AddThis Social Bookmark Button

Le premier jet du Rapport Roussely sur le nucléaire français dévoilées

Selon le Figaro Magazine, la filière nucléaire française sera fixée sur son sort d’ici à fin avril 2010.

François Roussely, l'ancien président d'EDF, doit rendre son rapport sur la meilleure articulation possible, essentiellement à l'international. Cette demande avait été faite par le Président Nicolas Sarkozy, suite à l'échec du consortium EDF, GDF Suez, Areva et Total, lors de l'appel d'offres à Abu Dhabi. Les grandes tendances commencent à s'esquisser sur trois axes.

Axe 1: L'Etat Français

Le premier point porte sur l'État qui supervisera activement la politique nucléaire civile à l'étranger. L'État français sera en première ligne pour conduire les entreprises françaises à l'international.

Le rapport Roussely devrait préconiser la création d'une haute autorité, voire d'un comité stratégique, chargés de piloter la filière. L'outil existe déjà, sous la forme du « Conseil de politique nucléaire ». Présidé par le président de la République, ce conseil «définit les grandes orientations de la politique nucléaire et veille à leur mise en œuvre. Pour le moment, les industriels ne sont pas représentés dans ce conseil.

 

Point 2 : EDF devant Areva

La commission Roussely devrait affirmer la prééminence d'EDF sur la filière, au nom de l'expertise connue et reconnue de l'électricien, qui exploite aujourd'hui la totalité du parc de centrales en France et également au nom de l’amitié qui lie M. Roussely et l’actuel PDG d’EDF Henri Proglio qui est clairement en guerre contre Anne Lauvergeon PDG d’Areva.

La commission Roussely invitera EDF à ne pas travailler uniquement avec Areva. Ce qu’EDF a déjà mis en pratique avec Rosatom, le fabricant russe de réacteurs nucléaires qui s’est associé à Siemens. Siemens qui avait rompu ses accords avec Areva l'année dernière pour s'associer avec Rosatom. Si le monde n’est pas assez compliqué!

 

L’Avenir d’AREVA

Troisième point. La commission Roussely devrait préconiser le modèle intégré d'Areva, présent tout au long de la filière - de l'exploitation des mines d'uranium au retraitement du combustible usé en passant par la construction de réacteurs.

Ces dernières semaines, des rumeurs avaient circulé autour de l'hypothèse d'un possible démantèlement du groupe dirigé par Anne Lauvergeon et du départ de cette dernière (lire article). Après les difficultés rencontrées lors de la construction de l'EPR finlandais, Areva devrait voir son rôle se limiter à celui de fournisseur auprès du groupe maître d'ouvrage, EDF en tête. Est-ce qu’Anne Lauvergeon acceptera ce marché? D’aucun la voie déjà sur le départ pour le grand plaisir du Président Sarkozy et d'Henri Proglio.

 

Sur le même sujet:

AREVA: Anne Lauvergeon bientôt remplacée par Pascale Sourisse?

EDF-Areva: La Guerre des Chefs

Le Salaire du PDG d'EDF: l'Arme explosive d'Areva

AREVA perd contre Kepco aux Emirats Arabes Unis

EDF-AREVA: les coûts augmentent encore pour ses EPR

Areva, Bénéfice en chute libre