenus des taxes (essence, parking, immatriculation) sont en baisse. En Norvège, 2/3 des nouveaux véhicules sont électriques.

Comment financer le maintient des routes si la manne a disparu? Un faisceau d’indices montrent que les taxes vont rattraper les véhicules électriques.

Pour faire un plein rapide électrique sur une autoroute, il faudra vider son porte-monnaie. Dans certains cas, le kWh est vendu jusqu’à € 0,60 soit entre €50 et 70 pour un plein, contre €10 à la maison en charge normale.

Ceci s'explique car les opérateurs ont fixé les tarifs par rapport à un plein d’essence, mais un peu moins cher. Pour info, 1 kWh coûte env €20 ct  (Frs 0,22) sur le réseau normal (en Suisse).

 

La production des voitures électriques Lucid ont débuté. Plus de 1'000 chevaux dans la démesure

 

Eolien

Siemens Gamesa propose une nouvelle pale d’éolienne "recyclable". Le matériel et les résines utilisés pourront être séparés et triés.

Actuellement, les vieilles pâles sont inutilisables et souvent enterrées vivantes. Jusqu’en 2025, arrivées en fin de vie plus de 6'600 pâles par an vont finir à la casse en Europe et 1'400 aux USA. C’est un peu comme le nucléaire, mais en moins dangereux. 

 

 

Dessin Chappatte

 

 

 

Les 3 Pays au sommet du Hit Parade du Mois de Septembre

 

Angleterre

C’est le Bronx dans le pays de sa majesté et pour une fois, Meghan Markle, la princesse woke, n’est pas à la manœuvre. Pris de panique, les anglais se sont précipités aux stations d’essence pour faire le plein. Du coup, une grande partie des stations sont vides. L’Angleterre n’a pas un problème d’essence mais de logistique.

De plus, après avoir libéralisé son marché de l’électricité et du gaz, les anglais se retrouvent devant des factures énergétiques épouvantables. Si vous voulez connaître l’impact de la libéralisation du marché du gaz et de l’électricité, l’Angleterre est un bon point de départ. Au lieu de garantir des prix bas, c’est tout le contraire. Les entreprises s’entendent pour fixer des prix élevés et font tout pour réduire leurs coûts. Du coup, toute l’infrastructure énergétique anglaise se délabre. Certains pointent du doigt le Brexit, mais en réalité, la libéralisation à outrance plaide coupable.

Avec la hausse des prix du gaz, deux entreprises d’engrais ont cessé leur production. Du côté des fournisseurs de gaz, People's Energy, Utility Point, PfP Energy, MoneyPlus Energy, Green Energy et Avro, ont fait faillite laissant 1,5 million de foyers sans gaz.

La compagnie pétrolière Shell va installer 50'000 bornes de recharges électriques durant les 4 prochaines années sur le territoire. Dans l’ambiance actuelle, l’annonce est piquante.

Les pétroliers et gaziers ont demandé au gouvernement d’exploiter 18 nouveaux gisements dans la Mer du Nord. Cette demande va tester la volonté de Londres d’atteindre zéro émissions d’ici à 2050.

 

 

Chine

Ca secoue fortement du côté de la Chine et la deuxième place est méritée.

Evergrande, le deuxième promoteur immobilier de Chine, croule sous une dette de près de $ 90 milliards de dollars et des passifs dépassant $ 300 milliards, l’équivalent du PIB de la Finlande.  L’immobilier représente 7% du PIB chinois. Durant tout le mois, le géant s’est liquéfié et le gouvernement qui rame pour ne pas créer son Lehman Brother chinois. Sans parler de tous les investisseurs, attirés par les 8% d’intérêts promis par Evergrande, qui se retrouvent avec un plus rien dans les mains.

Du côté énergie, c'est la panique. Des coupures d'électricité d'une ampleur inédite voulue par le gouvernement dans 20 provinces sur 32. Alors que l'atelier du monde tourne à plein régime, le quadruplement des prix du charbon thermique à cause d'une pénurie freine la production d'électricité. Depuis le début de l'année 71% de l'électricité provient du charbon alors que Xi Jinping a fixé un taux de 56%. Pour faire baisser la consommation, certaines usines ont été mises à l'arrêt.

La grosse épine sous le pied chinois est la hausse des prix du charbon thermique et sa pénurie, notamment à cause du boycotte par Pékin du charbon australien. Les prix explosent de 60$ l’année dernière à plus de 220$. Du coup, le pays doit utiliser plus de gaz pour compenser.

La Chine se bat contre l’Europe pour importer du gaz liquide des USA. Comme à son habitude, l’Europe ne fait pas le poids. Les USA ont préféré livrer leur gaz liquide à l'Asie.

Alexey Miller, PDG de Gazprom est étonné de la croissance chinoise et 2021 ne fait pas exception. La consommation de gaz a augmenté de 15%.

Xi Jinping a annoncé arrêter le financement, par la China Bank et les autres banques, de centrales à charbon notamment en Indonésie, Vietnam, Pakistan, Inde, Bangladesh et Afrique du Sud. Minuscule détail, Xi n’a pas annoncé de date pour la mise en pratique de son annonce.

Sur le sol chinois, il y a plus de 350 centrales à charbon en construction. Lors de la seule année 2020, la Chine a mis en service à elle seule l’équivalent de 3 fois l’énergie carbonée de tous les autres pays de la planète.

Le trader pétrolier Vitol et le constructeur de voitures électriques chinois BYD s’engagent dans un partenariat à $ 250 millions afin de livrer des flottes de véhicules électriques et stations de recharge pour les municipalités.

En Chine, les japonais Toyota, Honda et Nissan ont vu leurs ventes chuter en août suite à la pénurie de composants numériques. Honda a subi une baisse de -38% à 91'694 véhicules vendus, -10% par Nissan avec 113'166 voitures.

 

Dessin Chappatte

 

Etats-Unis

Joe Biden a demandé à l’Arabie Saoudite d’augmenter la production pétrolière afin de faire baisser les prix à la pompe d’essence. C’est que Joe America doit en mettre des litres dans son SUV et plus il en met, moins il vote pour le président en fonction.

Le stimulus de $3'500 milliards afin de supporter les infrastructures a été refusé par la frange gauche du parti de Joe Biden. Ainsi, les Républicains (droite) n'ont qu'à eu à regarder le parti du président se tirer dans les pattes.

Pékin et Washington entrent dans une nouvelle version d’une guerre froide. La vente de sous-marins nucléaires à l’Australie va dans cette direction. Les deux géants vont devoir s’accaparer le plus d’énergies possibles et le premier qui craquera aura perdu la partie. Un peu comme l’URSS en son temps.

Les achats d’uranium à long-terme pour les centrales nucléaires couvrent le 98% des besoins de cette année, 84% en 2022 et 55% en 2025. Selon Nick Clarke, de Curzon Uranium, "il n’y a pas de volumes signifiants d’uranium qui sont accessibles en ce moment. Les propriétaires de centrales vont devoir réévaluer leurs stratégies d’achats."

Deux centrales nucléaires d’Excelon Corp vont recevoir des subsides de l’Etat de l’Illinois afin d’éviter leur fermeture.

L’inflation est en train de grimper aux USA. En 2008, l’augmentation du pétrole avait poussé l’inflation et par ricochet les taux hypothécaires à des niveaux insupportables pour les propriétaires de maison d’où la crise financière. C’est à cette éventualité que fait face la Banque Fédérale.

Les USA ont quitté l’Afghanistan et laisse la porte ouverte à la Chine et la Russie qui ont immédiatement saisi l’occasion de glisser le pied dans la porte.

L’extraction pétrolière a atteint les 11,3 mb/j en juin et pourrait toucher les 11,7 en décembre. La production de schiste remonte.

L’ajout d’éolien a atteint 17'000 MW pour atteindre le 11% de l’électricité du pays, derrière le gaz 43%, le nucléaire 20% et le charbon 20%.

Etrange nouvelle, pour tous ceux qui sont allés à Las Vegas et visité le Hoover Dam. La production d’hydroélectricité devra cesser en 2022 à cause d’une virulente sécheresse. A ce rythme, il ne sera plus possible de turbiner les eaux du lac Powell d’ici à 2022. Il ne reste que 37% d’eau dans le barrage.

Ford a reçu 150'000 pré-commandes pour son pickup F-150 électrique. La bête est capable de stocker autant d’électricité qu’un ménage durant une semaine.

Dans l’Etat de la Floride, les assureurs ne vont plus assurer les risques causés par les inondations ou alors les primes seront dissuasives. Les séries d’ouragans qui balaient annuellement l’Etat sont trop dispendieux.

 

La production d'électricité du Hoover Dam à Las Vegas en question

 

Moyen-Orient

Liban

La pénurie de pétrole ne montre aucun signe de fatigue dans le pays alors que l’Iran livre du pétrole en passant par la Syrie. Les coupures d’électricité ont même réussi à paralyser une session du gouvernement.

Le gouvernement s’oppose à Israël pour l’exploration du gisement gazier du Levant qui s’étale sur plusieurs pays.

Israël a signé un contrat avec Halliburon pour avancer et semble prendre de cours le Liban.

 

Koweït

Avec un baril à la hausse et dont la perspective est de grimper, le pays va investir $ 6,1 milliards dans l’exploration pétrolière afin de passer de 2,4 à 4 millions de barils par jour d’ici à 5 ans. Cet optimisme est rafraîchissant d’autant qu’avec l’Arabie Saoudite, ce n’est pas le grand amour.

 

Arabie Saoudite

L’activité économique du pays a ralenti au plus bas des dix derniers mois. La création d’emplois est au point mort.

La reprise économique mondiale pourrait pousser la demande de pétrole à des niveaux supérieurs à 2019 et surtout à des prix confortables pour le royaume afin de soutenir ses budgets.

Les Saoudiens ont baissé le prix de vente de leur brut afin de gagner des parts de marché. On est en train de se dire que le monde a assez de pétrole pour l’instant. Cette situation pourrait évoluer rapidement sous les stimulus économiques qui vont faire remonter la demande pétrolière.

Du côté du Yémen, les forces Houthi et Iraniennes progressent notamment dans les régions qui regorgent de pétrole. Malgré des investissements colossaux dans son armée, l’Arabie Saoudite n’arrive pas à concrétiser sur le terrain.

 

Iran

Le pays continue l’enrichissement nucléaire mais il semble qu’une solution sera trouvée avant la création d’une bombe atomique.

Présent à l’ONU, le président Iranien a demandé l’arrêt des sanctions comme point de départ dans les discussions avec les USA.

 

Irak

Total va investir la rondelette somme de $ 10 milliards dans le pays. Le PDG Patrick Pouyanné est allé à Bagdad pour signer le tout. Ce montant va servir à récupérer le gaz torché sur 3 champs pétroliers afin de générer entre 1,5 et 3 GW d’électricité, la construction d’une ferme solaire pour 1 GW dans la région pétrolière de Bassora dans le sud.

L’idée est de générer de l’électricité dans un pays qui en manque terriblement. Le pari est risqué pour Paris, car la stabilité que requière ce genre d’investissement n’est pas vraiment assurée sur le moyen-terme.

Avec les chaleurs, le pays subit des sécheresses et devient invivable pour l’être humain.

Au nord, la progression de l’Etat Islamique inquiète d’autant qu’elle est riche en pétrole.

 

Dessin Chappatte

 

Europe

Les prix spot de l’électricité est passé de $ 3,7 ct en janvier à plus de 10 ct en septembre. Les prévisions pour le début 2022 pointent vers 15 ct. A ce niveau, même le nucléaire sera rentable !

On parle de plus en plus d’un blackout électrique durant cet hiver notamment durant les froids mois de janvier et février.

 

Russie

La production pétrolière pourrait atteindre 11,24 mbj en 2022 +8% avec des revenus records.

Vladimir a limité la livraison de gaz qui transite via l’Ukraine. Le triple effet Kiss Kool permet de réduire l’argent versé à Kiev,  grâce à l’augmentation des prix, de maximaliser les revenus et finalement de mettre la pression pour que le gazoduc Nord Stream 2 soit très rapidement certifié par les autorités de surveillance afin de le mettre en service.

On se rappelle que Moscou avait annoncé vouloir rentabiliser au maximum les revenus pétroliers et gaziers. Il n’est pas dit qu’une fois habitué, l’Europe ne s’accommode pas de ces nouveaux tarifs. L'Asie l’a bien fait. Les mois à venir confirmeront, ou pas, cette tendance.

Les extractions pétrolières et gazières dans l’Arctique ont réussi à lever une centaine de milliards via les grandes banques occidentales. Ainsi Gazprom avec l’aide de Total et ConocoPhillips et Exxon espèrent augmenter de 20% la production dans la région polaire.

Entre 2016 et 2020, les grandes banques, dont JPMorgan, Barclays, Citigroup, BNP Paribas, UBS et Crédit Suisse ont levé plus de $300 milliards pour aider à l’exploitation des hydrocarbures en Arctiques. Cela tranche avec les pubs pour des financements durables de nos chères banques.

 

France

Le prix de l’essence est aussi élevé que durant les premières vagues des gilets jaunes. Le prix de l’électricité va être renchéri de +12% début 2022. En 10 ans, les prix de l’électricité ont augmenté de 50%. Il y a 10 ans, Henri Proglio, PDG d’EDF avait demandé à Sarkozi d’augmenter les tarifs de 50% car l’électricien nucléaire accumulait les pertes. Suite à cette demande, le PDG avait été remercié.

L’Etat a renfloué les caisses d’EDF en épongeant une grosse partie des dettes, mais la situation est toujours chaude.

Le gaz va grimper de 12,6% dès octobre pour tous ceux qui n’ont pas pris la prudente option d’acheter le gaz à coût fixe sur plusieurs années. On serait tenté de dire tant pis pour eux! Cela fait 20 ans que l’on dit qu’il faut sortir du gaz et que d’acheter au prix du jour est dangereux. Même l’excuse du "on ne savait pas" est périmée.

De manière étrange, le gouvernement a proposé un chèque de € 100 pour alléger le fardeau du gaz pour les familles les plus pauvres. Personne n’a relevé le caractère stupide de cette proposition qui permet de prolonger l’addiction au gaz. Autant donner ces subsides directement à Engie et aux gaziers. Alors que les distributeurs de gaz font de solides marges, ne serait-il pas plus efficace de leur demander de réduire leurs profits ? Là, ils génèrent encore plus de profits grâce à des subventions. Est-ce volontaire, la question mérite d’être posée tant le lobby du gaz est surpuissant.

Le président Macron a été aperçu dans le congrès mondial sur la biodiversité tenu à Marseille. Connaissant son intérêt pour l’environnement, sa présence interroge, s’est-il trompé de porte ?

 

Dessin Chappatte

 

 

Espagne

Les prix de l’électricité ont grimpé au point que le très populiste président Sanchez propose que l’Etat garantisse les tarifs 2021 au niveau de 2018.
Là aussi, il fut possible d’acheter l’électricité à terme et non pas au cours journalier (spot) pour assurer les arrières. Est-ce que le budget de l’Etat sera assez solide quand les tarifs grimperont durant l’hiver ?

 

Islande

La start-up suisse Climeworks va construire une installation afin de capturer le CO2 et l’expédier sous le sous-sol en le vitrifiant. Le processus pourra collecter 4'000 tonnes de CO2 par année soit une infinie fraction des 33 milliards de tonnes/an de CO2 que le gaz, pétrole et charbon expédient dans l’air.

L’entreprise doit recevoir des crédits carbones de $1'000 par tonne pour être rentable alors qu'actuellement la tonne est à 65$.

 


Norvège

Le pays pétrolier a voté pour les 5 partis de gauche favorable à l’arrêt de l’extraction du pétrole et du gaz dans le pays. A voir si le nouveau président aura les coudées franches pour sortir du pétrole.

Le fond souverain norvégien, alimenté par les revenus pétroliers, indique plus de $ 1'250 milliards au compteur. Le secteur représente 14% du PIB et environ 160'000 emplois directs.

 

 

Allemagne

Habemus papam ! Olaf Scholz a gagné le droit de remplacer Angela Merkel pour autant qu’il arrive à former un gouvernement. L’Europe est dans l’attente que la locomotive allemande redémarre afin de redémarrer.

Champagne !  Le gazoduc Nord Stream 2 de Gazprom est terminé. Le projet de $ 11 milliards qui relie la Russie à l’Allemagne transbordera 55 milliards m3 vers Berlin et 110 milliards de kilos de CO2 par année sans compter le méthane. Il faut compter en 3 et 4 mois pour le certifier. La construction aura été terminée avant les élections allemandes.

Dans l’affaire, l’Ukraine pourrait perdre $ 1 milliard / an dans les droits de passage sur son sol.

Pendant que la Suisse roupille, l’Allemagne a investi € 9 milliards dans l’hydrogène. 62 projets d’investissement pour un total de 33 milliards d’euros dont 8 milliards d’argent public. L’hydrogène permettrait d’utiliser les énergies renouvelables de façon beaucoup plus efficiente pour le pays.

Le coût de l’hydrogène «vert» atteint en moyenne 16,5 centimes par kilowattheure en Europe, soit trois fois plus que le «gris».

Le salon de l’automobile de Frankfort a déménagé à Munich plus adepte de l’automobile. Jamais aussi peu de grandes marques n’ont participé, à l’image de Stellantis (Opel, Fiat, Renault, etc) et aucune japonaise. Les salons automobiles cherchent une autre voie que celle du garage.

 

Dessin: Chappate

 

Asie

Inde

Ford Motor va fermer son usine de construction de voitures sur le sol indien. Il s’agit de la dernière usine qui était encore en service dans un pays dominé par les voitures asiatiques.

 

Corée du Sud

D’ici à 2028, Hyunday Motor Group envisage de devenir le premier constructeur automobile à offrir des moteurs à hydrogène dans toute sa gamme. Le constructeur fait le pari que l’hydrogène sera plus populaire que l’électrique. Cela permettra au Coréen de s’affranchir de la domination chinoise sur toute la chaîne de valeur des véhicules électriques.

Les institutions publiques coréennes ont investi $127 milliards dans les projets de charbon, pétrole et de gaz durant les 10 dernières années. Après la Chine, la Corée est le deuxième plus grands pays investisseurs dans les énergies fossiles.

 

Corée du Nord

Pyongyang tire un nouveau missile de croisière longue portée et remet la lumière sur son programme nucléaire. Il s'agit d'un caillou de plus dans la chaussure de Biden qui a de plus en plus de peine à marcher.

 

Japon

Après de fabuleux Jeux Olympiques, qui ont permis au Japon de réaliser des déficits records, le premier ministre a démissionné. Les deux événements n’ont pas de liens.

Toyota va investir $ 13,6 milliards pour développer une nouvelle génération de batteries pour voitures électriques d’ici à 2025. Pour comparaison, VW a commandé pour $14 milliards de batteries à Northvolt.

Le chinois Geely a signé un chèque de $ 5 milliards et le groupe Stellantis 30 milliards également dans des batteries.

 

Australie

Au vue de l’ambiance, il faut absolument éviter de mettre le mot Australie à côté de Chine. Et il va falloir y ajouter le mot France. En effet, Camberra a annulé une commande de € 31 milliards de douze submersibles français à propulsion classique «Attack» présenter par Macron en 2018.

A la place, l’Australie va acheter des sous-marins nucléaires américains capable d’aller chatouiller les eaux territoriales chinoises.

Le gouvernement, très conservateur au niveau des énergies renouvelables, a pourtant décidé d’envisager la construction d’éoliennes offshores.

 

Dessin Chappatte

 

Les Amériques

 

USA schiste

Alors que les prix augmentent, les pétroliers semblent revenir sur le schiste et promettent aux investisseurs des dividendes. Le problème est que les meilleurs gisements de schiste sont en train de se tarir. Il va falloir passer aux gisements moins prolixes tout en assurant une rentabilité économique.

Pour faire face à la très mauvaise presse des fuites de méthane du gaz naturel, Exxon Mobile Corp va demander une certification pour le gaz extrait dans les gisements de schiste du Bassin Permin.

Pioneer Natural Resources a mis en vente ses actifs dans le bassin du Delaware et espère récolter $2 milliards afin de réduire ses dettes. Une vague de consolidation entre les grands acteurs est en train de se produire avec la disparition des petits acteurs et des gisements les moins prolixes.

 

La majorité des gisements de schiste sont en régression aux USA

 

Venezuela

Est-ce la fin du Venezuela ? En tout cas, une bonne partie du pétrole risque de rester inexploité par manque de financement et sans rentrée en pétrodollars, la pérennité du pays semble émoussée.

Total et Equinor ont transféré leurs actifs de Petrocedeno dans la compagnie pétrolière nationale PDVSA. Traduction : à cause des risques importants les grands acteurs ne voient pas l’intérêt de s’incruster.

 

Argentine

Selon les informations transmises par un collègue sur place (merci Gregorio), l’eau utilisée pour les forages de schiste de la région de la Vaca Muerta est facturée à $0,05 les 1'000 litres. Un tarif plus bas aurait été difficile à offrir d’autant que pratiquement toute cette eau est contaminée et impossible à traiter.

Un forage utilise entre 30 et 60 millions de litres soit une facture de 1'500 à 3'000 $ pour un forage de $ 10 millions.

 

Brésil

Le niveau des barrages est tombé à un record de plus de 91 ans. Le ministre de l’énergie, Bento Albuquerque souligne que la crise est pire qu’imaginée.
Shell va investir $565 millions pour la réalisation d’installations solaires dans le pays jusqu’en 2025.

 

Mexique

Malgré le souhait du président d’augmenter la production pétrolière, Pemex annonce une baisse de 1,867 mbd, à 1,826 soit 40'000 barils de moins par jour. Avec plus de $ 100 milliards de dettes, Pemex est l’une des entreprises les plus endettées au monde et la pente glisse toujours.

 

Equateur

Le pays de 18 millions d’habitants, qui avait quitté l’OPEP en 2020 afin d’éviter les quotas, espère doubler sa production pétrolière afin de remplir les caisses vidées par le covid.

 

Production d'énergie solaire en Europe. Le solaire produit le 10% de l'électricité Européenne

 

 

Afrique

Libye

Certains citoyens demandent du travail et bloquent le talon d’Achille du pays : les exportations pétrolières. Les terminaux d'Es Sider et de Ras Lanuf et à Hariga ont ainsi été fermés pendant quelques jours.

Les extractions pétrolières se chiffrent à 1,3 mbj.  Ce qui est une prouesse dans l’état actuel du pays.

 

Côte d’Ivoire

L’Italien Eni a trouvé un champ pétrolier de 2 milliards de barils. Ce chiffre peut paraître énorme. En réalité, comme un peu moins de la moitié pourra être extraite, cela représente 10 jours de consommation mondiale.

 

Nigeria

Pour la première fois depuis le début du corona, le nombre de forages pétroliers a augmenté, de 11 unités. La Nigerian National Petroleum Corporation désire exporter plus de pétrole afin de faire rentrer des pétrodollars dans le pays alors que les prix du baril grimpent.

 

Dessin Chappatte
 

 

Phrases du mois

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin

"Lors de la promotion de la production d'énergie renouvelable...] "Ne venez pas dans mon bureau pour parler de changement climatique ou d'environnement. Parlez de nouveaux emplois, parlez d'énergie à bas prix, parlez de la réduction des lignes électriques.  Apprenez à parler républicain ici." -Tim Echols, membre de la commission de la Géorgie qui régit les services publics appartenant aux investisseurs de l'Etat Américain.

"Tout le monde veut sauver la planète, mais personne ne veut descendre les poubelles."

"Le charbon passe en mode mineur. » joli jeu de mot du journal l’Humanité."

 

Cette revue s'appuie sur les sources de: Tom Whipple et Steve Andrews d'ASPO USA de Resilience.org, l'humour des chroniques matinales de Thomas Veuillet Investir.ch,  et toutes les informations diverses et variées, récoltées dans différents médias à travers le monde comme FT.com, Bloomberg, RT Russia, NHK, etc.

 

 

 

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org