Pétrole News

Pétrole Prix

Pétrole Tendances

AddThis Social Bookmark Button

Compagnies Pétrolières: Hésitations dans les Energies Renouvelables

Bien que l'administration Obama ait pour objectif de réduire la consommation américaine de pétrole, d'augmenter les énergies renouvelables et de diminuer les émissions de CO2 dans un plan énergétique le plus ambitieux du monde, les compagnies pétrolières retournent à leur business principal: le Pétrole et le Gaz.

Les géants pétroliers ne sont pas convaincus que ce plan va fonctionner. Du coup, elles restent sur la touche, diminuant leurs investissements dans les nouvelles technologies et renient leurs engagements dans les énergies vertes.

Royal Dutch Shell a annoncé le mois dernier qu'elle allait geler ses budgets de recherche et d'investissement dans les énergies éoliennes, solaire, et hydrogène à fin de se concentrer sur les biofuels. Shell a déjà vendu la plupart de son business solaire et s'est retirée d'un projet de ferme éoliennes près de Londres.

Même BP qui se dit « beyond petroleum » est retourné en force dans le pétrole depuis 2007 en renonçant, petit à petit, à ses programmes d'énergies renouvelables.

Le Marketing diffère de la réalité

Afin de plaire au public, les compagnies pétrolières ont axé leurs messages publicitaires sur les nouvelles formes d'énergies. Mais leurs investissements réels dans ce domaine restent minimes. La plus grande partie de leurs investissements encouragent les sables bitumineux du Canada, la recherche de nouveaux gisements et le Gaz de schiste, tandis que les investissements dans les énergies alternatives représentent une minuscule fraction de leurs investissements. Jusqu'à présent, peu de choses ont changé depuis la venue du président Obama.

L'importance de leur investissement alternatif et si minuscule, qu'il est difficile de les trouver annonce Nathanael Greene, analyste au Natural Resources Defense Council, USA.

 

Investissements dans le core business

Sans surprise, la plupart des investissements dans les énergies vertes proviennent d'autres poches que celle des compagnies pétrolières.

Dans les dernières 15 années, les 5 grandes compagnies pétrolières ont dépensé environ 5 milliards de dollars pour les énergies vertes selon Michael Eckhart, président du American Council on Renewable Energy. Ce n'est pas encore un business pour eux.

Shell, par exemple, annonce qu'elle a dépensé 1,7 milliards depuis 2004 dans des projets alternatifs. Ce montant est à mettre en relation avec les 87 milliards de dollars dépensés dans la même période pour ses projets de pétrole et de gaz à travers le monde. Cette année, les dépenses de ce géant vont atteindre 35 milliards de dollars, dont la plus grande partie pour le développement des énergies fossiles.

Certains cadres de l'industrie prétendent qu'il est faux de comparer les investissements entre énergies fossiles et renouvelables. Selon eux, les énergies renouvelables sont nécessaires mais elles sont toujours à un niveau très précoce. Le pétrole restera la source dominante d'énergie pour les décennies à venir. Cette philosophie est corroborée par les estimations d’Exxon. Elles prédisent pour 2050, que les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) représenteront 80 % du total des énergies utilisées, soit plus ou moins la même proportion qu'aujourd'hui.

« Les énergies renouvelables sont réelles » avait annoncé David J. O’Reilly, CEO de Chevron, lors d'un discours en novembre dernier à New York. Nous avons besoin d'elles et elles assureront une part essentielle de notre future. Mais ce n'est pas réaliste de penser qu'elles pourront remplacer les énergies fossiles dans une période que certains suggèrent.
Chevron a dépensé 3,2 milliards de dollars depuis 2002 dans les énergies renouvelables. La compagnie prévoit de dépenser 2,7 milliards jusqu'en 2011.

Le monde consomme 85 millions de barils de pétrole par jour soit 13 milliards de litres par jour

Malgré le nouvel enthousiasme de Washington, les experts de l'industrie pétrolière et américains ne voient pas le remplacement du pétrole dans les décennies à venir. Selon l'agence internationale de l'énergie il faudrait plus d'un trillard $ par année jusqu'en 2030 dans les énergies renouvelables pour remplacer le pétrole.
La plupart des compagnies pétrolières ont constaté que le monde est en train de changer. Mais le challenge pour ces mastodontes est d'atteindre une masse critique de production.

 

Sable Bitumineux et Gaz

Pour augmenter leur production, la plupart des compagnies se focalisent sur les sables bitumineux du Canada ou à la conversion du charbon ou du gaz naturel en carburant liquide.
Ces énergies produisent bien plus de CO2 que le pétrole. Shell, un investisseur majeur des sables de l'Alberta pense que l'extraction de pétrole traditionnel ne sera pas assez important pour satisfaire la demande énergétique pour les 50 prochaines années. En 2007, BP a également investi au Canada, reniant ainsi sa stratégie marketing en faveur de l'environnement.

 

La Taxe CO2 sera un acteur majeur

John M. Deutch, professeur au Massachusetts Institute of Technology pense qu'il ne sert à rien de critiquer les compagnies pétrolières sans établir préalablement une taxe sur le CO2. Une fois que cette taxe sera mise en service, les compagnies pétrolières adapteront leurs stratégies.

Quel rôle les compagnies pétrolières joueront au futur dans les énergies renouvelables? Personne ne le sait selon M Deutch. La chose la plus importante est que le gouvernement adopte une politique de carbone. Ainsi vous pourrez être absolument confiant que les compagnies pétrolières, ainsi que toutes les autres entreprises, auront intérêt à réduire leurs émissions.

L'Ethanol: Source d'espoir

L'éthanol est l'une des sources les plus prisées par les compagnies pétrolières. BP a annoncé qu'elle allait construire une usine test en Floride. Depuis 2002, Shell travaille sur une nouvelle sorte d'éthanol. L'année passée, elle a signé un accord avec six entreprises, dont l'une brésilienne, et a décidé de renoncer aux autres sources d'énergies renouvelables pour se focaliser sur les biofuels.

Les Biofuels sont plus proches de notre business traditionnel annonce Darci Sinclair porte-parole de l'entreprise.

Un autre domaine de grand intérêt pour l'industrie pétrolière et la séquestration de CO2 et son stockage dans le sol ainsi que des programmes d'efficacité énergétique dans le secteur des transports. Exxon, l'entreprise la plus sceptique sur les énergies renouvelables, travaille depuis longtemps sur des programmes d'amélioration des carburants pour réduire les émissions.

Beaucoup d'analystes pensent que les compagnies pétrolières attendent de découvrir la technologie verte qui émergera de toutes les autres. Les compagnies ne sont pas aveugles, mais elles sont également dans le business pour générer des bénéfices.

Ne perdez pas espoir avec les grandes compagnies pétrolières prévient Alan Shaw, COE de Codexis, elles vont bientôt être sur le point d'investir massivement. Dans les 10 prochaines années elles investiront 100 fois plus qu'actuellement.

 

Lire: Tar Sand: the dirty oil

Sur le même Sujet

Shell et BP attaqués sur les Sables Bitumineux

Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Prix Pétrole New York

Prix Pétrole Londres

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Vidéo Tendance

AddThis Social Bookmark Button
Richard Heinberg. Combien de pétrole reste-t-il? Que pense la population{ Dim lights }En Anglais