AddThis Social Bookmark Button

Fukushima: A travers les Yeux d'un Bull

La chronique financière quotidienne de Thomas Veillet, MorningBull, offre un éclairage financier très pertinent avec une touche d'humour rafraichissante.  Nous reprenons une partie de ses commentaires qui relient le monde de la finance et la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Lundi 18 avril 2011
Puisque l'on parle de l'énergie, il faut tout de même signaler que TEPCO a encore fait une annonce et connaissant leur « track record » en ce qui concerne la fiabilité et la véracité des informations, je crois que l'on peut leur faire confiance,

 

sans pour autant réserver des billets d'avions pour passer vos vacances d'été dans le village d'à côté, vous serez certainement bien bronzé, mais quand même.

Tepco nous annonce donc qu'il faudra entre 6 mois et 9 mois pour maitriser complètement la centrale. Ils vont aussi décontaminer l'eau, la terre et abattre les vaches de 75 mètres de haut qui broutent dans la région et faire une sushi party avec le thon de 130 mètres qui s'est échoué sur une plage, blessé par un troupeau de homards de 18 mètres chacun.

Mais mis à part ça, dans 9 mois, si vous voulez acheter un bout de terrain avec vue sur la mer, tout sera rentré dans l'ordre.

Mercredi 12 Avril 2011
Moi je me pose juste une question, quand une centrale nucléaire est dans une situation de niveau 7 ET est hors de contrôle. Que le niveau 7 est le niveau maximal, y a quoi après ???Les nouvelles qui circulent dans les journaux ne cessent de nous rappeler que l'affaire n'est pas close au Japon. Que Fukushima est devenue « LEUR » Tchernobyl et que le fait que le big boss de Tepco passe une fois par semaine à la télé, n'enlève rien au fait que 50 kilomètres autour de la centrale nucléaire on va pouvoir se rejouer Hiroshima pour les 40 années à venir.

Quoi qu'on en dise et même si l'on connaît moins la région de Fukushima que celle de New York et que peu d'entre nous avait l'intention d'y partir en week-end dans les 30 prochaines années, le fait d'imaginer ce que ça peut donner, peine à drainer de la motivation dans l'esprit des investisseurs.

Mardi 11 Avril 2011
Pour ce qui est du reste des nouvelles, j' espère que Fukushima ne nous invente pas un truc supplémentaire, ce qui est plus que possible, vu que les informations sont à peu près aussi claires et transparentes que les méthodes de calcul des bonus dans certaines banques.

Vendredi 8 avril 2011
Un nouveau tremblement de terre a frappé le Japon, Dame nature ne semble pas disposée à leur foutre la paix le temps qu'ils reconstruisent et se reconstruisent. La magnitude était inférieure au big one, heureusement,  évidemment dans la foulée les marchés européens comme américains se sont subitement effondrés.

Hier il n'y avait pas besoin d'avoir choisi « physique quantique » comme matière à l'Uni pour savoir que l'on allait parler de la guerre en Libye et du sauvetage du Portugal. Et éventuellement des dernières nouvelles Fukushima, qui après avoir colmaté ses fuites avec de la pâte de bois pourrait bien stopper l'évasion des particules radio-actives avec des paquets de Sugus.

Jeudi 7 avril 2011

Il y a aussi la centrale nucléaire de Fukushima qui annonce une bonne nouvelle par jour, pour immédiatement annoncer une mauvaise derrière.

On nous dit que la fuite qui faisait se déverser la centrale dans la mer est colmatée avec de la pâte à mâcher que l'on utilisait à l'école en 2 ème enfantine pour fabriquer des canard en carton pâte, puis le lendemain on va utiliser du Nitrogen, tout en gardant à l'esprit qu'une explosion totale est toujours possible. En gros, c'est comme la finance : « personne n'en sait rien, mais tout le monde essaye sa méthode ».

Mardi 5 avril 2011
Tokyo est en baisse principalement à cause des voitures. Du côté du secteur nucléaire, tout va bien. La centrale de Fukushima continue de rejeter des tonnes d'eau contaminée à la mer, mais apparemment c'est pas grave parce qu'elle pas tant contaminée que cela. Et puis ils ont besoin de place pour stocker de l'eau HAUTEMENT CONTAMINEE, alors c'est selon...

Si c'est pas l'un, c'est l'autre. Apparemment les pêcheurs ne sont pas contents. Tu m'étonnes.

Jeudi 31 mars 2011
En conclusion, pour la journée d'hier on ne parle définitivement plus de Fukushima, le fait que la centrale soit littéralement en train de se vider dans la mer n'intéresse absolument pas Wall Street, ni le reste du monde d'ailleurs, il paraît que les radiations qui traînent dans l'eau vont être dissipées et diluées par les marées et que dans 300 ans, il n'y paraîtra plus.

Mercredi 30 mars 2011
TEPCO, l'opérateur de la centrale de Fukushima plonge ENCORE de 17%. Le Gouvernement a démenti vouloir nationaliser la société, histoire d'éviter que les japonais paient les dégâts avec leurs impôts, la cotisation est déjà largement assez lourde comme ça.

Mardi 29 mars 2011
Le Xième communiqué de Fukushima qui annonce que rien n'est maitrisé, bien au contraire et que demain ça sera pire. Maintenant, il y aurait du plutonium dans le sol de la centrale, mais c'est pas grave qu'ils disent. Et comme on sait que l'on peu leur faire confiance, tout va bien.  Surtout qu'il va falloir apprendre à vivre avec Fukushima, car il y a un truc que je sais, même si j'ai arrêté mes études en physique nucléaire assez tôt, c'est que la radioactivité, c'est du long terme, tellement long terme qu'investir dans du 30 ans américain semble être une opération de trading à côté de la disparition de la radioactivité.

Mardi 22 mars 2011
Le lundi qui suivait le tremblement de terre au Japon, si vous ouvriez la page des « top news » de Bloomberg, il était extrêmement difficile de trouver un article qui parlait d'autre chose que du Japon. Du nucléaire en particulier. On peut facilement dire que 80% des sujets de la presse financière étaient consacrés à ce thème, Kadhafi aurait pu traverser les Champs-Elysées sur les épaules de Sarkozy, on n'en aurait à peine parlé ou alors dans le zapping de Canal Plus, au mieux.

Deux jours plus tard on passait à un taux de 40% d'articles consacrés au Japon, le jour d'après le marché entamait son rebond et ce matin, il faut presque chercher pour trouver trois lignes sur les réacteurs de Fukushima qui fuient maintenant dans l'océan, laissant espérer qu'à l'avenir les pêcheurs pourront officier de nuit puisque les poissons éclairons eux-même le fond de l'océan avec leur yeux. Le seul problème c'est qu'ils seront plus difficile à attraper vu qu'ils feront en moyenne 17 mètres et nageront à une vitesse surpersonique.

Jeudi 17 mars 2011
Voilà. Pour faire simple avec des mots simple – c'est le bordel – plus personne ne contrôle quoi que ce soit, pour autant que l'énergie nucléaire soit un truc que l'on peut contrôler, sur ce coup-ci elle nous montre bien qu'elle fait ce qu'elle veut, quand elle veut.
Je crois que l'on peut résumer la situation à Fukushima comme étant « COMPLETEMENT HORS DE CONTRÔLE »... Je crois que c'est clair.

En tous les cas, c'est ce que le Monsieur Guenther Oettinger, chef de la commission européenne pour l'énergie a déclaré, ça et que dans les heures à venir il allait se produire d'autres évènements qui pourraient poser une menace pour la vie des habitants de l'île. Dans la même veine, le Pentagone a ordonné à ses hommes sur place de ne pas s'approcher à moins de 50 miles du complexe de Fukushima, estimant que le périmètre de sécurité mis en place par le Gouvernement japonais est insuffisant. Même son de cloche au NCR américain (Nuclear Regulatory Commission).

A partir de là, avec des nouvelles pareilles, de quoi vouliez vous que l'on parle dans les salles de trading ??? De « price earning », de « valuation », de « support » ou de « résistance » ?? Non, c'est bien simple, le maître mot est : Courage, fuyons.

Et c'est bien normal. Je le disais hier : L'INCERTITUDE est mauvaise conseillère pour tout investisseur. On peut bien essayer de réfléchir et trouver des solutions d'investissements qui ne sont ni liées au nucléaire, ni liées au Japon, mais il suffit que la centrale se vaporise en petit morceaux dans 15 minutes et les belles intentions et les belles théories n'auront servi à rien et chacun voudra son cash pour aller le planquer sous le matelas jusqu'à la prochaine éclaircie. En même temps, si on attends que le combustible nucléaire de Fukushima arrête d'être radioactif, ça risque d'être un poil long et je suggère aux intervenants de trouver une autre occupation, comme le macramé ou le Taï-chi.

Mercredi 16 mars 2011
La centrale de Fukushima est toujours en perdition. Nous sommes mêmes passé de 5 à 6 sur l'échelle de l'emmerdement maximum qui en compte 7, étalonné par les russes en leur temps. Et, si j'ai bien tout compris, même si on persiste à nous dire que c'est pas pareil que Tchernobyl, ça ne veut pas dire que l'on ne « PEUT PAS » pas faire aussi bien sur l'échelle des scores.

Mais du côté financier on est, semble-t-il en train de «comptabiliser » la chose. Les analystes financiers se sont mis au boulot, on commence à nous articuler des chiffres, toute cette histoire « pourrait » couter 3% du GDP Japonais, ça fait un paquet de PS3 et de Toyota Prius, mais une fois qu'on a comptabilisé le pire, on peut recommencer à reconstruire.

En l'espace des premiers commentaires de vendredi matin à ceux de ce matin on est déjà pratiquement passé par toutes les étapes psychologiques de la panique...D'abord on commentait le tremblement de terre de 8.9 comme un peu comme on aurait signalé un orage chez nous, encensant la manière avec laquelle les japonais gèrent ce genre d'incidents, puis on a réalisé que c'était vraiment grave et qu'il y avait un risque nucléaire, ensuite on est passé au stade limite panique, mais toujours très pros, balançant toutes les théories possibles et imaginable sur le nucléaire alors qu'on en sait rien et qu'on y comprends que dalle, car nos connaissances en la matière se limitent à avoir regardé le « Jour d'Après » en VHS quand on était ado, puis la bonne vieille panique avec un Nikkei qui se crashe de 14% et qui confirme que le pire est en train d'arriver.

Mardi 15 mars 2011
Ce matin, on nous dit que le réacteur principal « pourrait » avoir été endommagé. Pourrait. En parallèle, la société qui gère la centrale, Tokyo Electric Power pense que l'éventualité d'une catastrophe qui amènerait a rejeter dans l'atmosphère des particules radioactives dangereuses, requiert une chaîne d'évènements qui n'a que peu de chances de se produire.

Oui, comme un tremblement de terre de 8.9, suivit par un tsunami, suivit par un incendie et un volcan qui entre en éruption ??? Moi je suis un fan de Murphy qui disait que quand un évènement ne doit JAMAIS se produire, il finit toujours par arriver. Et ce matin en laissant tomber ma tartine, elle est tombée côté confiture..encore...

Et plus les photos satellites avant-après arrivaient sur les chaînes de télé, plus l'on comprenait que la facture allait être salée pour reconstruire. Des sociétés comme Hannover Re, Swiss Re, Scor, Muenchner Re étaient sous forte pression. Mais pas qu'eux. Hier il ne faisait pas bon être un « acteur du nucléaire » dans le monde. Areva, RWE et EDF se faisaient laminer car la plupart des pays commençaient à se dire, que finalement le nucléaire, c'est surfait et c'est pas si bien que ça. La première mesure qui était prise par plusieurs Gouvernements étaient de fermer les vannes pour la création des nouvelles centrales. Entaillant du même coup les espoirs de gros contrats juteux pour ces compagnies.

Ce matin, ou plutôt cette nuit, les choses ont encore empiré au Japon. Alors que le Gouvernement Japonais et tous les « experts » invités à la télé de Paris à New York en passant par Londres ne cessaient de dire que les multiples explosions dans les centrales nucléaires n'ont rien à voir avec Tchernobyl et que les opérateurs géraient la chose, que le risque n'était pas si grand, après tout. Depuis cette nuit, les choses semblent avoir été légèrement modifiées. L'énergie nucléaire semble être en train d'expliquer aux techniciens qu'elle veut bien être « contrôlée et gérée », mais que si elle décide de péter un plomb, il n'y personne qui va l'arrêter. Ça, on le savait plus ou moins, mais on si on en doutait, on est en train de l'apprendre par le menu.

Après l'annonce d'une Xième explosion et l'incendie d'un quatrième réacteur, le Premier Ministre Kan s'est adressé à la population en demandant aux gens qui sont à moins de 20 kilomètres de la centrale d'évacuer dans le calme (toujours hyper facile à dire) et ceux qui sont dans la zone des 30 kilomètres de ne pas sortir de chez eux, car il est bien connu que si des radiations passent devant une maison et qu'elles trouvent porte close et volets fermés, elles vont se contenter de passer leur chemin.

Et du coup, si tout le monde reste à la maison et que les radiations ne trouvent personne à contaminer, si ça se trouve elles vont retourner dans le réacteur.

 

Lundi 14 Mars 2011
Pour le moment les nouvelles du jour sont toujours concentrées sur le Japon où un troisième réacteur nucléaire vient d'exploser et même si les « Experts » du MIT maintiennent que ces explosions ne sont pas un risque majeur pour la population, il est plus simple de le dire quand tu habites Boston que quand la centrale en question est au bout de ta rue.

La Bank of Japan et le Gouvernement font tout ce qu'ils peuvent pour maintenir l'économie et la bourse à flot (cf : les injections de ce matin), mais il va tout de même falloir plusieurs jours au Nikkei pour se calmer et retrouver ses esprits.

Autrement, inutile de vous dire que l'on va continuer a suivre l'actualité au Japon, alors que le Gouvernement ne cesse d'injecter des liquidités, nous somme déjà près de 180 milliards de dollars et quand j'ai commencé à écrire ce commentaire nous en étions qu'à la moitié.

 

 

Abonnez-vous à la Chronique MorningBull

 

blog comments powered by Disqus

Comprendre le Nucléaire

AddThis Social Bookmark Button
Situation de l'Uranium dans le Monde{ Dim lights }Par Michael Dittmar

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie