Energies, Economie, Pétrole et Peak Oil: Revue Mondiale Mai 2020

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies. A l'agenda:
- Chine-USA: La situation se tend entre les deux pays
- Danemark: € 37 milliards pour soutenir l'éolien et l'hydrogène
- Espagne: La plus grande éolienne du monde fait 222 m.
- Arabie Saoudite: La TVA va passer de 5 à 15% pour combler le manque pétrolier
- Irak: Les mois qui viennent vont être importants
- Venezuela: L'Iran a envoyé plusieurs tankers d'essence pour dépanner le pays
- Japon: Sept entreprises travaillent ensemble pour un bateau électrique.


 

Décidément les cours du baril sont très farceurs et aussi imprévisibles que joueurs. Dans la surprise de ce mois, le prix du pétrole est plus cher aux USA (WTI) qu'à Londres (Brent).  Le déversement de sommes astronomiques par la Banque Centrale Américaine pourrait évoquer une piste. Le monde de la finance ne semble plus savoir quoi faire de tout cet argent, autant le mettre quelque part.

Les cours ont grimpé comme un bouchon de liège alors que les fondamentaux sont identiques au mois passé: surproduction, manque de place de stockage, demande en baisse.
Bref, à Londres, le Brent indique $35,33 (25,27$ fin avril) et à New York, le WTI double le mois précédent à 35,38 (18,60$ fin avril).

 

 Graphique du mois
Diminution de la demande par type de carburants
(essence, diesel, kérosène, gaz liquide, Autres)

 

Pétrole

L’offre dépasse toujours la demande et les places de stockage diminuent. Il n'est pas impossible de voir les cours du pétrole refaire un tour de carrousel durant le prochain mois.

De plus en plus de pays sortent du déconfinement et la demande va reprendre mais combien et quand?  Il semble que nous soyons encore assez loin d’un retour «à avant». Les avions comme les bateaux sont cloués au sol ce qui n'est pas une tâche facile pour un bateau.

Selon les sources, la baisse de la demande vogue entre -10 et -40 millions de barils par jour (b/j). L’Agence Internationale de l’Energie penche pour une chute de 25,2 millions b/j en avril et de 21,5 pour le mois de mai. Sur l’année 2020, l’IEA prévoit une baisse moyenne de 8,6 millions b/j. Soit la plus grande chute jamais enregistrée dans l’histoire du pétrole.

En plus du pétrole, le gaz est également dans l’oeil du cyclone. Le manque de place de stockage pousse les prix à la baisse. Contrairement au pétrole, il est plus facile de s’en débarrasser en le brûlant sur le lieu d’extraction.

Le PIB mondial devrait diminuer de 3,2 % cette année soit la plus grande contraction depuis 1930. Avant le coronavirus, la croissance était limitée à 2,5 %.  (Lire Dépression ou Récession : du cauchemar au rêves?)

 

Majors pétrolières

Les chiffres d’affaires d’ExxonMobil, Chevron, ConocoPhillips, Halliburton, Schlumberger, Baker Hughes (USA), Shell (Hollande), BP (Angleterre), Total (France) , Eni (Italie), Equinor (Norvège) et Rosneft (Russie) ont baissé de 17% à $262 milliards au premier trimestre contre $ 315.5 milliards en 2019 selon Anadolu Agency. L’Oscar de la plus grande perte revient à l’entreprise de services Baker Hughes avec un trou de 10,21 milliards $ au premier trimestre.

Pour l’instant, seuls Shell et le norvégien Equinor ont décidé de réduire leurs dividendes. Toutes les autres maintiennent une rétribution de plus de 6% aux actionnaires.

A contrario des américains, Total, Repsol, BP et Shell ont annoncé des plans pour réduire leur impact carbone à zéro. Venant de pétroliers, le concept zéro carbone est théorique et sens bon l'auto-promotion. Cependant, la jeune génération, qui représente les clients de demain, pourrait tenir rigueur aux entreprises qui ont chauffé leur avenir.

 

Renouvelables

L’agence internationale de l’énergie prévoit que les projets solaires, éoliens et renouvelables prendront un peu de retard cette année mais seront en progression dès 2021.

En 2020, l’IEA pense que la demande d’énergie va diminuer de 6% dans le monde.

En comparaison, les entreprises d’énergies propres cotées à la bourse américaines ont augmenté de 2,2% alors que les entreprises d’énergies fossiles ont chuté de 40,5% selon l’Imperial College London. L’étude a étudié 163 entreprises fossiles et 19 entreprises renouvelables et note qu’entre 2010 et 2019, le retour annuel des renouvelables a généré un profit de 11,4% contre 7% pour les fossiles.

 

 

Automobile et Mobilité Douce

Les ventes de voitures thermiques devraient reculer de 23% cette année. Les voitures électriques devraient reculer de 18%.

Le marché automobile européen a chuté de 76,3% en avril, 55% en mars. Même avant la pandémie, l’industrie était en surproduction et seule la Chine pouvait engloutir ces nouveaux véhicules. La chute actuelle ne fait qu’accélérer la tendance et les pertes d’emplois soulignent le business model défaillant des constructeurs et un marché qui se rétracte. Paradoxalement, les constructeurs se tournent vers les gouvernements pour recevoir des aides financières alors que ces mêmes entreprises font tout pour éviter de payer des impôts.

A travers le monde, les ventes de vélos ont été démultipliées des USA à l’Europe. Aux USA, les ventes ont été multipliées par deux. Les trottinettes apportent également une réponse à la mobilité urbaine.

Certaines villes ont adapté leurs rues pour absorber ce déplacement de comportement et de trafic. Les USA font même face à une pénurie de vélos.

Après Tesla, c’est General Motors qui annonce une voiture électrique avec une durée de vie de 1,6 million de km avec la même batterie. GM devrait se passer de cobalt pour les électrodes.

 

 

Transports maritimes

Le transporteur de containers Maersk, 17% de part de marché mondial, a généré des bénéfices supérieurs aux attentes. L’entreprise a coupé ses charges de carburants et a augmenté ses coûts de transports afin de compenser la chute de la demande. Maersk prévoit une baisse de 20 à 25% de la demande entre avril et juin de cette année et aucune reprise solide avant la fin de l’année.

Dans l’Atlantique, les prévisions penchent pour 19 tempêtes dont 6 à 10 pourraient se transformer en cyclone. Dans les régions côtières des USA, la température de l’eau est déjà à point.

 

Marchés Bousiers

La crise de 2008 avait consacré les acteurs financiers et les banques "too big to fail" comme les grands vainqueur.

Pour la version actuelle, on retrouve les "too big to fail" dans l'aviation, l'automobile et les institutions financières. Les marchés financiers ont été inondés de liquidités et l'on retrouve des concepts intéressants comme la biotech Moderna. Elle a annoncé la probabilité de se lancer dans la phase 3 (la première)  pour un vaccin sur le coronavirus. Bref, rien de plus solide qu’un communiqué de presse. Sa valeur boursière a atteint 30 milliards $ alors qu’elle ne génère aucun produit et aucune vente !  Idem pour la biotech Novavax qui a atteint une valorisation de $ 2,7 milliards alors qu’à part un communiqué de presse sur un vaccin corona, elle n’a aucun produit.

Du côté de Tesla, sa valeur a grimpé à 130 milliards $ plus que Ford, Fiat-Chrysler, General Motors cumulé.

 

Les gens comme vous et moi

A travers l’Europe en mars, l’épargne des citoyens a augmenté, +€ 20 milliards en France, 16,6 en Italie et 10,1 en Espagne, 14,6 en Angleterre. A l’opposé, comme en 2008, les Allemands ont retiré leur argent de leurs comptes et font confiance au cash +39,7 milliards entre janvier et mai.

Une grande partie des ménages ont accumulé involontairement des économies à cause du confinement. Cependant devant l’incertitude sur l’emploi, ils pourraient être réticents à donner suite à leurs impulsions d’achats pour une nouvelle voiture, des voyages ou pour des objets inutiles. La confiance ne s'achète pas.

La Chine compte plus de 200 millions de chômeurs et les USA 42. La Russie est actuellement au coeur du cyclone. En Europe, les annonces de suppression d’emplois s’amoncèlent. L'augmentation de la consommation d'énergie pourrait prendre du temps.

 

Depuis 2014, le marché pétrolier est entré dans une nouvelle phase

 

 

Les pays au top du Hit-Parade du Mois

Chine

Après une accalmie suite à l’accord commercial de Donald Trump, l’ambiance entre la Chine et les USA a repris des couleurs vives et vire au rock & roll.

Pékin est en train de faire main-basse sur Hong Kong pendant que Trump tente de se faire réélire. L’option militaire n’est plus dans l’arsenal américain face à la puissante Chine. Il ne reste que le bouton «finance» dans les mains de la Maison Blanche mais la première salve de menaces de Trump a fait pchitt.

La Chine utilise à fonds l’outil diplomatique coronavirus pour consolider ses liens avec les autres pays et notamment dans la distribution de matériels sanitaire ainsi que dans la reconstruction économique et énergétique. La Chine est capable de réaliser et de financer à l'étranger des centrales nucléaire aux fermes solaires. Les pays sur la route de la Soie sont les premières cibles.

La demande pétrolière chinoise aurait grimpé à 13 millions b/j contre 13,4 millions b/j avant la pandémie. Cette hausse reste à confirmer dans les mois qui viennent, mais Pékin fait ses emplettes et profite des prix bas du pétrole afin de remplir ses réserves. Les 117 tankers pétroliers, qui se dirigent vers la Chine, représentent la plus forte concentration mondiale de livraisons pour un seul et même pays.

La demande de charbon est d’un tiers plus élevé que l’année passée à la même époque notamment à cause des fortes températures et de la demande d’air conditionné.

Le PIB chinois se serait contracté de 6,8% depuis le début de l’année selon le gouvernement. Pour mémoire, le PIB 2019 s’était soldé à +6,7%. Comme il s’agit des chiffres officiels, il est impossible de savoir s’ils ont été tirés au sort ou s’il s’agit de la réalité. La deuxième option semble la moins probable.

Le président Xi Jinping ne va pas fixer d’objectifs de croissance pour le reste de l’année, mais il va continuer de stimuler (comprendre injecter de l’argent) dans les entreprises locales.

Volkswagen espère pouvoir vendre autant de voitures cette année qu’en 2019 et cela malgré le coronavirus. En Chine, VW va investir € 2 milliards pour développer les voitures électriques. La Chine représente 40 % des ventes de VW dans ce domaine.

 

Danemark

Le pays va à nouveau se démarquer et lance un projet de 37 milliards € afin de construire deux fermes d’éoliennes et proposer de l’électricité renouvelable pour générer de l’hydrogène. Suite à la pandémie, le gouvernement ambitionne de créer des milliers emplois et de réduire ses émissions de 70% d’ici à 10 ans. Le projet de 4 GW sera principalement financé par le secteur privé.

En 1991, le Danemark avait construit la première ferme d’éoliennes offshores et depuis le pays a continué de pousser et de soutenir son industrie afin de maintenir son leadership et ses emplois dans le pays. Les deux fabricants, Orsted et Vestas ont atteint une envergure mondiale.

Le groupe Six, l’une des plus grande entreprise du pays, va lancer le plus grand consortium d’hydrogène au monde pour alimenter des bateaux, des avions, des camions, bateaux et pour l’industrie. AP Moller-Maerks, la compagnie d’aviation SAS, DSV Panalpina, les lignes de ferry DFDS, Copenhagen Aéroport et Orsted vont utiliser de l’hydrogène basée sur l’énergie éolienne d’ici à 2023.

 

Etats-Unis

Selon Bloomberg et Wood Mackenzie, la production pétrolière américaine est passée de 13,24 millions b/j en mars à 10,94 et devrait évoluer sous la barre des 10 millions dans les semaines à venir. Les chiffres divergent selon les agences. Cependant, un consensus s’accorde sur une baisse de plusieurs millions de barils par jour.

Les pertes d’emplois se montent à plus de 42 millions depuis le début de la pandémie. Stanford University pense que 40% de ces emplois seront perdus. On reste à Stanford. L’Université a refusé que son fonds de gestion sorte des investissements dans les énergies fossiles comme le pétrole ou le gaz.

La société de location de chauffeurs UBER continue sur sa lancée avec une perte de 2,9 milliards $ au premier trimestre soit le triple d’il y a un an.

Les Etats de New York et du New Jersey ont bloqué la construction d’un gazoduc qui devait alimenter en gaz 2,3 millions de foyers. Ce projet de $ 1 milliard entrait en contraction avec les lois environnementales des Etats. Les émissions de méthane du gaz naturel rendent cette énergie aussi nocive pour le climat que le charbon.

Le PDG d’ExxonMobil, Darren Woods au eu chaud. Lors de l’assemblée générale, le fonds anglais LGIM s’était allié à d’autres actionnaires afin de demander à ExxonMobil de divulguer ses activés de lobby contre le changement climatique ainsi que d’implémenter un commité indépendant qui aurait bousculé le PDG. In fine, seuls 32,7% des actionnaires ont voté pour cette proposition.

Dans l'assemblée générale de Chevron, les investisseurs ont demandé au pétrolier de divulguer ses actions de lobby contre le changement climatique. Chevron a annoncé voir licencier 10 à 15% des ses 45’000 employés.

Avec Chevron, ExxonMobil est l’une des rares compagnies pétrolières à n’avoir aucune stratégie de diminution de CO2. Parmi les plus grands investisseurs d’Exxon on retrouve la Banque Nationale Suisse pour une valeur de $ 649 millions alors que l’action a dégringolé de plus de 50% durant ces 4 dernières années.

Avec une ardoise de 19 milliards $, la société de location de voitures HERZ USA-Canada s’est mis en protection de faillite. Ses problèmes datent d’avant le coronavirus.

 

Décompte des plateformes de forages pétrole et gaz aux USA

 

L’australien Quinbrook Infrastructure et l’électricien californien Arevia Power ont reçu le feu vert pour construire le projet Gemini Solar de 1 milliard $ avec 690 MW de panneaux solaires. Proche de Las Vegas, la ferme pourra également stocker l’électricité produite.

Pour leurs voitures à hydrogène Toyota, Hyundai et Honda offrent gratuitement pendant 3 ans les pleins d’hydrogène. En Californie, plus de 8’000 voitures à hydrogène sont en circulation avec 41 stations de recharge. Le kg est vendu à 13,99$ soit 1,47$ en équivalent essence. Le prix devrait descendre entre 10 et 8$ le kg dans les 5 années à venir selon la National Renewable Energy.

La Californie va ouvrir le plus grand centre de production d’hydrogène au monde avec 40’000 tonnes annuellement assez pour les besoins de 2’200 voitures.

Même si l’extraction du charbon est considérée comme un business essentiel et que les mines sont restées ouvertes durant le coronavirus, le nombre d’emplois dans le secteur minier a diminué de 12% à 43'800 employés en avril. La pandémie pourrait accélérer le déclin du charbon aux USA. L’utilisation des énergies renouvelables et le gaz opposent une trop forte concurrence pour qu’il reste compétitif.

Contagion ou récupération? Après que le PDG de BlackRock, qui après des années de pillage de l'économie, a vue les lumières divines, voici que Jamie Dimon, PDG de la Banque JPMorgan Chase, a aussi eu une vision. Avec un toupet certain, le brave homme annonce que "le corona sonne comme un réveil pour les gouvernements et les grandes entreprises afin de construire une économie qui englobe plus les millions de personnes pauvres qui sont laissées derrière et depuis trop longtemps." Peut-être que de fermer une banque aussi prédatrice que JPMorgan Chase est une excellente première étape pour atteindre cet objectif?

Les cinq premiers milliardaires américains (Jeff Bezos d’Amazon, Bill Gates de Microsoft, Mark Zuckerberg de Facebook, Warren Buffet et Larry Ellison d’Oracle) ont vu leur fortune augmenter de 75,5 milliards $ entre le 18 mars et le 18 mai. Au total les 600 plus grandes fortunes américaines ont augmenté leurs fortunes de 434 milliards $  (+15 %) selon American for Tax Fairness et Forbes.

 

 

 

Europe

A part quelques gouttes de pétrole et de gaz dans la Mer du Nord, l’Europe est énergétiquement dépendante de pays tiers. Dans ce contexte, l’Europe s’engage dans un «Green New Deal» avec l’objectif de se sortir du pétrole, du gaz et du charbon d’ici à 2050.

Dans sa liste de recommandations d’investissement, la commission Européenne désire exclure les investissements dans les énergies fossiles et donner une ligne de conduite pour les assurances et les fonds de pension.
Mais il y a un mais! La Commission vient d'inventer un concept à hurler de rire et qui souligne avec délicatesse l'influence des petites enveloppes distribuées par les lobbies.

Elle défini une énergie fossile, comme «solide» comme le charbon. Une énergie fossile n'est pas «liquide» comme le pétrole et le gaz. Ainsi, seul le charbon sera exclu des recommandations.

 

Russie

En Sibérie en temps normal, les températures deviennent positives autour du mois d’avril, et avoisinent les 10 degrés en mai. Depuis janvier, il fait chaud. Le joli mois de Mai a apporté une vague de chaleur exceptionnelle avec des températures de 30 à 35°C.

Ca chauffe également pour le Président Poutine qui voit sa côte de popularité descendre proportionnellement à la montée du coronavirus d’autant que les budgets de l’État dans les hôpitaux ont fondu comme la neige en Sibérie.

Dans l’accord OPEP+ (OPEP et Russie), Moscou devait fortement réduire sa production pétrolière afin de soutenir les cours. Connaissant la Russie, le chiffre lancé en l’air n’allait pas être respecté. Effectivement, la Russie n’est pas allé au-delà. Rosneft annonce qu’il est difficile de fermer les gisements pétroliers sans les endommager de manière définitive.

 

Allemagne

Dans la Saxe, après 180’000 km, le test de deux rames de trains à l’hydrogène se solde par un succès. Ainsi 14 rames du modèle Coradia iLint d’Alstom vont entrer en fonction pour remplacer les trains diesel.

Les ventes de BMW ont diminué de 61% en avril avec 121’000 ventes (au plus bas depuis 1990) et une chute de 97% en Italie, Espagne et en Angleterre.

Dans l’affaire du Diesel Gate, VW a déjà déboursé € 30 milliards. La facture va s’allonger car le constructeur va devoir racheter, à la valeur actuelle, les voitures truquées aux clients allemands lésés.

Faisant froncer les sourcils de la non-concurrence et des économistes traditionnels, le Gouvernement Allemand injecte des centaines de milliards afin de soutenir ses entreprises.

Lufthansa a pour l’instant refusé les conditions pour une aide de € 9 milliards.

 

 

Espagne

Quand la taille est importante! Siemens et le producteur espagnol d’éoliennes Gamesa Renewable Energy vont construire la plus grande éolienne au monde: Hauteur de 222 m et une puissance de 14 MW.  La SG 14-222 DD pulvérisera de 2m l’éolienne de General Electric. Les premières unités seront installées aux USA.

 


La plus grande éolienne au monde

 

Angleterre

Bernard Looney, PDG de BP, pense que la pandémie pourrait avoir fait atteindre le peak de la demande pétrolière. Selon lui, «les technologies, qui permettent de travailler à la maison ou d’éviter les déplacements, vont couper la demande pour les voyages et les déplacements. Ces comportements pourraient persister dans le futur.»

BP a vu chuter ses bénéfices de 66% au premier trimestre. Le PDG désire investir dans les énergies renouvelables. En même temps, il ne sera pas trop difficile d’atteindre cet objectif car l’implication actuelle de BP est dérisoire. En moyenne, les majors pétrolières consacrent moins de 2% de leur investissements dans le renouvelable alors que les énergies vertes composent le 50% de leurs communiqués de presse.

AMTE Power et Britishvolt vont coordonner leurs efforts dans la construction d’une fabrique de batteries de 4 milliards £ afin de livrer les constructeurs automobiles et de stockage d’électricité basés en Angleterre. Dans la même veine, Tesla espère ouvrir une fabrique en Allemagne, pendant que le suédois Northvolt a récolté 1 milliards $ pour construire une unité en Suède.

Le pétrolier Hurrican Energy, autrefois positionné comme le champion de l’exploration dans la Mer du Nord, a suspendu ses prévisions d’extraction. Ses prévisions de 20’000 b/j dans les îles Shetland ne sont finalement pas réalistes. En 2017, il avait réussi à lever 530 millions $ pour extraire les 523 millions de barils qui se trouvaient sous les îles. Sur la nouvelle, la valeur de l’entreprise a chuté de 43%.

Le constructeur aéronautique Rolls-Royce va licencier 9’000 de ses 52’000 employés. L’anglais livre des moteurs pour Boeing et Airbus. Son business model repose sur le nombre d’heures de vols des avions, d’où les licenciements.

EasyJet va licencier 4’500 employés. D’ici à juillet, la compagnie aérienne espère retrouver le 30% de sa capacité de vol. Malgré les licenciements, la compagnie va garder ses vols à des tarifs moins cher qu’une pizza notamment pour les weekends indispensables à Barcelone.

 

Norvège

Le Fonds Souverain du pays de $ 1’000 milliards a décidé de renoncer aux investissements dans les entreprises qui utilisent plus de 20 millions de tonnes de charbon par année. En mai, le fonds est sorti du minier Glencore, des électriciens Anglo Amercican et Allemand RWE et du brésilien Vale.

 

Suisse

Le canton de Genève désire sauver le Salon de l’Automobile. Geste de désespoir? Sa fréquentation est en chute libre de 720’000 visiteurs en 2000 contre 600’000 pour 2019. La probabilité, que les billets 2019 deviennent collector, grandi.

En Suisse, la production d’électricité à base d’éolien et de solaire a atteint 284 kWh en 2019. Du coup, le pays fait une percée extraordinaire et remonte au 24 rang au niveau européen. Seules la Hongrie, la Slovénie, la Slovaquie, la République Tchèque et la Lettonie font moins bien que l’Helvétie selon la Fondation Suisse de l’Energie.

Glencore, le géant minier installé à Zoug pour des raisons d’optimalisations fiscales, fait face à une fronde de ses investisseurs soucieux du climat. Ils demandent le départ de Tony Hayward actuel président du conseil. Pour mémoire, Tony Hayward était l’abruti (pas trouvé d’autre mot) qui dirigeait BP lors de la marée noire Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique.

 

France

Renault va licencier 8% de ses employés soit 15’000 personnes dont 4’600 en France durant les 3 prochaines années. Le constructeur automobile souffre d’une surproduction et des pertes financières avaient été annoncées avant le coronavirus. Ses usines peuvent produire plus de 1 million de voitures alors que ses ventes dépassent à peine les 600’000 unités.

A Belfort, l’avenir de General Electric devient de plus en plus incertain et 70 employés ont été licenciés durant le confinement. Derrière la vente bradée d’Alstom à GE se cache Emmanuel Macron qui avait annoncé la création de 1’000 emplois en 2014. Il y a un an 792 postes dans l’entité gaz avaient été déjà supprimés.

 

 Dessin Chappatte

 

Moyen-Orient

Arabie Saoudite

Avec la chute du baril, le royaume tousse. Il y a 2 ans, le prince héritier Mohammed bin Salman avait introduit une TVA de 5%. Elle va grimper à 15% dès le mois de juillet.

Les fonctionnaires vont également voir disparaître des aides financières histoire de réduire de $ 26,6 milliards le budget de l’État. Le secteur public emploie le plus grand nombre de nationaux et les salaires représentent le 50% du budget de l’État. Le département militaire pourrait également se serrer la ceinture.

Neon, la ville du future au bord de la Mer Rouge, pourrait passer aux oubliettes d’autant que les 500 milliards $ restent à trouver.

Pour se conformer aux quotas de l’OPEP, l’Arabie Saoudite devrait extraire 7,5 millions b/j. en juin, soit une baisse de 4 millions b/j.

Avec des ventes de 51,4 milliards $, Saudi Aramco annonce une baisse de 25% de ses revenus pour le premier trimestre avec un bénéfice de seulement 16,7 milliards $ contre 22,2 en 2019. Avant le coronavirus, la compagnie pétrolière nationale avait prévu de distribuer pour 75 milliards $ de dividendes cette année. L'objectif semble s'éloigner. Dans la foulée, elle va diminuer ses investissements d’extractions de 33 à 25 milliards $.

Ryad continue de vendre son pétrole en Asie avec un rabais de 5,9$ le baril pour une livraison en juin. L’objectif est de prendre des parts de marché à la Russie et aux autres concurrents.

La Chine a augmenté ses importations de pétrole d’Arabie Saoudite. Là aussi, cela sent les rabais.

Pour le nord-est de l’Europe, un marché important pour la Russie, l’Arabie Saoudite propose son pétrole avec un rabais de 3,7$ le baril.

 

Iran

Le pays a été durement touché par le coronavirus d’autant que les USA ont tout fait pour que le pays ne reçoit ni masque, ni ventilateur ou médicament. Les chiffres dépassent les 100’000 contaminés et approchent les 7’000 morts.

Après un calme relatif, le pays a été déconfiné. Mais comme le virus est joueur, il s’est installé dans la partie pétrolifère du pays. Ainsi dans la région d’Abadan, tous les bureaux, raffineries et exploitations pétrolières tournent au ralenti.

Avec la chute des prix du baril, les revenus du pays ont chuté. L’impact sur les citoyens et tout le système économique sera à mesurer dans les mois à venir.

 

Irak

Après des mois de vide, un nouveau premier ministre. Mustafa al-Kadhimi a été nommé à la tête de l’état. Il a muté Ali Allawi de ministre des finances au rôle de ministre du pétrole. Avec la quasi totalité des revenus de l’État qui proviennent du pétrole, on peut se demander l’utilité d’un ministre de l’économie.

Bagdad renégocie avec les majors pétrolières internationales afin de différer les payements. Avec le coronavirus et la chute des prix du pétrole, le pays se trouve sur le fil du rasoir. La production a déjà diminué de 700’000 b/j.

Au nord, les Kurdes ont enfin accepté de rétrocéder 250’000 b/j de pétrole ainsi que les revenus à Bagdad. Cette décision avait été prise à la fin 2019, mais avec la situation actuelle, les Kurdes ont préféré garder le tout pour eux d’autant que l’État Islamique reprend des forces.

L’État Islamique profite du vide et de la détérioration de l’ambiance entre les USA et l’Irak afin de reprendre des forces. En temps normal, des jets militaires patrouillent la région d’Anbar. Comme les budgets sont coupés, il n’y a plus de vols. Une deuxième vague de l’État Islamique pourrait surgir.

 

Yémen

Alors que le pays a obtenu un cessez-le-feu avec l’Arabie Saoudite, la pandémie de coronavirus a mis à genou le système de santé. De plus, une invasion monstrueuse de sauterelles a dévasté les récoltes. Les milliards de sauterelles se sont dirigées vers le Kenya.

 

 


Invasion de sauterelles au Moyen-Orient

 

Les Amériques

USA Schiste

Le gisement de schiste du Dakota du Nord a perdu 7’000 forages sur 16’000 et la production a diminué de 500’000 b/j. L’arrêt d’un forage coûte $ 20’000 alors il en faut $ 50’000 de plus pour le redémarrer selon le North Dakota Departement of Mineral Resources. Pour effectuer un forage, comptez une moyenne de $ 7 millions.

Dans les extractions de schiste, l’agence américaine de l’énergie annonce une production de 9 millions b/j avant la pandémie à 8 millions en mai et 7,8 en juin. Ces chiffres sont à prendre avec un peu de recul car la transparence n’est pas dans l’ADN de l’agence.

Les entreprises pétrolières Fieldwood Energy, Ultra Petroleum et Gavilan Resources ont annoncé leur faillite. La dernière était une protégée de BlackRock.

Chesapeake Energy évalue la possibilité de se protéger derrière le chapitre 11 des faillites. Le mois passé Diamond Offshore Drilling et Whiting Petroleum avaient fait le pas.

Selon Rystad Energy, si les prix du baril restent dans la zone des $30, plus de 70 entreprises pourraient faire faillite et 170 pourraient suivre en 2021.
Le nombre de pertes d’emplois dans le schiste aurait atteint 70’000.

Avec une armada de tankers pétroliers, l’Arabie Saoudite livre plus de 1,6 million b/j de brut aux USA. Les commandes avaient été passées avant l’arrêt de la guerre des prix le 12 avril dernier. Avec des prix cassés, ces livraisons pénalisent le pétrole de schiste. Les importations pétrolières américaines ont augmenté à 7,2 millions b/j.

 

Venezuela

Devant la pénurie d’essence qui paralyse le pays, l’Iran a envoyé 5 tankers de carburants avec plus de 200 millions de litres d’essence. Caracas prend toutes les mesures militaires pour protéger l’arrivée des tankers qui pouvaient être bloqués par les américains dans les Caraïbes. Pour l’instant, la US Navy a laissé faire.

Suite aux menaces américaines de sanctions financières contre le russe Rosneft, l’entreprise a vendu tous ses actifs au Venezuela à une entreprise russe détenue à 100% par Moscou. Cependant, la Russie craint les sanctions financières américaines et semble officiellement lâcher le secteur pétrolier du Venezuela. A confirmer.

Le Venezuela pourrait perdre la propriété de Citgo, qui génère un cash précieux. La compagnie pétrolière américaine est détenue par PDVSA la major pétrolière vénézuélienne. La cours suprême américaine a accepté la demande du canadien Crystallex de saisir pour 1,4 milliards $ les actions de PDVSA dans Citgo.

 

Argentine

Le gouvernement aimerait subventionner l’extraction pétrolière de schiste en rachetant aux producteurs le baril à un prix fixe de 45$ au lieu des cours qui naviguent entre 20 et 30$. Ca tombe assez bien car l’Argentine croule sous les dettes et pourrait faire un nouveau défaut de payement.

Le gisement de schiste de la Vaca Muerta a vu sa production s’écrouler et il est peu probable qu'une garantie de payement à 45$ fasse revenir les investisseurs et les producteurs.

 

Asie

Inde

Alors que le pays est sorti de son confinement, la demande de carburants a augmenté. Les ventes de diesel de 38% à -61% en avril, pétrole de -47,5% contre 61% en avril.

Les 20 millions d’habitants de Bombay représentent le 20% des infections de coronavirus et 25% des morts.

Devant la pénurie de travail, des millions de migrants se demandent s’il faut rester dans le pays ou rentrer à la maison. Les magasins et les entreprises ont rouvert.

Le plus puissant cyclone jamais enregistré dans le golfe du Bengale, Amphan avec ses vents à plus de 180 km/h, a touché les côtes de l’Inde. La température élevée de certains océans pourrait promettre une saison cyclonique intense.

 

Japon

Nissan va réduire sa capacité de production de 7,2 à 5,4 millions de véhicules par an dès 2022. L’usine de Barcelone, Espagne, qui emploie 3’000 personnes sera fermée. Le groupe va abandonner l’Europe et se concentrer sur l’Asie. Nissan, en alliance avec Renault et Mitsubishi, a l’intention de supprimer 20’000 emplois dans le monde.

Sept compagnies japonaises ont formé le e5 Consortium afin de réaliser un nouveau bateau électrique capable de voguer entre les océans.

 




Afrique

Comme les médias ne s’intéressent qu’aux nouvelles locales du coronavirus, voici des infos sur les contaminations.

 

Libye

La Russie et la Turquie semblent les deux forces en charge du pays via leurs marionnettes locales. Moscou a misé sur le général Khalifa Haftar, qui tente de prendre, sans succès, la capitale Tripoli avec sa Libyan National Army (LNA). Cependant, Poutine pourrait choisir un nouveau cheval.

L’Egypte, la Russie, les Emirats Arabes Unis soutiennent également le général. Celui-ci a décidé de bloquer toutes les livraisons de pétrole et par ricochet, le budget du pays. Chaque jour qui passe mène au pied du mur. (Lire article)

De son côté, la Turquie soutient le Governement of National Accord (GNA) qui est également soutenu par la France, l’Italie et les USA.

A l'époque de Kadhafi, le pays exportait 1,7 millions b/j. Aujourd'hui, l'extraction est à l'arrêt.

 

Algérie

Le pays envisage d’installer pour 3,6 milliards $ de panneaux photovoltaïques (4’000 MG) afin de générer de l’électricité et pour faire face à l’augmentation de la demande.

 

Nigeria

Le plus grand producteur de pétrole africain a importé pour 20,89 milliards de litres en 2019. Le pays ne possède pas de raffinerie.

La justice anglaise a refusé la plainte déposée par le Nigeria contre l’Italien Eni et l’anglo-hollandais Shell. Le gouvernement nigérien avait porté une affaire de corruption des deux majors pour un montant de 1,1 milliard $. Le juge a précisé que l’Angleterre n’avait pas de juridiction afin de traiter ce cas. 

 

Phrases du mois

"Dans le passé, nous avons toujours été confrontés soit à une crise [alimentaire] du côté de la demande, soit à une crise de l’offre. Mais c’est à la fois une crise de l’offre et de la demande au niveau mondial. Cela rend cette crise sans précédent et inexploré."  Arif Husain, Chef Economiste UN World Food Program

"Le succès du déconfinement dépend de notre intelligence collective. - Qu’est-ce qu’il a dit ? - Il a dit que l’on va tous mourir.

"Je ne sais pas comment expliquer qu’un homme avec aussi peu de qualifications est devenu le président d’un pays de 210 millions d’habitants." Virgilio Neto, Maire de Brasilia, Brésil au sujet de Bolosonaro. 

"La Politique part d'un principe très simple, quand on manque de tout, un rien nous suffit, et quand il nous suffit d'un rien, on n'a pas besoin de grand-chose." Coluche

 

La Lecture du Mois sur le Net

TechnoCivilisation : l’âge de déraison

Comment nos smartphones nous espionnent.

 

Sources: avec Tom Whipple d'ASPO USA et Resilience.org  et l'humour des chroniques matinales de Thomas Veuillet Investir.ch, des images de Patrick Chappatte et toutes les informations diverses et variées, récoltées dans différents médias à travers le monde. Pour lire la revue complète

 

 

 

 

 

Notre Mission

La géopolitique énergétique, l'accessibilité des énergies et le climat vont modifier nos vies, nos régions, nos pays dans les années à venir. Entrer dans les coulisses pour mieux comprendre ces enjeux et vous faciliter les décisions.

Mise à Jour

Pour répondre aux nouvelles technologies et à la forte croissance du nombre de lecteurs, le site 2000Watts.org est en train d'être migré sur PicEnergie.org. Les 1'305 articles publiés depuis 2008 sont manuellement transférés. D'ici à quelques mois, vous pourrez surfer à l'identique sur les deux sites.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org