AddThis Social Bookmark Button

Le Carbone Dioxyde CO2 explose à 400 ppm

Hiver détraqué, printemps sous des trombes d'eau. Hier 27 degrés à Montréal et neige à Arolla (Suisse). Allez, nous savons tous ce qui arrive. Le temps est aussi détraqué que les managers de nos banques ou certains hommes politiques.

Une réponse est venue de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) au-dessus du volcan Mauna Loa de Hawaï (Pacifique). La concentration de CO2 vient de passer au-dessus de la barre des 400,03 particules par million (ppm). Avec la crise actuelle, nous ne sommes pas prêts à diminuer notre consommation énergétique.

Soyons franc, nous sommes dans la panade. 400 ppm de Carbone Dioxide met la Terre sur la trajectoire d'une hausse moyenne de 2,4 degrés, selon le Giec. Au rythme actuel «on devrait atteindre une valeur de 450 ppm vers 2040 et une hausse du thermomètre autour de 3°C.

 

Energie - PIB -  CO2: Pas de compatibilité avec la Croissance

Pour les gouvernements occidentaux, les priorités actuelles sont de sortir de la crise, de diminuer la dette, de renflouer les banques ou de créer des emplois.
La rubrique CO2 est passé quelque part dans la pile, mais plus personne n'arrive à mettre la main dessus, surtout qu'une diminution des émissions de CO2 implique obligatoirement une diminution du PIB.

En effet, une diminution de la consommation énergétique implique la diminution du PIB car les deux amis sont intimement liés. Historiquement, une baisse de consommation énergétique s'est toujours soldée par une chute du PIB. Et si votre PIB diminue, vous êtes en décroissance!!!

Demandez à la Grèce et ses 27% de chômage, -30% de PIB et -30% de consommation énergétique ce qu'elle en pense. Donc, en temps de crise, tous les pays cherchent à augmenter leur PIB et leur consommation de pétrole, de gaz ou de charbon. Pas bon pour le climat!

 

Charbon - Pétrole - Gaz Naturel

En 2012, l'Europe n'a jamais autant utilisé de charbon pour produire l'énergie capable de propulser nos IPad, TV, téléphones portables et Toaster. Plus de 50% de l'électricité du vieux continent est généré à base de charbon.

Aux USA, le gaz de schiste est en train de faire des ravages autant dans les sous-sols que par ses émissions de méthane et de CO2. Dans nos rues, vous pouvez lire des affiches qui vantent les mérites du gaz NATUREL

La Chine consomme la moitié du charbon de la planète afin de pouvoir produire les gadgets utilisés par les pays riches.

Le Canada se délecte des sables bitumineux pour remplir le ciel de CO2.

 

Stable jusqu'en 1800 - Depuis c'est l'explosion

Selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), la consommation énergétique mondiale continue sa croissance, mais on émet aujourd'hui toujours autant de CO2 pour chaque unité d'énergie produite qu'en 1990.

Jusqu'à la révolution industrielle en 1800 et l'utilisation intensive des énergies fossiles, ce taux n'avait pas dépassé les 300 ppm durant au moins 800.000 ans, selon des prélèvements dans la glace polaire.

La dernière fois que la planète a connu une concentration de plus de 400 ppm de CO2, c'était il y a environ 3 millions d'années, quand la température globale était deux à trois degrés plus élevée qu'à l'ère pré-industrielle

 

Historique depuis 1832  Situation au début de l'air industrielle

Unité de mesure: ppm (partie par million dans un air sec, sans vapeur d'eau)  
Lieu: Mauna Loa Observatory, Hawaii, USA.

Situation en 1832: 284 ppm

2010-2019 
2009-2000 1999-1990  
1989-1980 1979-1970 
1969-1959

*2013 - 400
2012 - 393.82
2011 - 391.62
2010 - 389.85

2009 - 387 
2008 - 384.75
2007 - 381.15
2006 - 379.06
2005 - 376.97
2004 - 374.47
2003 - 373.1
2002 - 370.5
2001 - 368.38
2000 - 366.94
1999 - 365.17
1998 - 364.18
1997 - 360.49
1996 - 359.34
1995 - 357.8
1994 - 355.89
1993 - 354.03
1992 - 353.21
1991-352.22  
1990 - 351.36
1989 - 350.1
1988 - 348.94
1987 - 346.48
1986 - 344.34
1985 - 342.92
1984 - 341.54
1983 - 340.12
1982 - 338.09
1981 - 337.13
1980 - 336.05
1979 - 334.12
1978 - 332.4
1977 - 331.21
1976 - 328.77
1975 - 328.25
1974 - 327.21
1973 - 327.18
1972 - 325.06
1971 - 323.56
1970 - 323.16
1969 - 321.78
1968 - 320.25
1967 - 319.31
1966 - 318.1
1965 - 317.3
1964 - 316.79
1963 - 315.99
1962 - 315.42
1961 - 315.38
1960 - 313.83
1959 - 313.26

*Situation au 11 mai 2013

Table data source: Dr. Pieter Tans, NOAA/ESRL

 

blog comments powered by Disqus

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath