AddThis Social Bookmark Button

Gaz Russe en Asie: c'est parti

Le plus grand producteur de gaz mondial, le Russe OAO Gazprom, prévoit d'exporter son gaz vers l'Asie où la demande asiatique pourrait dépasser la demande européenne dans les 20 prochaines années.

Le CEO d Gazprom, Alexander Ananenkov, a inauguré la semaine passée la construction d'un nouveau gazoduc à Khabarovsk. Le Gazoduc long de 2’700 km, il reliera Khabarovsk au port de Vladivostok.

La région du Yakutia pourrait produire 53 milliards de mètres cubes en 2030, pour des émissions de CO2 de 116 milliards de kilos. Une partie de cette production est réservée à la Russie. La demande de gaz en Russie pourrait atteindre 25 milliards de mètres cubes en 2020 pour des émissions de 55 milliards de kilos de CO2.
Le solde pourrait partir directement en Asie, en particulier la Chine et le Japon.

 

Une alternative à l'Europe

Le boum de la demande asiatique pourrait ouvrir de nouvelles opportunités d'exportation à Gazprom pour ses nouveaux gisements sibériens de Sakhalin Island.
Cette option permet à Gazprom d'élargir sa clientèle après les disputes avec l'Ukraine en 2006 et 2008. Elle permet également de mettre une pression supplémentaire sur l'Europe.

La demande asiatique devrait croître de 3,6 % par année jusqu'en 2030 selon l'agence internationale de l'énergie (AIE).
Comparativement, la demande européenne devrait croître de seulement 1 % jusqu'en 2030, toujours selon l’AIE.

 

Au plus offrant la priorité

Les contrats gaziers européens sont liés aux prix du pétrole avec une marge de six à neuf mois. Ce qui signifie que les prix du gaz de 2010 refléteront les 60 % d'augmentation de 2009.

Au contraire, les prix asiatiques ne sont pas liés aux coûts du pétrole.

L'Europe continuera à payer un prix plus cher pour son gaz ce qui lui assure, pour l'instant, une sécurité d'approvisionnement. Cependant, l'appétit énergétique de la Chine et le prêt de 20 milliards accordés en février dernier, vont peser de plus en plus dans la balance au grand désavantage de l'Europe.

 

Pendant ce temps là... les européns lancent South Stream

C'est devant les projecteurs que Silvio Berlusconi, Vladimir Poutine et Recep Erdogan ont signé un accord pour un gazoduc qui reliera la Russie, Bulgarie et l'Italie en évitant l'Ukraine. La mise en exploitation serait prévue en 2013 et devrait livrer 31 milliards de m3 de gaz pour des émissions de 68 milliards de kilos de CO2. Mais un autre projet Européen: Nabucco avait également été signé le mois dernier. Les joies d'une Europe unie!

 

 

Lire sur le meme sujet: 20 milliards $ Pétrole contre Prêt entre Russie – Chine

Guerre des Gazoducs: Nabucco, South Stream et North Stream

L'Indépendance Energétique

AddThis Social Bookmark Button
Le Rôle de la Politique dans les Energies{ Dim lights }Par Roger Nordmann

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie