AddThis Social Bookmark Button

Nucléaire: Nouvelles attaques contre les Centrales Suisses

Greenpeace et l'Association trinationale de protection nucléaire Suisse ont porté plainte contre les centrales nucléaires de Gösgen (SO) et de Leibstadt (AG) car leurs propriétaires auraient surévalué leur bilan en 2011, afin d'éviter un redressement financier et de proposer un prix au kWh inférieur de 2 centimes par rapport à la réalité.

Ces "manipulations évidentes de bilan", que les deux organisations qualifient de "particulièrement graves", permettent aux deux centrales d'avoir une couverture insuffisante des coûts de suivi tout en contournant tout redressement financier.

Cette démarche est intéressante car elle propose un angle d'attaque différent, mais pourtant bien connu, la rentabilité réelle du nucléaire.

 

Alpiq et Axpo sur la sellette

Le plus grand actionnaire de Gösgen (40%) et propriétaire de 32,4% de Leibstadt, le groupe énergétique Alpiq est financièrement à la peine et doit faire face à une réorganisation interne afin de répondre aux nouvelles exigences des marchés de l'électricité. Selon Alpiq, le rapport d'activité de Gösgen est accessible à tous. En comparaison entre la stratégie des missiles de la Corée du Nord et le rapport d'Alpiq, vous allez trouver ce premier plus transparent! C'est dire la marge de progression de l'entreprise Suisse.

De son côté, le groupe Axpo, qui exploite également les deux centrales, n'a pas souhaité prendre position.

Le groupe Axpo est propriétaire de 25% de Gösgen et 52,7% de Leibstadt.

L'Association trinationale de protection nucléaire regroupe des antinucléaires suisses, français et allemands. Elle compte notamment une centaine de communes parmi ses membres.

 

Production record de courant à Mühleberg

De son côté, la centrale nucléaire de Mühleberg (BE) a produit l'an dernier 3'117 millions de kilowattheures (kWh). Il s'agit d'une quantité record depuis sa mise en service en 1972.

En 2012, la centrale a injecté du courant sur le réseau pendant 8'067 heures, contre 6711 heures une année auparavant, écrivent vendredi dans un communiqué les Forces motrices bernoises (FMB), qui exploitent Mühleberg. Cela représente 91,9% de la période de production (76,5% en 2011). A l'exception de la révision annuelle en août/septembre, la production de la centrale n'a connu aucune interruption.

En mars 2012, le Tribunal administratif fédéral (TAF) a annoncé que l'autorisation d'exploitation de Mühleberg devait être limitée à fin juin 2013 pour des impératifs de sécurité. Ce verdict fait l'objet d'un recours au Tribunal fédéral.

Le groupe bernois a récemment fait savoir que la sécurisation de la centrale coûterait plus cher que les 170 millions de francs budgétisés et qu'il aurait besoin de six mois supplémentaires pour décider si le concept de maintenance est rentable.

Sources: ATS.

 

blog comments powered by Disqus