AddThis Social Bookmark Button

Nucléaire : La Russie devance l’Europe sur sol Hongrois

Le président Poutine confirme ses talents de négociateur face à une Europe condamnée à regarder passer le train. Après l’Ukraine, Vladimir Poutine avance sur le territoire hongrois avec le financement et la construction par la Russie de 2 nouvelles centrales nucléaires. La Hongrie dépend déjà à 80% du pétrole et 75% du son gaz russe. L'étau se resserre sur l'ancien pays du bloc socialiste et l'Europe énergétique craint pour sa relative indépendance.

Initialement, un appel d'offres avait été prévu, auquel comptaient participer le groupe français Areva et l'américain Westinghouse. Mais le stratège Russe en a décidé autrement en signant un chèque de 10 milliards d’euros !

L'accord signé entre Vladimir Poutine et le Premier ministre hongrois Viktor Orban prévoit la construction de 2 nouveaux réacteurs sur la centrale de Paks qui doublera de capacité. L'accord prévoit l'octroi par Moscou à Budapest d'un crédit couvrant les coûts de constructions estimés à 10 milliards d'euros.

La centrale de Paks est située à 100 km au sud de Budapest. Les 4 réacteurs actuellement en fonction ont une capacité de 2'000 MW et fournissent 40% de l'électricité du pays. Les deux nouveaux réacteurs produiront 2'400 MW supplémentaires.

 

L’Europe ne peut que constater les dégâts

Les avocats européens soulignent que l’arrêt de l’appel d’offre contrevient aux règles de l'Union européenne, mais Victor Orban dicte son choix par des raisons à la fois de continuité technologique, politique et … financier.

L'accord conclu comprend également la livraison d'uranium au delà de 2023 date à laquelle les accords de Salt II (désarmement militaire entre les USA et la Russie) devraient se terminer. Cet accord fournit le 40% de l'uranium mondial aux Centrales Nucléaires. Après 2023, une pénurie d'uranium pourrait impacter la production électrique nucléaire mondiale.