AddThis Social Bookmark Button

Energies et Economie: Revue Mondiale Janvier 2016

Dans cette édition de l'inventaire mondial des Energies, vous trouvez:
- Grosse chute du baril: 26$ au plus bas en janvier
- Pétrole de schiste: vagues de licenciements aux USA
- USA: Faute de stockage, Une entreprise paie pour écouler son pétrole
- Iran: Combien de pétrole pourra être exporté en 2016?
- Arabie Saoudite: L'instabilité du pays menace les forages
- Suisse-France: General Electric licencie 2'000 employés
- Australie: Une boulette de 54 milliards $ pour Chevron
- Monde: Avons-nous atteint le Peak Coal (pic du charbon) en 2015?

Le marché du pétrole est imprévisible. Après avoir touché un bas à 26.55$, il termine le mois sur une rumeur de baisse de production russe et arabe. A New York, le pétrole remonte à 33,62$ le baril (37,04 fin décembre) et à Londres 34,74$ (37,28$ à fin décembre) alors que son plus bas durant le mois fut de 29,26$.

L'uranium concurrence le pétrole et termine presque au même niveau que le baril: 34,75$ (35,80 fin décembre 2015).

Le peak de charbon pourrait s’être produit en 2015. Les prévisions de production 2016 sont largement en-dessous de 2015 grâce à une forte chute de la demande chinoise et la diminution de la quantité disponible de charbon de bonne qualité énergétique. Seul l'Inde pourrait infléchir la tendance.

Le monde possède 178 GW d’installations solaires en 2015. Prévisions pour 2020: 540 GW.

 

OPEP

Le cartel du pétrole prévoit une augmentation de production de 500'000 barils/jour (b/j) 2016 et 600'000 b/j en 2017 essentiellement due par l’arrivée de l’Iran. L’OPEP devrait produire un peu plus de 32 millions b/j cette année.

Séquence souvenir : en 2007, l’OPEP imaginait une production mondiale de 107,2 millions de barils/j en 2030. Aujourd’hui sa position suggère  93 millions b/j, soit 14, 2 millions de moins.  Pour comparaison, nous devrions avaler 93 millions b/j en 2016. Le peak oil se cache entre ces deux dates. Pour nous, ce sera 2016 ou 2017 !


A cause de la coupe dans les budgets,
la lumière au bout du tunnel a été éteinte.

 

Attention à vos économies

La peur des faillites et des défauts de paiements dans l’industrie pétrolière continue de monter. Pendant que Wall Street traine plus de 250 milliards $ d’actions pourries en provenance des hydrocarbures de schiste, la Banque Européenne estime à 1'000 milliards $ de dettes douteuses dans l’Economie du continent. La dette de la Chine entre dans le livre des Records, quant aux Américains, ils verront partir Obama avec un compteur « Dettes Nationales » supérieur à 22'000 milliards $. Est-ce que toutes ces dettes pourront être gérées de manière appropriée, telle est la question.
Une suggestion: Si vous avez de l’argent sur des comptes bancaires, c’est le moment de le mettre ailleurs et surtout pas dans des investissements proposés par les mêmes banques (en tête UBS, JP Morgan ou Deutsche Bank) car elles regorgent d’actions pourries de type gaz de schiste américain. Avec Basel III, une banque en faillite peut se servir de votre épargne pour éponger la douloureuse.

 

Moins  de ski en hiver

L’année 2015 a été, de loin, la plus chaude depuis 1880. L’Agence océanique et atmosphérique américaine (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA) et l’Agence spatiale américaine (National Aeronautics and Space Administration, NASA) le confirment. Selon la NOAA, elles ont excédé de 0,9 °C la moyenne du XXe siècle et surpassé de 0,16 °C le précédent pic, atteint en 2014.

L’année 2015 se classe ainsi largement en tête des années les plus torrides, devant, dans l’ordre, 2014, 2010, 2013, 2005, 2009 et 1998. Si quelqu'un pouvait en toucher deux mots à Donald Trump.

 

Les Infos les plus énergiques

USA

Il ne reste plus que 510 forages pétroliers (-13 en janvier) et 127 (-8) de gaz en activité à travers le pays. Il en existait plus de 1'600 il y a 18 mois.

L’industrie solaire emploie plus d’employés que le charbon! Changement de paradigme?  Ainsi 208'859 personnes travaillent dans le solaire +35'052 depuis le 1 janvier 2014 et +31'000 par rapport à 2013.

A contrario des pays européens ou le prix de l’essence comprend entre 50 et 80% de taxes, les fluctuations de l’essence américaine ressemblent à un yoyo. Le gallon d'essence chute à 1,87$ ou 0,49 ct $ le litre (-18 ct par rapport à janvier 2015). Moins cher que du Coca ou un litre d’eau.

Schlumberger, le spécialiste du forage pétrolier, va couper 10'000 postes sur les 95'000 employés restants après avoir essuyé une perte de 1 milliard $ durant le 4ème trimestre 2015. Depuis novembre 2014, Schlumberger a licencié 34'000 employés !

Le gaz est passé devant le charbon pour la production d’électricité. Avec les découvertes des fuites de méthane dans l’extraction de gaz et de gaz de schiste, il devient difficile à dire lequel de ces deux poisons et le plus poison. L’administration Obama désire réduire les émissions de méthane de 45% d’ici à 10 ans.

63% des américains n’ont pas 500$ de réserves financières même pour réparer leur voiture en cas d’urgence. 94 millions d’américains n’ont pas d’emploi.

Pétrole et Gaz de Schiste

Flint Hills Resources va payer 50 cents $ pour se débarrasser de ses barils de pétrole brut de schiste hautement sulfurés. Oui, vous avez bien lu, elle paie pour vendre son pétrole !!! Trop fort !  Le manque de stockage et de pipeline force à cette braderie.

Chesapeake Energy Corp dévisse en bourse et remporte le trophée de la plus grande chute des top 500 américains en 2015: -84% depuis une année et une action qui ne vaut plus que 2,96$. Etrangement, la Banque Nationale Suisse (BNS) a acheté 250'000 actions durant l'année et a perdu des millions $.

Pour rester en vie, Southwestern Energy Co va licencier 1'100 (-45%) des ses employés. La compagnie n’a plus aucun forage de schiste en exploitation. La probabilité est non nulle que le 1'200 employés restant vont suivre leurs collègues et l’entreprise cocher la case faillite.

Hess, Noble Energy, Continental Ressources ont à nouveau annoncé des coupures dans leurs budgets. Halliburton a reporté un diminution de 9% de son revenu et une perte de 28 millions $ au dernier trimestre 2015 (bénéfice de 901 millions $ au 4ème trimestre 2014).

La Texas Railroad Commission annonce une production pétrolière en baisse de 5% à 4 millions de barils par jour dans le Texas.


Maintenant elle apparaît comme modérée
et à côté d'elle, il passe pour un intellectuel   Dessin Chappatte

 

Russie

Selon radio tam-tam, l’Arabie Saoudite et la Russie seraient sur le point de s’entendre pour baisser leurs productions pétrolières. Comme les traders ressemblent à des Labradors, ils ont sauté sur l’os et fait remonter le baril à 34$, à la différence notable qu’un labrador est capable de discernement et de réflexion.

Cependant, Moscou a souvent indiqué qu’il serait difficile techniquement d’augmenter ou de baisser la production dans des régions glaciales. Du coup, une petite rumeur fait l’affaire pour faire remonter les cours!  De leur côté, l’Arabie Saoudite n’a évidemment aucun intérêt à baisser la production et de se faire piquer le marché par l’Iran. Un baril à 30$ pèse sur les pays exportateurs mais l’idée que les producteurs de schiste ne soient pas encore totalement mis hors d’état de nuire mérite bien encore un peu de patience.

Le rouble est passé sur la barre des 80 roubles pour 1$. Il était à 50 en juin 2014 avec la crainte que les investisseurs et riches citoyens commencent à sortir leurs argents du pays.  Le budget 2016 Russe se base sur un baril à 50$.

 

Arabie Saoudite

L’ambiance avec le Yemen se détériore encore plus. Malgré des wagons de billets injectés dans l’armée, le pays reste toujours un géant militaire au pied d’argile. L’armée, hautement politisée et gérée par des princes, n’est pas à la hauteur de l’Iran ou des autres puissances de la région. Au Yemen, l’Arabie compte sur des mercenaires (Colombie et du Moyen-Orient) pour combattre sur le terrain et éviter la mort de ses propres soldats. Bien que cette guerre ne menace pas encore la production pétrolière dans l'Est du pays, elle se rapproche.

A la prière du vendredi (29 janv), l'Etat Islamique a fait exploser une bombe dans une mosquée Schiite dans l'Est du pays. Le fief est habité par des employés de Saudi Aramco et il se trouve justement dans le territoire pétrolier du Royaume.

La situation fiscale se tend et de larges coupes budgétaires (-87 milliards $) pourraient déstabiliser la stabilité sociale maintenue grâce aux pétrodollars. A part le gaz et le pétrole, le royaume n’a pas réussi à diversifier son économie et son industrie (concept de la malédiction du pétrole). Le réchauffement climatique force ce pays désertique à utiliser de plus en plus de son pétrole pour se refroidir durant l’été et produire de l’eau potable.

Riyadh a annoncé la création d’un nouveau Fonds Souverain pour diversifier ces investissements (de passer du bling bling à l’utile). Une grande partie de cet argent est situé dans des entreprises US et la dette américaine. Le Royaume dispose encore de 750 milliards $ et à le temps de voir venir.

L’Arabie saoudite étudie une privatisation partielle de Saudi Aramco, sa puissante et secrète compagnie pétrolière, selon le prince Mohammed Ben Salmane Al-Saoud, le jeune fils du roi.


Dessin Chappatte

 

Iran

Les sanctions levées temporairement, le Président Rohani s’est précipité en Europe pour signer des intentions d’accords stratosphériques pour «éventuellement et peut-être» acquérir des centaines d’avions, des usines de voitures, des contrats de production d’énergie. Le Président Iranien a magnifiquement manœuvré. La levée des sanctions est temporaire. En cas de mauvais comportement de l’Iran, les sanctions pourront être réactivées ce qui signifie que l’Europe devra renoncer aux prometteurs juteux contrats signés cette semaine. En signant tous ces accords l'Iran se protège du retour des sanctions. Le piège s’est refermé.

Le Gouvernement Iranien a annoncé le désire d’augmenter sa production d’un million de barils. Cet enthousiasme fait plaisir à voir mais la réalité pourrait s’avérer différente. Les sanctions secondaires sont toujours en place et limitent les capacités d’actions pour les banques et les assureurs. De plus, l’équipement pétrolier n’est plus tout jeune et si 350'000 barils supplémentaires arrivent sur les marchés, nous pourrons déjà saluer la prouesse.
Surtout il faudra que l’Iran trouve des clients pour acheter leur pétrole et il va falloir faire un geste commercial en vendant sous les prix des marchés. Finalement il faudra du courage et de la témérité aux entreprises européennes et asiatiques pour investir des milliards $ alors que la relation Sunnite / Chiite est explosive. Pour l’instant, les entreprises américaines ne s’impliquent pas dans ce processus.

L’Iran tente d'écouler sur les marchés ses réserves (entre 7 et 50 millions barils) qu’elle avait stocké sur des tankers.

Dim lights
Le président iranien a exigé de couvrir les statues nues en Italie
Et refusé que du vin soit servir lors des repas en France

 

Chine

Barclay pense avoir détecté une contraction de la demande pétrolière chinoise (-2%), mais comme les données de l’énergie chinoises sont autant manipulées que les chiffres du chômage en France ou aux USA, difficile à dire. Toujours selon la Banque, l’augmentation de la demande +300'000 b/j en 2016 comparée à +510'000 b/j en 2015.

Côté finance la « National Team » tient à bout de bras les bourses du pays. Bank of China a dépensé 500 milliards $ pour stabiliser sa monnaie (-6% durant les 5 derniers mois) et les investisseurs. La dette chinoise est passée de 147% PIB en 2007 à 231% aujourd’hui. Le Défi chinois: la transition d’une économie industrielle d’exportation à une économie industrielle ou de services pour ses citoyens dans son marché local.

Le Gouvernement pense que l’énergie devient trop cher et a réduit ses subventions sur l’essence. Les subsides reprendront quand le baril repassera sur les 40$. Le litre d'essence est vendu env 90 ct $ le litre quelque soit le prix du baril sur les marchés.

 

Compagnies pétrolières européennes

Les 3 géants européens : Royal Dutch Shell, Total et Statoil sont parmi les 120 entreprises mises sur la liste des possibles downgrade par l’agence de rating Moody Investors Service.

La Commission Européenne a décidé de ne pas créer un centre d’achat centralisé pour le gaz. Cela permettrait à l’Europe d’acheter de gaz meilleur marché. Mais les divergences des pays, dont l’Allemagne qui se fait livrer du gaz directement de la Russie, ont fait capoter l’idée.

 

Suisse

La première exportation de pétrole américain a été vendu à la…. Suisse, via les entreprises de négoce Vitol et Carlyle. La raffinerie de Crisser, Neuchâtel s’est chargé de la conversion en carburant.

Comme prévu, l’américain General Electric qui a englouti le géant français de l’énergie Alstom, se débarrasse de 6'500 employés européens afin d’améliorer sa profitabilité et les dividendes aux actionnaires.  Résultat: 1'300 emplois sont biffés en Suisse et 765 en France. Le camouflet est grand pour les deux pays. En Suisse, le ministre de l’économie n’a rien vu venir et a laissé la main invisible du marché, marcher. A l’inverse, en France le Gouvernement, qui lors de la vente, avait juré qu’aucun emploi ne passerait à la trappe. General Electric entend toujours créé 1'000 postes en France, mais une promesse d’une multinationale américaine n’engage que ceux qui veulent bien y croire.

En plus d’investir plus de 3 milliards $ dans le gaz de schiste et le charbon américain, la Banque Nationale Suisse (BNS) détient pour 550 millions $ d’actions d’entreprises actives dans la fabrication de bombes nucléaires, c’est la Fondation PAX qui le révèle.  Ce montant reste encore loin des 5,1 milliards de dollars investis par UBS et 1,4 milliard de dollars par Credit Suisse dans ce secteur controversé, comme le relève le rapport. Les banques privées Edmond de Rothschild et Pictet ont investi respectivement 50 et 43 millions de dollars. Alors si vous avez des investissements auprès de ces banques, ne serait-il pas le moment d’entrevoir d’autres opportunités ?

 

 

Le tour du Monde

Angleterre

Les forages anglais de la mer du nord produisent seulement à 63% de leur capacité. Dans la même mer mais du côté norvégien, 71% des gisements sont en activité.

 

Canada

Tiens, tiens. Les gros producteurs de sable bitumineux vont opérer des opérations de maintenance durant cette année. En terme non diplomatique, cela veut dire : la production est arrêtée. Alors qu’ils ont toujours niés être impactés par les prix du baril, les voilà qu’ils sont rattrapé par des faits assez têtus.

 

Brésil

PetroBras, la compagnie nationale pétrolière, a une dette 2 fois supérieure à EDF-Areva : 104 milliards $. La prouesse vaudra à l’entreprise de figurer dans le livre Guiness pour les compagnies d’énergies dans le monde. Evidemment, il n’y aura pas de dividendes et peut-être pas d’enveloppes pour les politiques. Les coupes d’exploitations et d’exploration de devraient réduire la production à 2'145 millions b/j  (-40'000 barils/jour).

L'ancien président Lula est également embarqué dans le scandale de corruption de PetroBras.

 

France

Les bénéfices 2015 de Total seront inférieur à 10 milliards $. En 2014, le résultat net culminait à 12,8 milliards $, après de lourdes dépréciations d’actifs dans les sables bitumineux canadiens, les gaz de schistes américains et le raffinage, pour tomber à 4,2 milliards de dollars (–62%).

La filière pétrolière française est dans l’œil du cyclone. Si Total résiste, Vallourec (tuyaux sans soudure), Technip (construction de plateformes), CGG (collecte et analyse de données sismiques) ou Bourbon (services et maintenance) subissent une crise violente et ne vont pas aider l’inversion de la courbe du chômage cher au Président.

Comme un cadeau de Noël, une partie des 160'000 frontaliers français travaillant en Suisse ont reçu une ristourne d'EDF allant de 71 à 140 euros pour l'électricité ainsi que pour le gaz. Motif: Le changement de régime qui a poussé des dizaines de milliers de frontaliers d'une assurance maladie privée vers la Couverture maladie universelle (CMU) en 2014. Or, en vertu d'une loi datant de 2004, EDF et les autres fournisseurs d'énergie sont obligés de proposer un tarif préférentiel aux bénéficiaires de la CMU, une disposition censée aider les personnes ayant le moins de ressources. En 2014, la mesure avait coûté 327 millions d'euros à EDF alors que l’entreprise croule sous une dette de 45 milliards d’euros.

Le conseil d’administration d’EDF a approuvé, mercredi 27 janvier, le rachat d’Areva NP, la filiale du groupe nucléaire chargée de la fabrication et de la maintenance des réacteurs.

 

Moyen Orient

Pourquoi les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient s’orientent de plus en plus vers les énergies renouvelables ? La réponse est: à cause de l’EAU! 
L’eau est une matière première de plus en plus précieuse dans ces régions qui commencent à en manquer cruellement, et comme l’extraction de pétrole exige de grandes quantités d’eau…

Dim lights
Pub de Bernie Sanders pour la présidentielle, USA
Notez la différence de ton d'avec Donald Trump

Venezuela

Le pétrole représente la quasi-totalité des entrées du budget de l’Etat de ce membre de l’OPEP. Avec un baril à 30$ et des coûts d’exploitation supérieur à 30$, vous pouvez imaginer la tête du ministre des finances. Le Président Maduro a tenté de rassurer les investisseurs qui ont acheté 10 milliards $ de bonds du trésor qui sont remboursables cette année. Il devient inévitable que le pays soit en défaut de payement.
En 2016, le pays compte sur une inflation de 720% et un PIB en baisse de 8%.

 

Australie

Chevron a de nouveau réussi un coup de maître. L’entreprise américaine a investi 54 milliards $ dans le projet offshore Gorgon LNG de gaz liquide et a rempli son premier cargo de gaz liquide australien en direction de la Chine. Pas de bol, les prix sont tellement bas, que l’entreprise perd un bras à chaque cargaison. Si vous avez des actions Chevron dans votre portefeuille, essayez de les refiler à votre belle-mère.
Le projet Gorgon LNG avait débuté en 2009 avec un devis de 37 milliards $ pour se terminer à 54 milliards $. Ce genre de fiasco devient une marque de fabrique pour le géant américain qui s’était déjà largement fourvoyé dans ses prévisions de gaz de schiste en Pologne.

 

Syrie

Grâce à l’intervention russe et en seulement quelques mois, l’Etat Islamique voit ses exportations de pétrole fortement diminuer. Les 1'600 convois citernes de pétrole hebdomadaire ont disparu.  C’est à se demander pourquoi les Américains, les français et l’Arabie Saoudite ont soigneusement évité de bombarder, pendant des mois, les forages pétroliers et les camion-citerne aux mains des djihadistes.

 

Japon

La Compagnie d’électricité du Kansai (Kepco) a redémarré le réacteur 3 de la centrale de Takahama, dans le département de Fukui (Centre). Elle devrait faire de même en février avec le réacteur 4 de la même centrale datant de 1985. Le réacteur 3 fonctionne au Mox (uranium et plutonium).

 

Irak

Le barrage hydraulique le plus dangereux du monde situé à Mosul dans le nord de l’Irak voit ses chances de céder augmenter encore. Au mains de l’Etat Islamique il a été repris par le Gouvernement, mais ses fondations sont chancelantes. S’il devait céder, entre 500'000 et 1million de personnes pourraient être impactée.
Le prix du litre d’essence est passé de 0,87 cents $ à 0,69 cents. Il y a au moins une bonne nouvelle pour les irakiens.

 

Bahreïn et Oman

Les subsides sur l’essence ont été réduits. Evidement ça maille chez les automobilistes, mais à 15 ct euro le litre, c’est encore jouable.


Dim lights
Sarah Palin supporte Donald Trump et demande de devenir ministre de l'Energie US

Egypte

BP a détourné pour le Brésil l’un de ses tanker de gaz liquéfié (LNG) prévu pour l’Egypte. L’Egypte a de plus en plus de peine à honorer ses factures notamment d’énergie et comme le pays se nourrit en grande partie de gaz, la situation devient explosive

 

Nigeria

La compagnie pétrolière nationale va fermer 2 de ses 4 raffineries car les vols sur les pipelines ne permettent plus d’acheminer des quantités suffisantes de pétrole. C’est ballot.

Le Nigeria va devoir se battre pour vendre son pétrole à l’Inde car l’Iran entre sur le marché indien avec un baril bien meilleur marché. Quand rien ne va…

 

Hollande

Shell a annoncé 7’500 suppressions d'emplois parmi ses salariés et sous-traitants directs et 2’800 supplémentaires vont prendre la porte dans le cadre de sa fusion prévue avec le britannique BG Group.

 

Libye

L’Etat Islamique a attaqué les dépôts de Ras Lanuf et 4 tanks pétroliers ainsi que le pipeline dans le champ d’Amal. Du côté politique est clairement en train de bouger et une réconciliation des deux gouvernements contre l’Etat Islamique s’opère. Avec la pression sur les combattants djihadistes de Syrie et d’Irak, une partie est redirigée vers la Libye qui offre moins de résistance. Du coup, les 3'000 djihadistes menacent indirectement l’Europe.

La Libye produirait moins de 400'000 barils/jour. L’entreprise nationale Arabian Gulf Oil Company souligne qu’elle a exporté 64 millions de baril en 2015 soit une moyenne de 175'000 b/j. Au temps de Kadhafi, les exportations étaient 10 fois supérieures.
Divisé en deux, un gouvernement unifié a été proposé mais refusé.

 

Phrase du mois

"I think a lot about the Department of Energy, because energy is my baby, oil and gas and minerals, those things that God has dumped on this part of the earth for mankind's use, instead of relying on unfriendly foreign nations for us to import their resources," Sarah Palin après avoir annoncé son soutien à Donald Trump.

So much of the frenzy in shale in the past few years was a result of the money pouring out of Wall Street.  It was as much a Wall Street play as it was an oil-and-gas play. It was putting money to work. Companies took on all that risk and now we see the result [--bankruptcies].
Terry Clark, White Marlin Oil & Gas Co.

Sources: avec Tom Whipple, resilience.org, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde

 

 

blog comments powered by Disqus





Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie