Pétrole News

Pétrole Prix

Pétrole Tendances

AddThis Social Bookmark Button

Pour connaître le prix du baril : lisez Trump

Si par le passé, pour connaître l’évolution des prix du baril de pétrole il fallait analyser une multitude de facteurs, aujourd’hui, il suffit de se connecter à Twitter et de se brancher sur le compte de Donald Trump.

La semaine dernière, après des échanges de courtoisie entre Pékin et Washington sur les tarifs douaniers, le baril a trouvé refuge sous la barre des 60$. On l’a repéré à 58,80 Londres et à 54,17$ New York, et cela malgré les problèmes pétroliers en Iran, en Libye, au Nigeria, au Venezuela et l’enrayement possible de la production de schiste aux USA.

En avril dernier, le baril se traitait à 75$. Avec les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela et le maintien des quotas de l’OPEP, il n’était pas vain de penser de le retrouver au-dessus des 80$ voir 90$.

Plusieurs indicateurs poussaient les réflexions dans cette direction. L’OPEP et la Russie avaient prolongé leur réduction de production jusqu’en mars 2020. Cette décision fut prise alors que les budgets de tous membres du cartel dépendent des rentrées en pétrodollars. Une poussée à la hausse était espérée alors que l’Iran et le Venezuela se débattaient avec les sanctions américaines.

 

Une logique «logique» semble avoir déserté le pétrole.

Malgré un niveau de production mondial suffisant, les USA continuent d’augmenter l’extraction de leur pétrole de schiste alors que l’opération n’est financièrement pas rentable.

Dans ce domaine, le génie américain réside dans cette capacité à internationaliser et financer les pertes par les fonds financiers et d’investissements étrangers. Avec plus de 100 milliards $ de dettes à long terme et un inventaire de 192 entreprises qui ont déjà fait faillites depuis 2014, une certaine dose de témérité est exigée pour y confier son épargne. Durant le deuxième trimestre, sur les 29 plus grandes entreprises de schiste, 11 seulement ont réussi à couvrir leurs charges.

De manière mystérieuse, la main invisible de l'Economie continue de verser des flots d'argent dans ce trou sans fond.

On peut se demander quels sont les processus et les forces qui détournent les flux financiers vers un pétrole non rentable alors que parallèlement les énergies renouvelables génèrent des retours intéressants. En 2018, pour la première fois durant les 10 dernières années, les investissements dans les énergies renouvelables mondiales ont diminué.

 

Un oeil sur Twitter

Il n’y a encore que quelques années, les métriques pétrolières se basaient sur des fondamentaux réels comme la production pétrolière, l’arrivée de nouveaux gisements ou les tensions géopolitiques.

Aujourd’hui, tant les traders de la génération Twitter que les algorithmes des robots informatiques montrent une certaine incapacité à prendre du recul face aux pulsions du maître de la Maison Blanche. Dès l’arrivée d’un signal du compte @RealDonaldTump, le pétrole grimpe ou recul dans les minutes qui suivent.

On peut également pointer du doigt la haute finance internationale, dont le shadow banking, qui n’a aucun intérêt à voir évoluer la situation de rente dans laquelle elle prospère et qui alimente inlassablement les énergies fossiles.

Il sera très intéressant de voir l’évolution de ces comportements et des mécanismes de décisions, quand Donald Trump ne sera plus à son poste. D’ici là, Twitter reste notre meilleur ami.

Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Prix Pétrole New York

Prix Pétrole Londres

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie