• 1

Il est temps de faire exploser les marchés de l'électricité

Par Yanis Varoufakis - ATHENES - Les pales des éoliennes situées sur la chaîne de montagnes en face de ma fenêtre tournent de manière particulièrement énergique aujourd'hui. La tempête de la nuit dernière s'est calmée, mais les vents violents se poursuivent, apportant des kilowatts supplémentaires au réseau électrique à un coût additionnel nul (ou coût marginal, dans le langage des économistes).

Mais les personnes, qui se battent pour joindre les deux bouts en cette terrible crise, doivent payer ces kilowatts comme s'ils étaient produits par le gaz naturel liquéfié le plus cher transporté du Texas jusqu'aux côtes grecques. Cette absurdité, qui prévaut bien au-delà de la Grèce et de l'Europe, doit cesser.

 

L'absurdité découle de l'illusion selon laquelle les États peuvent simuler un marché de l'électricité concurrentiel, et donc efficace. Étant donné qu'un seul câble électrique entre dans nos foyers ou nos entreprises, laisser les choses au marché conduirait à un monopole parfait - un résultat que personne ne souhaite.

Mais les gouvernements ont décidé qu'ils pouvaient simuler un marché concurrentiel pour remplacer les services publics qui produisaient et distribuaient l'électricité. Ils ne le peuvent pas.

 

Libéralisation du marché Européen de l'électricité

Le secteur de l'électricité de l'Union européenne est un bon exemple de ce que le fondamentalisme du marché a fait aux réseaux électriques du monde entier.

L'UE a obligé ses États membres à séparer le réseau électrique des centrales électriques et à privatiser ces dernières pour créer de nouvelles entreprises, qui se feraient concurrence pour fournir de l'électricité à une nouvelle société propriétaire du réseau.

Cette société, à son tour, louerait ses câbles à une autre série de sociétés qui achèteraient l'électricité en gros et se feraient concurrence pour le commerce de détail des foyers et des entreprises.

La concurrence entre les producteurs minimiserait le prix de gros, tandis que la concurrence entre les détaillants garantirait que les consommateurs finaux bénéficient de prix bas et d'un service de haute qualité.

Hélas, rien de tout cela n'a pu fonctionner en théorie, et encore moins en pratique.

 

Chaque kilowatt doit être égal à celui du kilowatt le plus coûteux

Le marché simulé était confronté à des impératifs contradictoires : garantir une quantité minimale d'électricité dans le réseau à tout moment, et canaliser les investissements vers les énergies vertes. La solution proposée par les fondamentalistes du marché était double : créer un autre marché pour les autorisations d'émettre des gaz à effet de serre et introduire la tarification au coût marginal, ce qui signifie que le prix de gros de chaque kilowatt doit être égal à celui du kilowatt le plus coûteux.

Le marché des permis d'émission était censé inciter les producteurs d'électricité à se tourner vers des combustibles moins polluants.

Contrairement à une taxe fixe, le coût de l'émission d'une tonne de dioxyde de carbone serait déterminé par le marché. En théorie, plus l'industrie utilisait des combustibles terribles comme le lignite, plus la demande de permis d'émission délivrés par l'UE était importante. Cela ferait grimper leur prix, renforçant ainsi l'incitation à passer au gaz naturel et, finalement, aux énergies renouvelables.

La tarification au coût marginal visait à garantir un niveau minimum d'approvisionnement en électricité, en empêchant les producteurs à faible coût de faire concurrence aux compagnies d'électricité dont les coûts sont plus élevés. Ces prix donneraient aux producteurs à faible coût suffisamment de bénéfices et de raisons pour investir dans des sources d'énergie moins coûteuses et moins polluantes.

 

Favoriser les énergies propres

Pour comprendre ce que les régulateurs avaient en tête, considérons une centrale hydroélectrique et une centrale au lignite.

Le coût fixe de la construction de la centrale hydroélectrique est élevé, mais le coût marginal est nul : une fois que l'eau fait tourner la turbine, le prochain kilowatt produit par la centrale ne coûte rien.

En revanche, la centrale au lignite est beaucoup moins chère à construire, mais le coût marginal est positif, reflétant la quantité fixe de lignite coûteux par kilowatt produit.

En fixant le prix de chaque kilowatt produit par l'hydroélectricité à un niveau qui n'est pas inférieur au coût marginal de la production d'un kilowatt au lignite, l'UE voulait récompenser la compagnie hydroélectrique par un gros bénéfice qui, espéraient les régulateurs, serait investi dans des capacités supplémentaires d'énergie renouvelable. Pendant ce temps, la centrale au lignite n'aurait pratiquement pas de bénéfices (puisque le prix couvrirait tout juste ses coûts marginaux) et une facture croissante pour les permis qu'elle devait acheter pour pouvoir polluer.

 

La réalité a été moins clémente que la théorie

Alors que la pandémie faisait des ravages dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, le prix du gaz naturel a augmenté, avant de tripler après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Soudain, le combustible le plus polluant (le lignite) n'était plus le plus cher, ce qui a motivé davantage d'investissements à long terme dans les combustibles fossiles et les infrastructures pour le GNL. La tarification au coût marginal a permis aux compagnies d'électricité de soutirer d'énormes rentes aux consommateurs indignés, qui ont réalisé qu'ils payaient beaucoup plus que le coût moyen de l'électricité.

Il n'est pas surprenant que les citoyens, ne voyant aucun avantage - pour eux ou pour l'environnement - aux pales tournant au-dessus de leurs têtes et gâchant leur paysage, se soient retournés contre les éoliennes.

 

Le marché de détail de l'électricité s'est transformé en un casino

La hausse des prix du gaz naturel a mis en évidence les échecs endémiques qui se produisent lorsqu'un marché simulé est greffé sur un monopole naturel.

Nous avons tout vu : comment les producteurs pouvaient facilement s'entendre pour fixer le prix de gros.

Comment leurs profits obscènes, notamment sur les énergies renouvelables, ont retourné les citoyens contre la transition verte.

Comment le régime de marché simulé a empêché l'approvisionnement commun qui aurait allégé les coûts énergétiques des pays plus pauvres.

Comment le marché de détail de l'électricité s'est transformé en un casino où les entreprises spéculent sur les prix futurs de l'électricité, profitent des périodes fastes et demandent à l'État de les renflouer lorsque leurs paris tournent mal.

 

Il est temps de mettre fin aux marchés de l'électricité simulés.

Nous avons plutôt besoin de réseaux publics d'énergie dans lesquels les prix de l'électricité représentent les coûts moyens plus une petite majoration.

Nous avons besoin d'une taxe sur le carbone, dont le produit doit compenser les citoyens les plus pauvres.

Nous avons besoin d'un investissement à grande échelle, semblable à celui du projet Manhattan, dans les technologies vertes du futur (telles que l'hydrogène vert et les parcs éoliens flottants offshore à grande échelle).

Enfin, nous avons besoin de réseaux locaux d'énergies renouvelables existantes (solaire, éolienne et batteries) appartenant aux municipalités, qui transforment les communautés en propriétaires, gestionnaires et bénéficiaires de l'énergie dont elles ont besoin.

 

Par Yanis Varoufakis, économiste, membre du Parlement grec et ancien ministre des finances de la Grèce. Traduit en français, initialement publié en anglais sur Project Syndicate.

 

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org