AddThis Social Bookmark Button

Libye, Egypte, Algérie, Europe: La Malédiction du Pétrole

Enorme Paradoxe! Alors que le Pétrole atteint les 100$ et que les pétrodollars inondent les pays du moyen-orient, le simple citoyen de la Lybie, de l'Egypte, de l'Algérie, de l'Iran, de Bahreïn, etc... lutte pour MANGER!

Avec une population vivant avec 2$ par jour, l'augmentation exponentielle des prix de la nourriture comme le blé, le riz, le sucre a mis le feu aux poudres et fait exploser "Le Mur de Berlin" arabe.

De l'Europe, ces "incidents" peuvent nous paraître lointain, avec une minime incidence sur nos vies. Au pire elle devrait se répercuter sur une augmentation de 5-10 centimes le litre de carburant "insérez une larme ici".

Mais cette vague de fond touchera de plein fouet notre talon d'Achille: La dépendance de notre économie face au Pétrole!

L'Egypte: Comment se relever?

L'indécence des trésors de guerre des Ben Ali, Mubarak ou Kadhafi (on parle de 70 milliards pour Ben Ali) résonne face à une population qui peine à vivre avec tout juste 2 dollars par jour. La Malédiction du Pétrole veut qu'au lieu de partager cette manne providentielle pour le bien du plus grand nombre, elle soit partagée par un groupe d'élus.

Cependant, les Egyptiens et les libyens pourraient très rapidement se rendre compte qu'il est plus facile de balayer un dictateur que de se nourrir. De 27 millions d'habitants en 1960, l'Egypte compte aujourd'hui plus de 80 millions de bouches à nourrir. Elle importe le 40% de sa nourriture et 60% de ses céréales!!! Comble de malchance pour les égyptiens, la production pétrolière a atteint son peak oil en 1996 pour diminuer de 30% depuis. A cause de la hausse de sa consommation intérieure de carburants, seuls les 50% de sa production est aujourd'hui exportée. Bref, bien que le baril revisite les 100$, il ne sera pas facile de financer les importations de nourriture et ce n'est pas les 3% de ses terres cultivables qui vont l'aider.

 

La Malédiction du Pétrole touche l'Europe et les USA

En Europe et en Amérique, les hommes politiques montent aux créneaux pour féliciter les changements de dictateurs actuels. Cependant, les cartons rouges utilisés par les peuples du moyen-orient pour se débarrasser de leurs dirigeants corrompus pourraient facilement être recyclés en Europe et à la majorité des sénateurs américains sponsorisés par Exxon.

Cupide et avide d'argent, beaucoup d'hommes et de femmes politiques de nos pays riches se sont laissés corrompre par les lobbys pour encourager et souvent forcer leurs citoyens à utiliser toujours plus de pétrole, de gaz ou d'uranium! Pour faire sortir nos économies du marasme en 2009, certains gouvernements n'ont rien trouvé de mieux que de proposer des "rabais" à l'achat de voitures neuves. Inutile de préciser que ces décisions géniales ont eu le mérite de créer des tensions encore plus grandes sur le cours du pétrole et d'augmenter notre dépendance énergétique!

Avec un pétrole qui dépasse les 100$, c'est toute l'économie mondiale qui risque de plonger à nouveau. Les 4 des 5 dernières crises financières depuis 1973 ont toutes été créés par le pétrole. La croissance des USA ne peut pas supporter un baril au dessus de 90$ et à 135$, c'est le breaking point.

 

Y a-t-il des solutions pour que nos hommes et femmes politiques se soucient de notre avenir et moins de leur porte-monnaie?

Pour la Suisse, une solution toute simple saute aux yeux: Enlever le secret bancaire à ceux qui nous gouvernent ainsi qu'aux différents partis politiques. Cette transparence révèlera les montants perçus via les lobbys énergétiques et la justesse et "l'indépendance" des décisions prises pour guider le peuple vers un avenir plus sûr!

Du coup, il serait très facile de découvrir la réalité de chacun: Donner le meilleur de soi pour le bien du peuple ou Profiter des largesses financières pour s'enrichir sur le dos des citoyens.
Tiens, c'est étrange: on dirait que les hommes politiques d'Europe et du Moyen Orient auraient des points en commun!

 

Par Laurent Horvath

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath