AddThis Social Bookmark Button

Energies et Economie: Revue Mondiale Décembre 2014

Bonne Année 2015!!!
Dans cette édition de l'inventaire mondial des Energies, vous trouvez:
- Pétrole: Crash du Pétrole sous la barre des 60$
- USA: le pétrole de schiste s'effondre
- Chine: essence à base de charbon. La nouvelle menace
- Europe: L'Europe pousse la Russie dans les bras de la Chine
- Australie: Heureuses les femmes qui repassent leur linge!
- Ukraine: le fils de Joe Biden, Vice Président des USA, en charge du gaz de schiste

Le crash pétrolier a fait chuter les cours de 50% depuis le mois de juin: à New York il chute à 53.27 (66.15 en novembre / 100,32$ au 1er janvier 2013) et s'écroule à Londres 57.33 (70.15$ en novembre  /112,18$ au 1er janvier 2013).

C'est le calme plat pour l'uranium, qui après une poussée de fièvre termine l'année là où il a commencé: 36.25$ pour une livre (40$ en novembre 2014 / 34.50$ au 1er janvier 2013).

 

Monde

L’OPEP a diminué sa production en novembre à 30,05 millions de barils/jour soit 200'000 barils de moins qu’en octobre. Le cartel pense livrer 28,9 millions b/j en 2015.

Avec la baisse des prix, 1 trillion d’investissements dans des projets d’exploration et d’exploitation de pétrole pourraient passer à la trappe selon Goldman Sachs. La baisse pourrait impacter 7,5 millions b/j durant la prochaine décennie. "La Grande Pieuvre" pense que la baisse du prix actuel va rapidement disparaître car une baisse de production dûe au manque d’investissements va retendre les marchés.

Les membres de l’OPEP (sans l’Iran) ont commercialisé pour 700 millions $ de pétrole en 2014. Une baisse de 13% par rapport à 2013.

La météo en 2050. Plusieurs chaînes de TV autours du monde ont proposé une probabilité météo. En voici un exemple:

Dim lights

 

Europe

L’Union Européenne a décidé de bloquer les possibilité d’investissements pétroliers en Crimée et dans la Mer Noire.

 

Réchauffement Climatique: Les scientifiques sont-ils convaincus

Allemagne

En 2010, le pays avait annoncé un ambitieux programme de décarbonisation de son secteur énergétique. Trois ans plus tard, c’est la soupe à la grimace. L’utilisation du charbon pour la production électrique plombe les communiqués de presse. L’idée de base était de réduire les émissions de 40% d’ici à 2020. Depuis 2010, les émissions ont augmenté et l’objectif sera manqué de 5-8%.

 

Norvège

Le groupe national Statoil a mandaté Schlumberger pour l’exploitation du champ off-shore Mariner dans la Mer du Nord. La découverte date de 1980, mais les problèmes technologiques et les finances ont retardé l'exploitation. Mariner pourrait produire 55'000 barils par jour.

La production de la Norvège confirme son peak oil. Elle touche 1,46 million b/j soit 5% de moins que l’année dernière. Statoil va investir 610 millions $ pour développer ses gisements dans la Mer du Nord et tenter de stabiliser la baisse.

 

Angleterre

Le Gouvernement Cameron pousse à tout va l’exploitation d'huile de schiste sur son territoire. Avec le bouillon que les exploitants de schiste américains boivent en ce moment, il n'est pas dit qu'il soit facile de trouver du financement pour l'Angleterre.

A 60$ le baril, l’industrie pétrolière anglaise off-shore est sur le point de s’écrouler. Les pétroliers coupent les investissements et licencient. ConocoPhillips a annoncé 230 départs sur son staff de 1'650 en Angleterre. Schlumberger, encore un américain, a perdu 800 millions $ et va également tailler dans ses effectifs sur l'île.

La production gazière et pétrolière anglaise a atteint son pic en 1999 et depuis l’annonce du peak oil, dans la mer du nord, tout le pays tremble à l’idée d’importer du pétrole via les voies maritimes. Mauvais souvenirs des deux guerres mondiales.

Le journal anglais The Financial Times et l'américain New York Times ont découvert la «main de Moscou» au cœur de la contestation européenne contre le gaz de schiste.  De l’avis du périodique, les actions de protestation de masse contre l’exploitation des gisements de gaz de schiste en Europe, qui ont déferlé à travers les pays d’Europe Centrale et de l’Est en 2012-2013, ont été financées par la Russie et concrètement par le consortium russe Gazprom. En un mot, toutes les personnes qui ne désirent pas voir leurs nappes phréatiques polluées sont des communistes dirigés par le KGB.


Je peux vous dire ce qu'il y a dedans, mais
après je dois vous tuer...

Russie

« Vous ne voulez pas d’un gaz moins couteux et plus sécurisé ? Tant pis pour vous, vous l’aurez plus cher et à vos risques et périls ». Telle est la réponse de Vladimir Poutine à l'Europe qui voulait avoir le beurre et l'argent du beurre avec la construction du gazoduc South Stream. Du coup, Moscou abandonne le projet et vendra son précieux gaz à la Turquie et en Asie. Les têtes bien-pensantes basées à Bruxelles hurlent au scandale et à l'imposture: comment a-t-il osé? L'Europe va devoir trouver de nouvelles sources gazières ou passer à la caisse.

Le Rouble a perdu plus de moitié de sa valeur bien que Moscou ait dépensé 30 milliards $ pour contrer la chute. Pas de bol, ça n’a pas marché.

Le 80% des exportations russes proviennent du pétrole, du gaz, du bois et de la vente d’armes. Moscou possède 414 milliards $ en réserve mais accumule 700 milliards de dettes étrangères dont 100 milliards $ arrivent à échéance en 2015.

Comme l’Europe met tous les bâtons dans les roues de la machine Poutine, ce dernier se tourne vers la Chine, le Japon et la Turquie. La Chine a besoin d’énergie pour s’industrialiser et l’énergie lui est vendue à très bon prix par la Russie.

Ukraine

La dette gazière de l’Ukraine de 3,5 milliards $ a été payée par les contribuables européens. Grâce à cette générosité, Gazprom a recommencé à livrer son gaz à l’Ukraine. Les impôts des européens vont continuer à payer le gaz ukrainiens jusqu’à la fin de l’hiver. Très belle affaire pour Kiev, un peu moins pour Bruxelles.

Kiev manque de charbon pour la production de son électricité et des pannes se font sentir dans la capitale. Bon Prince, mais avec une idée derrière la tête, Poutine a accepté de livrer du charbon à Kiev. Nul doute que cette générosité appellera une monnaie d'échange!

Chevron jette l’éponge pour tenter d’exploiter le gaz de schiste en Ukraine. Comme la Pologne et la Roumanie, l’Ukraine est pressentie pour contenir des quantités pharamineuses d’huile de schiste qui délivrerait le pays du joug gazier de la Russie. En Pologne, tout le monde est déjà parti la queue entre les jambes. L’Ukraine n’a pas encore commencé l’aventure car aucun investisseur n’est prêt à perdre un maximum d’argent. A moins que Bruxelles…

Pour la petite note, le fils de Joe Binden, Vice-Président des USA, R. Hunter Biden est en charge de Burisma Holdind afin de développer le gaz de schiste en Ukraine!

 

Espagne

Le ministre de l’industrie et de l’énergie, José Manuel Soria, a modifié à la loi sur les hydrocarbures de 1998 pour encourager les forages de schiste. Plus de 70 permis de recherche ont déjà été autorisés et une soixantaine sont en attente de validation.
Un rapport du conseil supérieur des écoles d’ingénieurs de mines de Madrid, publié en 2013, estime que les réserves de gaz de schiste présentes dans le sous-sol espagnol (principalement le Pays basque et la Cantabrie, le sud des Pyrénées, la vallée de l’Ebre et du Guadalquivir) correspondent à 39 années de la consommation actuelle du pays.
Un autre rapport, celui-ci de l’Institut de recherches géologiques et minières espagnol (IGME), commandé par le gouvernement en 2013 et jeté aux oubliettes avant d’être publié par la presse ibérique un an plus tard, est nettement moins optimiste. Il souligne que « de nombreuses études préviennent de la contamination des eaux souterraines, de la pollution de l’air » et des mini-séismes provoqués par la fracturation hydraulique. Pour conclure que l’expérience des Etats-Unis en matière de «fracking» «n’est pas forcément transférable en Espagne » du fait des différences « légales, géologiques, démographiques, économiques et culturelles».

France

Le géant français du nucléaire Areva a annoncé, mercredi 3 décembre, la mort de son président du directoire, Luc Oursel, à l’âge de 55 ans. Gravement malade, il avait passé la main de manière transitoire au numéro deux, Philippe Knoche, il y a quelques semaines.

On ne sait toujours pas qui a utilisé un/des drones pour survoler les centrales nucléaires françaises. Plus de 30 vols ont été repérés et la question reste ouverte: pourquoi survoler les centrales?

 

Les Amériques

Cuba

L’un des motif américain pour améliorer les relations avec Cuba réside dans la vulnérabilité du Venezuela à livrer du pétrole. Habituellement, Cuba échange des docteurs contre 100'000 b/j de pétrole. Mais le Venezuela n’arrive plus qu’à livrer 70'000 b/j. Les USA pourraient saisir l’opportunité de couper l’herbe sous les pieds de Caracas et de vendre leur pétrole à Cuba ainsi que des Iphone, des McDo ou des GoPro. Tout pour rendre les gens heureux!

 

USA

La dette américaine vient de passer les 18 trillions. 70% de cette dernière provient de l’administration Obama.
– 74’984 jours pour atteindre le premier trillion de dette – en 1981 – soit près de 205 ans.
– Ensuite, il aura fallu 5 ans pour atteindre le second trillion
– Et 403 jours auront suffit pour passer de 17 à 18 trillions…

Schlumberger, le numéro un mondial des services aux « majors pétrolières » a réduit sa flotte de navires spécialisés dans la sismique sous-marine et l’inscription dans ses comptes du quatrième trimestre de 800 millions de dollars (650 millions d’euros) de dépréciations d’actifs. L'entreprise va passer de 15 navires de recherche à 9 et de 8 navires d’acquisition à 6. Une opération que son concurrent français, CGG, a commencé à réaliser sur sa propre flotte, qui a été ramenée de 18 à 13 unités.

ExxonMobil annonce que le peak oil de pétrole conventionnel a eu lieu en 2005. Rien de nouveau dans cette annonce, mais le fait qu’ExxonMobil le confirme est une première.

Princeton University a mesuré les fuites de méthane sur les forages gaziers à l’abandon en Pennsyvanie. Et bien ceux-ci émettent en moyenne 0,27 kg de méthane par jour selon l’article publié dans National Academy of Science. Il y a plus d’un million de forages à l’abandon sur le sol US.

Après Hillary Clinton, c'est un autre Bush qui se lance dans la campagne afin de devenir Président du Monde! C'est drôle, sur 350 millions d'habitants, ils ne sont pas fichus de trouver une autre famille en or!


Image: Chappate

Le magazine Nature a reporté une étude du Bureau of Economic Geology, University of Texas. Cette étude suggeste que les prévisions de l’EIA qui suggère que peak shiste ne devrait pas pointer son nez d’ici à 2040 est fausse. La production devrait décliner d’ici à 2020. Cette étude jette un froid dans les projets de construction de terminaux de LNG (Gaz liquide). L’EIA a immédiatement rétorqué afin de montrer la justesse de ses analyses.

Pétrole et gaz de schiste aux USA

A Wall Stree, 18% des junk-bonds consistent à des prêts aux exploitants de forages de schiste. Pour mettre un chiffre, il s’agit d’une ardoise (ou d’une subvention) de 173 milliards $. Si la pyramide s’écroule, il faudra regarder l’impact sur la place financière américaine.

Comme prévu, les premières victimes de forages de schiste se sont annoncées au rayon faillite. Au début de ce crash pétrolier, les paroles rassurantes «même pas mal» des pétroliers de schiste raisonnaient dans le marché. Aujourd’hui, c’est le sauve qui peut avec comme question : comment vais-je payer les intérêts de ma dette d’ici à la fin du mois de décembre. Un tiers des entreprises ont demandé au Père-Noël un gros chèque pour pouvoir passer l’année.

Cependant, le rapport de la Texas Railroad Commission permet à certains exploitants texans de garder pendant 6 mois leurs succès ou échecs. Plusieurs mois seront nécessaires pour évaluer l’ampleur réelle de la tempête.

Dans les plaines du Bakken, le pétrole de schiste s’écoule à 20$ en-dessous des cours du marché, aux environs de 35$. Il en va de même pour les sables bitumineux du Canada qui surfent vers un prix de vente entre 30 et 40$ le baril.

Au Dakota du Nord, la production est en baisse et pas seulement à cause de l'hiver. Pour corser le tout, le «water cut », qui est la quantité d’eau qui est extraite en même temps que le pétrole, est en augmentation dans le Bakken. Normalement ce niveau augmente dans les vieux puits (il faut plus de vapeur pour extraire le pétrole). Ici, le « water cut » augmente pour les nouveaux forages ce qui montre que les meilleurs puits ont été utilisés en premier et que nous sommes passés à des puits un peu moins productif.

Continental Resources, l’un des acteur important, du Bakken annonce une coupe dans ses budgets 2015. L’entreprise va investir 2,7 milliards $ au lieu des 5,2 prévus. La région du Bakken possède 180 forages de schiste.

L’Etat de New York bannit l’exploitation de schiste sur son territoire. Le Gouverneur Andrew Cuomo l’a annoncé au grand regret des lobby pétroliers. D’autres Etats pensent suivre cette décision afin de protéger la santé de leurs habitants.

Réchauffement Climatique: Couverture Médiatique USA-Angleterre: Reflète-t-elle le consensus scientifique

Canada

Voici une statistique qui ne va pas plaire au gouvernement canadien qui lutte pour garder son leadership de CO2 parmi les pays les plus pollueurs de la planète. Au Canada, le nombre de personnes travaillant dans la production d’énergie verte 23'700 (+37% en 2013) a dépassé celles qui travaillent dans l’exploitation des sables bitumineux 22'340. Cependant, mon petit doigt me dit que le nombre de « petites enveloppes » doit être plus conséquent avec nos amis du bitume. Le Canada extrait 4,47 millions b/j. de pétrole.

Au même titre que la Russie, le Canada se prend de plein fouet la baisse des prix du baril de pétrole et le pays pourrait voir disparaître pas mal d’emplois dans ce secteur. C’est dans cette ambiance festive que le Canada renforce ses sanctions contre la Russie.

Les producteurs canadiens coupent lourdement leurs investissements pétroliers. Dans un élan commun, Husky Energy, MEG Energy et Penn West Petroleum annoncent des budgets très réduits tant que les prix restent au cours actuel.

 

Brésil

A la mi-novembre, la justice a lancé, lors d’une opération baptisée « Jugement dernier », 85 mandats d’amener et ordres de perquisition touchant neuf entreprises du BTP qui travaillent pour Petrobras, l’entreprise pétrolière étatique brésilienne. Aux deux directeurs de Petrobras déjà détenus, Paulo Roberto Costa et Renato Duque, sont venus s’ajouter trois PDG et une douzaine de hauts responsables.

De quoi sont-ils accusés? D’avoir formé un cartel pour se partager les marchés publics, systématiquement surfacturés, et d’avoir versé des pots-de-vin, une commission de 1% à 3%, destinés aux partis de la coalition gouvernementale comme le Parti de la présidente Dilma Rousseff, le Parti du mouvement démocratique brésilien et le Parti progressiste (PP, droite) de Paulo Maluf, ancien gouverneur de Sao Paulo et symbole de la corruption politique.

Cerise sur le gâteau, sous la présidence Lula, Dilma Rousseff était ministre de l’énergie (2003-2005), puis la toute-puissante chef de cabinet. Et pendant une bonne partie de la période concernée par l’enquête, elle a présidé le conseil d’administration de Petrobras (2003-2010). Les amis de mes amis sont mes amis en quelque sorte.

 

Asie

Australie

Heureusement qu'il y a l'Australie pour apporter une touche d'humour au niveau énergétique.

Interrogé sur la chaîne de télévision Nine Network, le Premier ministre conservateur australien, Tony Abbott, a affirmé que sa plus importante décision en faveur des femmes cette année était la suppression de la taxe carbone. "Comme nous le savons tous, les femmes sont très préoccupées par le budget des ménages et l'abrogation de cette taxe permet à chaque famille d'économiser quelque 550 dollars (440 francs)" Tony Abbott avait déjà fait valoir que sa suppression permettrait aux femmes de faire baisser les factures d'électricité gonflées notamment, selon lui, par leur activité de repassage du linge.

Tony Abbott a qualifié de «connerie» le réchauffement climatique.

 

Corée du Sud

Le président sud-coréen Park Geun-hye a souligné qu'une cyberattaque visant une centrale nucléaire gérée par l'opérateur national était un événement grave inacceptable au plan de la sécurité nationale.
Korea Hydro and Nuclear Power (KHNP), qui gère les 23 réacteurs nucléaires sud-coréens a annoncé que ses systèmes informatiques avaient été attaqués mais qu'aucune donnée importante n'avait été volée. Le fonctionnement des centrales n'est pas menacé.

 

Inde

Le réacteur N°1 de la centrale nucléaire indienne à technologie russe de Kudankulam a été reconnecté au réseau énergétique national après des réparations et sa mise en service en 2013.  La construction du deuxième réacteur de 1.000 MW prévu par un accord russo-indien touche à sa fin dans l'Etat du Tamil Nadu. Moscou et New Delhi ont signé au printemps dernier un accord-cadre sur la construction des réacteurs nucléaires 3 et 4 à Kudankulam.

L’Inde a importé 4,21 millions b/j en novembre + 17,3% comparé à l’année passée. Le pays commence à devenir un consommateur énergétique important.

 

Chine

La Chine est officiellement devenue la plus grande puissance économique mondiale devant les USA.

La Banque Centrale espère un PIB de 7.1% en 2015. La demande énergétique: gaz, charbon, pétrole en tête va continuer à croître durant l'année à venir.

Plus de la moitié de la hausse de la demande chinoise du mois de novembre incombe à l’augmentation de sa réserve stratégique. Pékin profite de la baisse de prix pour engranger des barils.
Afin de remplacer l’air vicié par le charbon, Pékin se lance dans la transformation de charbon en essence. Ce processus permettra de diminuer les particules dans les grandes villes mais il est beaucoup plus néfaste à la planète car il dégage plus de CO2 que de simplement brûler du charbon. Nos enfants nous remercieront.

Japon

Le premier ministre Abe a été reconduit à la tête du pays. Pilier de sa stratégie pour faire sortir son pays du marasme: un plan d'investissement abyssal. Le QE japonnais devrait faire la part belle au pétrole, gaz et uranium.

Deux centrales nucléaires devraient redémarrer au début de cette année 2015. D'autres devraient suivre.

La Centrale de Fukushima enregistre un succès. La piscine du réacteur 4 a été vidée de toutes les barres de combustible nucléaire. Il aura fallu 1 année à Tepco pour terminer cette première étape. Les réacteurs en fusion 1, 2, 3 nécessiteront encore entre 30-40 ans de travaux.

 

Réchauffement Climatique: Perception du Public (Angleterre, 2010)

 

Afrique

Lybie

C’est toujours le chaos avec un gouvernement à Tobuk et à sa tête le général Haftar, les Islamistes dans la capitale Tripoli ont installé leur propre gouvernement et l’Etat Islamique qui vient s’incruster dans l’Est et le Sud. Pas étonnant que les ports pétroliers de Ras Lanuf et Sedra ont été attaqués par les milices islamistes. Ces derniers redoutent que les forces Egyptiennes n’envoient des armes via ces deux points d’entrée. Si du pétrole sort de Lybie, c’est au compte-gouttes et cette situation risque de durer un certain temps.

Le port pétrolier de Al-Sedra a vu 5 réservoirs exploser (lire article)

 

Congo

L’italien ENI a réussi l’exploitation d’un champ de pétrole de 5'000 b/j et d’un champ gazier de 14 million m3/jour. Le champ devrait contenir 1 milliard de barils dont 80% de pétrole. 40% de cette quantité pourrait être exploitable.

 

Moyen Orient

Arabie Saoudite

Le Gouvernement va dépenser 226 milliards $ pour 188 milliards de revenus pour 2015. La monarchie compte à 90% sur son pétrole pour alimenter son budget. Il s'agit du premier déficit budgétaire du royaume depuis 2011 et le plus important jamais prévu par ce chef de file de l'Opep. On est loin des 2'000 milliards des dettes françaises et des 18'000 milliards $ des USA.

Irak

Bon, nous passons sur les menaces de l’Etat Islamique et les attaques suicides qui rythment la mort du pays. La Rumaila Operation Organisation, un partenariat de South Oil Co, BP, PetroChina Co et l’Irak Staie Oil Marketing aimerait augmenter la production de 50% du champ pétrolier de Rumaila. Ainsi 2,1 millions b/j serait extrait soit 800'000 barils de plus qu’aujourd’hui et représenterait le 3% de la production mondiale.

Iran

En se référant à la chute du baril, le président iranien pense que « son pays est la victime d’un gigantesque complot qui est en train de causer de graves dommages à son pays. »

L’Iran annonce la découverte d’un nouveau gisement gazier important dans la partie Sud du pays.

Israël

Le pays a découvert un nouveau gisement gazier : le Royee pourrait contenir 1 trilliard m3. Situé à l’Est de la Méditerranée, il sera le 3ème plus grand après le champ de Leviathan (7 t m3) et Tamar 3 t m3).Israël pourrait concurrencer la Russie pour les livraisons de gaz à l’Europe un fois que ces champs seront mis en production.

 

La phrase du mois

Le monde a tellement amélioré ses perspectives de production pétrolière que les théories de peak oil ont été repoussées par l'ingénuité américaine.
Bill Colton, Exxon’s chief strategist

 

Sources: avec Tom Whipple, resilience.org, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde

blog comments powered by Disqus

Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie