AddThis Social Bookmark Button

Energies et Economie: Revue Mondiale Janvier 2015

Dans cette édition de l'inventaire mondial des Energies, vous trouvez:
- Pétrole: Crash du Pétrole sous la barre des 50$
- Arabie Saoudite: Le Roi est mort, Michelle Obama sans voile
- Russie-Arabie: un combat pour vendre le pétrole à la Chine
- France: AREVA en mort clinique
- Europe: L'Europe pousse la Russie dans les bras de la Chine
- Algérie: le peuple gagne contre les forages de schiste
- Asie: Les pétroliers stockent en attendant la hausse des prix

Le crash pétrolier a fait chuter les cours de 50% depuis le mois de juin: à New York il chute à 48.24$ (53.27 au 31 décembre et s'écroule à Londres 52.99$ (57.33$ fin décembre).

C'est le calme plat pour l'uranium, qui après une poussée de fièvre termine l'année là où il a commencé: 36.75$.

Vous avez été 624'517 à visiter 2000Watts.org durant l'année 2014. Un nouveau record et un grand merci pour votre fidélité et pour faire passer le message. Objectif: le million!

 

Monde

Fonds monétaire international

Pendant que le FMI réduit ses prévisions 2015 de croissance mondiale, les majors pétrolières réduisent de 10% leurs frais d’exploitation et les exploitants de schiste de 40%. L’offre de la demande pétrolière pourrait diminuer dès septembre 2015 et les prix pourraient remonter, mais tout ça reste à voir.

La production pétrolière devrait continuer à croître cette année (+950'000 b/j), mais à un rythme moins soutenu. C’est à la fin 2015 que les dégâts sur les investissements devraient se ressentir et l’année 2016 pourrait être tendue.

Sur l'ensemble de l'année, la température moyenne globale à la surface des terres s'est située un degré au-dessus de la moyenne du XXe siècle, soit la quatrième plus élevée depuis 1880. Celle des océans a été 0,57° supérieure à la moyenne des 134 dernières années, ce qui en fait la plus élevée de toutes les années entre 1880 et 2014, battant les records précédents de 1998 et 2003 de 0,05 degré.

La température moyenne de la basse stratosphère (entre 15 et 20 km d'altitude) a diminué tandis que celles dans la troposphère, les couches plus basses de l'atmosphère, ont augmenté, ce qui est une indication d'un réchauffement provoqué par des gaz à effet de serre, explique la NOAAa

 

Europe

France

Le dépeçage d'Alstom par GE montre l'habilité des avocats américains. Ainsi la maintenance des turbines des Centrales Nucléaires françaises est passée incognito dans les mains américaines (lire article Figaro). A l'époque Arnaud Montebourg, avaient garanti que le secteur nucléaire d'Alstrom resterait sous contrôle français. Les promesses n'engagent que ceux qui veulent les croire.

Près de 800 millions d’euros, c’est la somme que coûteront à l’Etat français l’abandon de l’écotaxe poids lourds et la résiliation du contrat avec la société Ecomouv’ chargée de la mise en place et de la gestion du dispositif. L’Etat reprend par ailleurs la créance d’Ecomouv’ auprès des banques et il devra s’acquitter du remboursement, sur dix ans, de près de 390 millions d’euros. Heureusement que le Gouvernement français a un budget bien équilibré qui permette de payer sans peine ce détail et dans 10 ans, il n'y aura peut-être plus d'euros!

L'Etat de santé d'AREVA continue de se dégrader. L’exercice 2014 se soldera par un recul de plus de 10 % du chiffre d’affaires et une perte supérieure à 1 milliard d’euros (694 millions au seul premier semestre). L’agence de notation Standard & Poor’s estime les notes de crédit d’Areva à «spéculative». Le groupe a nommé à sa présidence Philippe Varin, l’ancien patron de PSA Peugeot Citroën, et Philippe Knoche, actuel numéro 2 d'AREVA. Durant ces dernières années, l'entreprise nucléaire a perdu plus de 7 milliards d'Euros et 7 milliards d'actifs et les 45'000 employés ne sont plus tous assurés de garder leur poste.

Areva a annoncé, vendredi 23 janvier, qu'une centaine de départs en retraite ne seraient pas remplacés en 2015 dans l'activité recyclage de son usine de retraitement de déchets nucléaires de La Hague (Manche), les syndicats évoquant pour leur part la suppression de cinq cents postes en cinq ans sur ce site

Total va encore couper 10% de ses investissements pour cette année. Les investissements de 28 milliards $ en 2013, ont chuté à 26 milliards en 2014 et vont perdre encore 2 milliards $ en 2015. L’exploration richement dotée à 2,8 milliards $ en 2014 vont être raboté de 30 % en 2015. Patrick Pouyanné, Directeur Général du Groupe, annonce qu'il n'y aura pas de licenciement cette année ou de fermeture de raffinerie en France. Sur les 5 raffineries, 2 perdent de l'argent dont une à la pelle.

Il indique également que vouloir « aussi amplifier la baisse de nos coûts opérationnels et la porter à 1,2 milliard cette année, un effort supplémentaire de 400 millions. »

Dim lights Coupure d'électricité lors d'une interview de Manuel Valls

Norvège

L’activité dans la Mer du Nord a diminué de 18% en 2014. Le peak oil est déjà atteint depuis belle lurette et la chute des prix va précipiter encore plus la production car les investissements ne font plus de sens économique.

 

Angleterre

BP va licencier 300 personnes dans les forages Sea Hub of Aberdeen, Ecosse. Les champs de la Mer du Nord souffrent particulièrement de la chute des prix. En dessous de 75$ le baril, l’exploitation est déficitaire.

 

Espagne

Repsol va abandonner ses forages de 3'000 m en eaux profondes aux bords des côtes des Iles Canaries. Premièrement ce n’est pas très futé de forer à côté d’un domaine qui vit du tourisme et deuxièmement les quantités récupérables de méthane et de Hexane sont trop faibles pour permettre un gain financier.

Suisse

La Raffinerie Tamoil de Collombey va fermer ses portes sous la pression des prix de raffinages et de pertes financières très lourdes. Il ne restera plus qu’une raffinerie en Suisse. D’autres raffineries européennes devraient également fermer dans les mois à venir. La concurrence de l’Arabie Saoudite qui vient d’inaugurer une raffinerie géante, des USA et de la Chine vont faire une razzia parmi les raffineries européennes.

La puissance des nouveaux véhicules mis en circulation en Suisse en 2014 a atteint la moyenne record de 158 ch, en hausse de 5%. Les 4x4 constituent le 38,5% des nouvelles voitures. Durant la même période, la consommation moyenne de carburant des voitures neuves a chuté de 7,8 à 5,6 litres. Mais ces valeurs dites d'usines, réalisées en conditions de laboratoire par les fabricants, sont sous-évaluées de 20 à 40% par rapport à une utilisation normale.

 

Russie

En compagnie de l’américain Exxon Mobil, le russe Rosneft a débuté l’exploitation de champs pétroliers de Arkutun-Dagi dans l’Est. La production devrait dépasser les 90'000 b/j. L’autre géant américain pétrolier Schlumberger va puiser dans sa poche 1,7 milliard $ pour acquérir des actions de Eurasia Drilling Co, l’entreprise russe no1 dans le forage.  C’est intéressant de noter la géométrie variable appliquée par les américains dans leurs sanctions contre la Russie alors que les européens sont plus carrés. Mais c’est bien, l’Europe est un bon élève.

La Russie est en train de convertir une partie de ses ventes de pétrole en or et se débarrasse du dollar. Ainsi la Russie a acheté plus de la moitié de l’or vendu sur les marchés en 2014. Moscou, Pékin et l’Inde sont en train d’accumuler une énorme quantité d’or alors que les économies surendettées comme l’Europe ou les USA s’en séparent.

Il y en a qui commence à parler et nous en savons un peu plus sur les raisons de l'obstination de l'Arabie Saoudite et de la Russie à maintenir leur production. Les deux pays se battent pour livrer leur pétrole à la Chine sur le long terme. L'Europe, qui paie beaucoup plus cher son pétrole par rapport à Pékin, voit paradoxalement les livraisons de pétrole russe diminuer.

La production ne devrait pas diminuer dans les mois à venir. Moscou défend sa part de marché en Chine et en Asie contre l’Arabie Saoudite. Cependant, la Russie diminue les quantités de gaz vendues à l’Europe notamment celle qui transite par l'Ukraine.

Avec les sanctions en ordre de marche, il est peut probable que la Russie puisse augmenter sa production en 2015 et 2016. Les projets en arctique sont à l’arrêt tout comme le développement des nouveaux champs.


Dessin: Chapatte

Ukraine

Les forces militaires ukrainiennes ont perdu l’aéroport de Donietsk dans une guerre qui compte ses morts : plus de 5'000.

Arseniy Yatsenyuk, le premier ministre, espère construire un pipeline depuis la Pologne pour amener du gaz dans son pays et diminuer sa dépendance envers la Russie. Il n’a pas précisé comment il allait financer cette conduite.

 

Les Amériques

USA

Les investissements en énergie renouvelable ont augmenté de 16% en 2014 et la tendance est identique pour 2015. Les investisseurs tendent à se détourner du pétrole instable pour préférer la stabilité du solaire et de l'éolien.

Les optimistes de Wood Mackenzie ont pris un coup de mou depuis la chute des cours. Leurs experts ont compté 37'000 forages sur le sol américains en 2014 et ce nombre devrait chuter à 27'000 cette année. Toujours selon eux, les dépenses pour l'exploitation pétrolière 2014 ont dépassé les 140 milliards $ et nous devrions atteindre péniblement les 90 milliards cette année. Une coupe aussi importante dans les investissements est le prélude d'une diminution de production pour les 2-3 années à venir.

Les ventes des voitures sont reparties à la hausse notamment les SUV, pickups, minivans. D’ici à la fin 2015, 16,5 millions de nouvelles voitures devraient trouver un maître pour aller faire une ballade. Le record absolu des ventes date toujours de 2000 avec 17,4 millions de véhicules neufs vendus durant une année. Comme le litre d'essence dépasse à peine les 40 centimes $ le litre, les américains s'enivrent à donner à boire aux 350 chevaux de leur nouveau V8 pour plafonner à 115 km/h sur leurs autoroutes. Ca doit être ça le rêve américain.

Dim lights voir le top 10 du salon de Detroit

Avec un prix à la pompe de 2,03$ les 3,8 litres, la consommation d'essence explose de 8% en comparaison avec janvier 2014.  Le prix du gaz se stabilise à 2,86$ m3 (12$ en Europe).

Les USA économiseront 125 milliards $ sur leurs achats d’essence en 2015. De quoi se rattraper sur les hamburgers, le Coca et les Iphones, à moins que la baisse généralisée des salaires transforme les cigales en fourmis. Le salaire moyen de Joe America a baissé de 10%.

Les stocks de pétrole US atteignent 407 millions de barils au plus haut depuis 80 ans.

L'industrie pétrolière de Californie est décimée. Après l'annonce que le 90% de ses champs de schiste ne sont pas exploitables, que la sécheresse assèche tous les points d'eau et que les 2/3 des forages ont cessé durant les 5 dernières semaines, il ne reste qu'un bon Terminator 4 à se mettre sous les dents.

Les employés des raffineries de Chevron Corp., Exxon Mobil Corp., Marathon Petroleum Corp., Royal Dutch Shell et Tesoro Corp. refusent la baisse de salaire suggérée par les dirigeants. Il n'y a pas qu'en Europe que ça coince dans les raffineries.

Le bras de fer se poursuit entre le Congrès américain et Barack Obama autour de la construction de l'oléoduc Keystone XL, qui prévoit de traverser les Etats-Unis pour permettre d'acheminer du pétrole canadien dans le golfe du Mexique. Après la Chambre des représentants, le Sénat a à son tour approuvé le projet. Le texte devra toutefois être à nouveau examiné à la Chambre, afin de prendre en compte les amendements adoptés au Sénat. Ensuite Obama mettra son veto et le prochain président américain décidera.

Wood Mackenzie pense qu’avec un baril à 40$, 1,5 millions b/j seraient vendus à perte. Les forages offshore de grandes profondeurs américains sont en première position. Les sables bitumineux du Canada viennent en deuxième position. En troisième, le schiste.

Dim lights Michelle Obama sans voile en Arabie Saoudite

 

Mexique

L’entreprise pétrolière nationale Pemex rapporte 1/3 des revenus du pays, mais apporte son lot de corruption. Les auditeurs du gouvernement ont identifié 11,7 milliards $ de factures douteuses.

 

Brésil

La région métropolitaine de Sao Paulo, 40 millions d'habitants, et l'intérieur de l'État subissent depuis des mois la pire sécheresse des 80 dernières années, avec des coupures d'eau et d'électricité durant plusieurs jours.  Les cinq barrages du système de Cantareira par exemple ont leur niveau de stockage au minimum depuis longtemps. D'autres barrages importants pour la production d'électricité, situés dans le sud-est du Brésil, comme Rio, sont en situation critique et les coupures d'électricité se font de plus en plus présentes.

La présidente Dilma Rousseff, qui devant le moindre micro répète que la lutte contre le changement climatique est une urgence, vient de nommer el segnor Aldo Rebelo comme ministre de l'environnement. Ce brave homme est l’un des plus virulent opposant brésilien au réchauffement climatique soulignant que le phénomène n’est « qu’une base construite par une simulation informatique».

Dim lights

 

Canada

L'Association des producteurs de pétrole annonce que le pays va diminuer sa production de 65'000 b/j en 2015 et 120'000 b/j en 2016 sur une production de 4 millions b/j. Une baisse plus conséquente aura lieu dans l'exploitation des sables bitumineux.

Suncor Energy, le plus grand production canadien, va couper 1'000 emplois en 2015 et diminuer son budget de 13%. La companie va économiser 1 milliards $ canadien.

 

Asie

Les pirates asiatiques se sont focalisés sur les tankers pétroliers en 2014. En Malaisie, Indonésie, Thaïlande et de détroit de Malacca ont compté 15 bateaux attaqués. Les rançons doivent être assez sympa.

 

Chine

La transition entre 25 années de commerce tourné vers l'exportation et une économie qui se focalise sur son propre marché n’est pas un exercice facile. Pékin présente une croissance à 7,4% mais comme tout pays qui se respecte, le bilan du PIB a été traficoté pour le rendre un peu plus sexy.

Les importations de pétrole russe ont augmenté de 36% par rapport à 2013 à 665'000 b/j. Les importations de pétrole d’Arabie ont diminué à 997'000 b/j car Pékin cherche à diversifier ses fournisseurs et bien sûr à faire baisser les prix. La Chine achète un pétrole bien meilleur marché en comparaison avec l’Europe qui paie le tarif «Adulte sans carte de réduction ». C’est l’opposition de deux concepts différents : Europe: « liberté de marché et naïveté », en Chine «négocier et protéger ses intérêts». Mais revenons à nos moutons. En 2014, la Chine a acheté 16% de son pétrole à l’Arabie, au lieu de 19% en 2013. On comprend mieux pourquoi l’Arabie fait le forcing et ne baisse pas sa production.

Les médias traditionnels justifient la chute des prix par une baisse de la consommation chinoise. En fait, la Chine n’a jamais autant acheté de pétrole qu’en décembre : 10,6 millions b/j et pas moins de  500'000 barils vont venir s'ajouter pour les prochains mois. C’est qu’il va falloir donner à boire au 20 millions de voitures neuves qui vont être mises en circulations en 2015.

La vente de voitures s’est un peu infléchie en 2014 pour quand même atteindre 19,7 millions d’unité. Elle avait légèrement dépassé les 20 millions en 2013 pour rester le plus grand marché du monde devant les américains à 14 millions.

Dim lights
Attaque de tankers par des pirates

Singapour

Le supertanker TI Oceania, qui avait été construit pour convoyer le pétrole entre les océans, va rester à quai pour quelque temps avec dans son ventre plusieurs millions de barils. L’entreprise de trading Vitol SA, va attendre que les prix du baril remontent pour empocher la différence. Rassurez-vous, Vitol n’est pas le seul à tenter le coup.

On estime que 45 millions de barils sont ainsi stocké dans des tankers pétroliers en attente que les prix refassent surface.

 

Pakistan

Près de 80 % du territoire pakistanais s'est retrouvé privé d'électricité dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 janvier après la chute du principal câble de distribution, situé dans le sud du pays. Il s'agit de l'un des pires incidents de ce type enregistrés au Pakistan. La situation a affecté les grandes villes du pays, dont la capitale Islamabad, mais aussi l'aéroport de Lahore.

Le Pakistan fait régulièrement face à des coupures d'approvisionnement en énergie liées à un secteur complexe et obsolète, confronté en outre à des défauts de paiement à répétition. Nawaz Sharif avait déjà dû annuler son déplacement au Forum économique mondial de Davos (Suisse) à cause d'une grave crise énergétique provoquée par un arrêt des importations de pétrole.

 

Australie

De violents incendies ont embrasé la région d'Adélaïde, dans le sud de l'Australie. Les autorités du pays ont mis en garde contre l'un des pires épisodes climatiques dans la région depuis 1983. C'est paradoxal de voir des incendies de ce type, car le premier ministre Tony Abott confirme que le réchauffement climatique n'extiste pas.

Dim lights

 

Moyen Orient

Arabie Saoudite

Hospitalisé depuis fin décembre en raison d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est décédé le 22 janvier, à l'âge de 90 ans. Son frère, le prince Salmane lui succède sur le trône de la monarchie mais sa santé est également chancelante. Ce dernier a déjà nommé son successeur au cas où. On n'est jamais trop prudent surtout quand le compte en banque de l'Etat indique un cash de 800 milliards $ et que le Yemen voisin est en rébellion, que l'Etat Islamique menace à la frontière avec l'Irak.

A peine installé, le nouveau roi Salmane a limogé deux fils de son prédécesseur et a nommé un cabinet de 31 membres, conservant notamment le ministre du pétrole, Ali al-Nouaimi, le ministre des affaires étrangères Saoud al-Faisal et le ministre des finances Ibrahim al-Assaf.

Le prince Alwaleed prévoit que le baril ne va pas revenir à 100$, car au-dessus de ce niveau, l'économie mondiale n'arrive plus à respirer. Il n'y a qu'a regarder les dettes abyssales des USA, du Japon et de l'Europe. Cependant pour maintenir sa production de 9-10 millions b/j, le Royaume a dû cravacher vigoureusement à coup de technologies et d'anabolisants dont on ne connait pas les effets secondaires sur le long terme. Bien que l'Arabie annonce toujours des réserves stratégiques stratosphériques, on a toujours un petit pincement au coeur car s'ils nous lâchent, ça risque de mettre un sacrée foutoire dans nos économies.

Dim lights

 

Irak

Avec l’aide de l’aviation américaine, les Kurdes ont réussi à repousser l’Etat Islamique en dehors de leur territoire. Bien évidemment, les Kurdes ne sont pas intéressés à continuer leur progression en dehors de leurs limites et c’est l’armée iraquienne qui devrait prendre le relais.

L’Etat Islamique aimerait bien mettre son siège dans la ville de Mosel (1 million d’habitants), mais les habitants ne sont pas vraiment hyper séduits par la formule islamique proposée.

Du côté du pétrole, de gros efforts sont faits pour augmenter l’exportation du Kurdistan iraquien. Genel Energy, dirigée par l’ancien CEO de BP Tony Hayward (l’abruti en poste lors de la marée noire du Golfe du Mexique en 2011), claironne que la production devrait atteindre 450'000 b/j cette année encore (+74%). Mais nous connaissons la valeur de la parole du brave Tony. L’Irak est l’un des dernier endroit sur la planète ou le pétrole est facilement récupérable et à des coûts financièrement acceptables.

 

Iran

On vous passe le chapitre sur la discussion sur le Nucléaire avec les américains car l’épisode va encore durer quelque temps et Téhéran espère toujours que le prix du baril va augmenter car les coûts de la guerre contre l’Etat Islamique en Irak se font sentir.

Le dollar perd de plus en plus pied dans les échanges internationaux notamment dans le pétrole. Après la Russie, la Chine et l’Inde, c’est au tour de l’Iran de se séparer, au moins en partie, du billet vert. « Dans ses échanges commerciaux avec l’étranger, l’Iran se sert désormais d’autres monnaies, notamment du yuan chinois, de l’euro, de la livre turque, du rouble russe et du won sud-coréen », a déclaré Gholamali Kamyab, vice-gouverneur de la banque centrale du pays. L'Iran n'est pas à sa première tentative de se séparer du Dieu $, mais cette tentative semble être la bonne.

 

Afrique

Le crash pétrolier met sur le mode "pause" les projets africains au Ghana et en Tanzanie car les coûts élevés d’exploitations en Afrique ne sont aujourd’hui plus financièrement viables. Pour plusieurs explorateurs pétroliers, 2014 était resté en travers de la gorge.

 

Algérie

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune pense que les citoyens n’ont pas besoin d’être consultés sur les projets relevant de «l’utilité publique» comme le gaz de schiste.  «Depuis quand l’Etat consulte les citoyens pour construire un pont ou une route? Pourquoi alors on reproche aujourd’hui à l’Etat le fait qu’il n’ait pas demandé l’avis des citoyens pour l’exploration du gaz de schiste. Il s’agit là d’une étrange conception de l’Etat?» Pas de doute: votez pour elle!

Depuis le 1er janvier, le sud algérien était en ébullition. Un mouvement lancé à In Salah contre l'exploitation du gaz de schiste avait rassemblé jeudi 15 janvier plus de 15 000 manifestants à In Salah, 4 000 à Tamanrasset, 5 000 à Ouargla. Une mobilisation qui étonne de par son ampleur et sa spontanéité, au point que le gouvernement a dû reculer et stopper ses activités pour l'instant. (lire article)

Libye

Le pays sombre dans une guerre civile entre le gouvernement officiel, les islamiques de la capitale et l’Etat Islamique qui gagne du territoire. Les troupes gouvernementales du Général Haftar ont eu l'idée géniale de saisir la branche de la Banque Centrale à Benghazi. Avec le siège à Tropoli, l’institution possède environ 100 milliards $ de réserves en monnaies étrangères. Cette banque est l’une des dernière institution qui fonctionne dans le pays et elle permet de payer les factures courantes de ce qui reste de cet Etat, les salaires de millions d’employés indépendamment des parties en conflit. Est-ce que les Islamistes de la Capitale vont saisir le siège de la Banque à Tripoli ?

De 1,8 million de b/j avant l’attaque de Sarkozy et la destitution de Kadhafi, les champs pétroliers suffisent aujourd’hui à peine à couvrir la demande locale (250'000 b/j).

 

La phrase du mois

The collapse of fracking is the best news for the planet. This is fun to watch happen. Patrick DeBoard

 

Sources: avec Tom Whipple, resilience.org, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde

blog comments powered by Disqus

Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie